Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Toy Story I/II (édition canadienne)

Critique
Synopsis/présentation
On se doutait déjà de l'immense talent de John Lasseter avant la sortie de Toy Story en 1995. Les courtes animations Gerrys Games (disponibles dans l'édition DVD de Bug's Life) et Luxo Jr. (offert parmi les suppléments de Toy Story II) avaient sans contredit établi le style particulier de ce réalisateur du studio Pixar.
Andy, comme tous les jeunes garçons, possède un lot de jouets. Ceux-ci ont la particularité de s'animer lorsqu'ils sont seuls, sans la présence d'humains. Woody, une poupée cow-boy, est le jouet préféré d'Andy. Tout allait parfaitement jusqu'à ce qu'Andy manifeste plus d'attention envers Buzz Lightyear, le dernier des jouets arrivés. Une inévitable confrontation suivra entre Woody et Buzz Lightyear les entraînant dans une série d'aventures et de périls. Un de ces périls est Sid, un enfant qui détruit les jouets...
Toy Story brille à plusieurs points de vue. L'animation est à couper le souffle : cet aspect quasi réel du rendu est saisissant. Pas étonnant qu'on ait travaillé plus de trois ans à la réalisation du film. Mais là n'est pas la seule qualité : il faut souligner la qualité du scénario. Si John Lasseter est l'architecte du scénario, pas moins de huit personnes ont contribué à l'écriture, dont Andrew Stanton, Joss Whedon, Joel Cohen et Alec Sokolow. Un des problèmes avec l'animation, c'est que sans scénario, ce genre cinématographique ne devient qu'un exercice de style. Il serait trop facile de dresser une liste des films d'animation ayant tombé dans ce piège. Heureusement, Toy Story y échappe. D'ailleurs, ce film avait reçu une nomination aux Oscars pour le meilleur scénario en 1996. Le choix des voix est parfait : Tom Hanks qui fait Woody, Tim Allen en Buzz Lightyear, Don Rickles en Mr. Potato Head. Il vaut vraiment la peine de voir ce film en anglais. En animation, le son constitue un élément capital, le choix des voix est critique pour donner un sens au film.
Le succès de Toy Story I marquait inévitablement une suite :Toy Story II. De nouveaux personnages s'ajoutent à cet univers. Woody est volé par un collectionneur de jouets qui n'a d'autre but que de vendre à large profit la collection complète des articles Woody RoundUp. Jesse est la contrepartie féminine de Woody, une cow-girl qui a du cran; elle aussi est du lot des articles... Buzz Lightyear, maintenant le loyal ami de Woody, tentera tout pour le sauver de cette fâcheuse situation. Si Toy Story II n'a pas la fraîcheur du premier film, il y un humour qui devrait plaire à tous les férus de cinéma. Les références cinématographiques sont abondantes: 2001 Odyssée de l'espace, Star Wars et autres films. Le scénario n'est peut-être pas aussi à point que dans le premier film, mais certaines répliques sont savoureuses et piquantes.



Image
Les deux titres sont présentés en format original 1.77:1 d'après trasnfert anamorphique et sont certifiés THX. Les couleurs, éléments capitaux de ces films, sont justes et bien définies. Il n'y a aucune sursaturation des couleurs ou débordemment. La constance est exemplaire. Les contrastes et les densités sont à point, l'étalement des noirs est dans les normes.
La définition est impeccable sauf quelques scènes dans Toy Story II qui nous ont paru un peu molles. Il y a cependant une surdéfinition des contours parfois évidente. Bien que cela contribue à une certaine tridimensionalité de l'image, un effet de naturel est perdu. Propre à ce type de transfert il n'y a aucun artéfact et parasite.



Son
Dans Toy Story I, on nous offre trois bandes-son: français, anglais et espagnol Dolby Digital 5.1. Toy Story II offre des bandes anglaise et française Dolby Digital 5.1.
Les bandes-son anglaises (Toy Story I/II) sont d'un beau dynamisme qui fait parfois regretter que l'on ait pas songé à les offrir en DTS plein débit.
Néanmoins, les bandes-son Dolby Digital 5.1 sont dynamiques. On utilise abondamment les effets directionnels, tant vers les enceintes avant que pour les enceintes arrière d'ambiophonie. La trame sonore de Randy Newman est puissante sans jamais écraser toute les subtilités sonores. Les voix sont claires, intelligibles et sont d'un naturel qui témoigne du grand soin apporté aux bandes-son. Note importante seule l'édition canadienne offre du français sur Toy Story II, l'Éditon américaine en est dépourvue.



Suppléments/menus
L'édition évaluée ici est la version dite 2 pack qui offre beaucoup moins de suppléments que l'édition Ultimate Toy Box. Un coup d'oeil au site de Disney vous convaincra de l'énorme différence entre les deux éditions.
Bien que nous attachoons peu d'importance au menu, soulignons ici le réel manque de dynamisme et d'énergie de ce qui est offert: La navigation se fait sur un fond statique et sans musique. Dommage.
Toy Story I n'offre qu'un seul supplément: Tin Toy. Cette animation réalisée par John Lasseter en 1988 fut Oscarisé l'année suivante, et non sans raison. Rappelons qu'en 1988 l'animation par ordinateur en était à ses premiers pas. D'une durée d'environ cinq minutes, Tin Toy laisse percevoir le style et la touche de Toy Story. Un bel ajout.
Toy Story II est un peu plus garni. Il y premièrement une des toutes premières animations des studios Pixar: Luxo Jr (1986). Mis en nomination aux Oscars, ce petit bijou est un chef d'oeuvre d'inventivité. On réussit à donner à des lampes de bureau des expressions et une vie. Luxo Jr rappelle la prouesse de Nick Park qui dans A Grand Day Out avait réussi le même exploit en donnant vie à une cuisinière. Suivent plusieurs prises ratée: Vous aurez compris qu'en animation ce genre de chose est impossible. Ces scènes furent présentées avec le générique alors que le film était en salle.
Suit finalement une section de six bandes-annonces (toutes en Dolby Digital 5.1)é Parmi celles-ci, mentionnons l'hilarante bande du prochain film de Pixar: Monster,Inc.
Dans les deux DVD, il y a une section THX Optimode pour vous aider dans la calibration de votre système cinéma maison.




Conclusion
Une édition de base qui est de qualité, et qui fait honneur aux films. Toy Story I, en particulier, a à sa façon marqué un jalon dans l'histoire de l'animation.
Le passioné ou le collectionneur voudra sûrement se procurer le Ultimate Toy Box qui offre des suppléments, bien plus complets. Il faut souligner les efforts faits par Disney (BuenaVista) qui offre des bandes-son françaises Dolby Digital 5.1. L'impact de Toy Story I en surround français aurait considérablement diminué l'impact du film. Un reproche: pourquoi ne pas avoir inclus des sous-titres français?



Qualité vidéo:
4,5/5

Qualité audio:
4,5/5

Suppléments:
2,5/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
4,0/5
Auteur: Mathieu Daoust

Date de publication: 2000-10-06

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC Widescreen 16:9 Toshiba TheaterWide TW40X81, Récepteur Pioneer Elite VSX-07 TX, Lecteur DVD Pioneer Elite DV-37, enceintes Paradigm, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
Toy Story I/II

Année de sortie:
1995

Pays:

Genre:

Durée:
81/92 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Buena Vista

Produit:
DVD

Nombre de disque:
2 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.78:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Oui

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby Digital 5.1
Espagnole Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais

Suppéments:
Toy Story I: THX Optimode, Tin Toy
Toy Story II: THX Optimode, prises supplémentaires, bandes-annonces

Date de parution:
2000-10-17

Si vous avez aimé...