Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Woody Allen Collection, The

Critique
Synopsis/présentation
MGM réunis ici quelques titres de Woody Allen qui ont été tournés entre 1971 et 1980 et crée ce coffret qu'elle nomme The Woody Allen Collection. Le style de Woody Allen plaît à plusieurs , particulièrement au public québécois qui apprécie son sens de l'humour absurde. Dommage qu'un seul titre dans ce coffret ne soit offert ne soit livré avec une piste en français puisque ses films en intéressent plus d'un dans ce coin de l'Amérique du Nord.

La collection débute avec le second film de Allen, Bananas qui parodie allégrement la situation de quelques pays sud-américain. Le personnage central travaille comme vérificateur de la qualité de produits de consommation et a une liaison avec une activiste qui le laisse ensuite parce qu'il manque, entres autres, de panache. Il se rend à San Marcos où il joint les rebelles et devient Président de la république. Il rencontre à nouveau son ex-petite amie activiste qui s'intéresse maintenant à lui...

Le coffret continue avec Everything You Always Wanted To Know About Sex But Were Afraid To Ask. Il s'agit de sept petites scènes qui répondent chacune à une question se rapportant à un chapître du livre du même nom écrit par David Reuben (qui a d'ailleur collaboré au scénario avec Woody Allen). Il s'agit fort probablement d'un des premiers films de Allen que vous ayez vu, le titre est attirant... La dernière scène du film est selon nous la meilleure: c'est celle où l'on tente d'illustrer ce qui se passe pendant l'orgasme.

Sleeper est une vision satirique du futur. L'histoire débute alors qu'un joueur de clarinette (!), propriétaire d'une boutique d'aliments naturels, est réveillé 200 ans après une opération qui aurait du se terminer sans complication. L'homme est plongé malgré lui dans un monde de robots contrôlé par un gouvernement restrictif. Le film marque le début de la relation professionnelle avec l'actrice Diane Keaton qui participera à plusieurs films du réalisateur. Ce film dévoile le talent de Woody Allen comme acteur, celui-ci parle très peu (ce qui est rare) dans ce film.

Love And Death évoque l'histoire d'un russe malhabile enrôlé de force pour protéger l'empire russe de l'invasion de Napoléon. Rien ne semble tourner rond pour le personnage qui tente d'assasiner lui-même Napoléon pour en finir avec cette guerre. La musique de Prokofiev se prête bien au style et au scénario du film.

Gagnant de quatre Oscars dont celui du meilleur film en 1977, le film Annie Hall est le favori de plusieurs. Allen nous offre ici une comédie intellectuelle comme lui seul sait les présenter. Une histoire sentimentale d'un couple de New- Yorkais (un acteur et une chanteuse) le début de leur relation et les divers problèmes qu'ils rencontrent au quotidien.

Interiors est le premier film dit sérieux de Woody Allen. On y raconte l'histoire d'une mère et ses trois filles prisent dans les tourments d'une séparation difficile. Le passage de la comédie au drame pour Woody Allen semble facile et le résultat est très impressionant. Certaines personnes prétendent que c'est son meilleur film, le scénario et le jeux des acteurs montrant beaucoup de profondeur.

Le film Manhattan plonge Allen dans son élément habituel où il parle de sa ville préférée. L'histoire traite d'un écrivain de 42 ans qui vient de se séparer de sa femme lesbienne; a une relation avec une fille de 17 ans (!) et tombe amoureux d'une intellectuelle de son âge. Les images en noir et blanc de la ville sont tout à fait remarquables et la musique de Gershwin accompagne superbement les images.

Le coffret est complèté par Stardust Memories qui jette un regard sur la vie difficile de gens célèbres, plus particulièrement sur la vie d'un illustre producteur de films désillusionné cherchant un sens à la vie et à ses réalisations. L'histoire n'est pas une suite chronologique des événements, on se demande souvent s'il s'agit de la vie du personage ou l'un des ses films.


Image
L'image est de qualité moyenne pour les huit titres du coffret, les titres plus vieux présentent un grain de pellicule plus évident. La qualité d'image du film Tout ce que vous avez toujours... est de moindre qualité et aurait certainement profité d'un meilleur transfert. Le titre Annie Hall est exactement le même que celui qui était déjà en vente avant la sortie du coffret, c'est donc le seul titre dont le transfert n'est pas optimisé 16:9. Les titres noirs et blancs semblent profiter d'une meilleure qualité d'image mais rien qui ne se démarque des normes du marché. En fait, MGM s'est contenté de vieux transferts alors que des transferts numériques auraient sans doute amélioré le rendu de l'image. Nous nous sommes habitués à une meilleure qualité d'image même pour des films qui ont été tournées depuis déja plusieurs dizaines d'années. Tous les titres sont offerts dans leur rapport original (widescreen) et en P&S, sauf pour Manhattan, le réalisateur a toujours refusé que ce film soit présenté en P&S.


Son
Toutes les bandes sonores sont en mono (DD 2.0) et le son est compressé, c'est à dire que nous avons un spectre sonore réduit (pas de haute ni de basses fréquences). Est-ce fidèle à la bande sonore originale, c'est fort probable puisque Woody Allen réalise ses films à sa plus simple expression. Même la bande-annonce de MGM à la fin des films, habituellement plus buyante, a été compressée pour suivre la norme. Par contre, le niveau sonore de la bande annonce de MGM au début du disque et celui de la musique dans les menus est plus élevé que dans le film lui-même, agaçant...

Attention: seulement Annie Hall possède une bande-son française, par contre MGM a inclu des sous-titres français sur tous les titres.


Suppléments/menus
Nous n'avons droit qu'à une seule bande-annonce pour chaque film offert dans ce coffret. Nous croyons que Woody Allen méritait un coffret plus garni que ce qui est inclu ici. Il est notoire que Woody Allen ne veuille pas travailler à la création de suppléments, cependant faire appel à ses collaborateurs aurait été réalisable. Pourquoi ne pas avoir interviewé ces acteurs fétiches, sûrement auraient t'ils eu quantité de choses à dire sur l'homme et son oeuvre. Où est la filmographie de Woody Allen? Les biographies des acteurs principaux? Les notes de production? Il s'agit de matériel que l'on peut pourtant retrouver facilement sur Internet et dans quantité d'ouvrages sur le cinéma. Les films de Woody Allen ne sont pas des énormes productions à effets spéciaux, nous le comprenons bien. Toutefois est-ce seulement ce genre de film qui doit avoir un traitement de classe?



Conclusion
Il est certainement question d'un premier volume puisque ce coffret ne contient pas réellement tous les titres indispensables de la collection de Woody Allen (on pense entres autres à Crimes and Misdemeanors, The Purple Rose of Cairo pour ne nommer que ceux-ci). Heureusement MGM offre ce coffret à un prix modique, un prix plus élevé n'aurait pas été justifié compte tenu da la qualité de l'image et du manque de suppléments. Chose louangeable, la sortie de ce genre de coffret nous permet de revoir des titres comme Stardust Memories qui, individuellement, n'aurait pas été disponible rapidement en DVD.


Qualité vidéo:
3,5/5

Qualité audio:
3,0/5

Suppléments:
0,5/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
3,5/5
Auteur: Pierre-Mathieu Fortin

Date de publication: 2000-04-25

Système utilisé pour cette critique:

Le film

Titre original:
Woody Allen Collection, The

Année de sortie:
1971

Pays:

Genre:

Durée:
711 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
MGM

Produit:
DVD

Nombre de disque:
8 DVD-5 (simple face, simple couche)

Format d'image:
-

Transfert 16:9:
-

Certification THX:
-

Bande(s)-son:

Sous-titres:
-

Suppéments:
Bandes-annonces

Date de parution:
2000-06-05

Si vous avez aimé...