Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Sorry, Wrong Number

Critique
Synopsis/présentation
Anatole Litvak est un réalisateur peu connu du grand public et qui connut une carrière surprenante. Il commença à tourner des films en Russie (Tatiana 1925), en Allemagne (3 films de 1929 à 1932), en France (Calais Douvres 1931, Mayerling 1936), puis émigra aux Etats-Unis où il termina sa carrière en 1970 (The Lady in the Car With Glasses and a Gun).
Il est capable de s'adapter à tous les styles et tous les genres, ce qui fait de lui un véritable cinéaste caméléon. Il s'engage parfois dans ses films, ainsi Confession of a Nazi Spy (1939) aborde de plein fouet le problème du Nazisme à une époque où il n'était pas de bon ton d'aborder le sujet. Il aura parcouru tous les genres à la mode au cours de sa carrière : le film criminel (The Night of the Generals 1966), le film d'action (City for Conquest 1940), le film noir (Sorry, Wrong Number 1948, The Snake Pit 1948), l'adaptation de classiques (Anastasia 1956, Aimez Vous Brahms ? 1961).
Le film qui nous intéresse aujourd'hui, Sorry Wrong Number, est tiré d'une pièce radiophonique à grand succès. Une femme alitée (Barbara Stanwick, vraiment excellente dans un rôle antipathique) surprend par hasard une conversation téléphonique où deux hommes organisent un meurtre. Elle en vient à soupçonner son propre mari (Burt Lancaster plutôt inconsistant et à côté de la plaque) de vouloir la tuer mais ne peut agir, étant coincée dans son lit.
Sur ce canevas plutôt simple, A. Litvak réussit à construire un film au suspense haletant malgré des éléments de scénario peu cinématographiques (le fait que toute l'action soit centrée autour de conversations téléphoniques). La première demi-heure du film est extrêmement efficace et bien construite au niveau mise en scène, la suite devenant moins crédible et un peu plus télégraphié. Cependant il s'agit d'un film fort, porté de bout en bout par B. Stanwick (nominée aux Oscars pour cette performance), qui arrive toujours à ménager un suspense prenant 54 ans plus tard. Un classique du film à suspense qui mérite d'être redécouvert et apprécié.


Image
L'image est présentée en 1.37:1, son format d'origine. Le transfert est globalement agréable pour un film de 1948 et annoncé sans restauration particulière.
L'interpositif est d'une netteté impressionnante, malheureusement un peu gâchée par des taches et rayures en nombre suffisant pour perturber de temps à autre le visionnement.
Le souci avec cette copie vient d'une fluctuation quasi permanente de la luminosité, aussi bien au premier plan qu'en arrière plan. Ces problèmes donnent à l'image un fort aspect mouvant qui peut devenir gênant pour certaines personnes (parfois renforcé par la présence de grain).
Les contrastes sont plutôt bien gérés, appuyés par des noirs profonds et un bon rendu des parties sombres. Les problèmes numériques sont absents de cette édition qui présente une numérisation pratiquement sans problème mis à part une légère sur-définition des contours.
On n'avait très certainemement jamais vu une aussi belle copie de ce film, mais l'enthousiasme est toutefois tempéré par les problèmes de fluctuations intempestives de la luminosité. Encore une fois une restauration aurait permis de proposer une copie quasi idéale.




Son
Les deux bandes-son disponibles sont respectivement en anglais (DD 2.0 mono) et français (DD 2.0 mono). Elles sont de qualité correcte, le mixage originale est plus nette que son homologue française.
La dynamique et la présence sont conformes aux standards de l'époque et permettent d'apprécier le film dans des conditions acceptables sans être optimales. Quelques sifflements et un son qui pointe parfois dans les aïgus (trame-sonore) rappellent les 54 ans du film. Le plus étonnant de cette bande-son est sûrement le faible niveau sonore qui demande un réajustement du volume. Les dialogues sont pour la plupart du temps intelligibles quoique que certaines répliques semble parfois étouffées.
Comme c'est toujours le cas chez Paramount il y a option de sous-titrage qu'en anglais (cc) uniquement.



Suppléments/menus
Nous est proposé une bande annonce grandiloquente (bien dans le style de l'époque 1948) d'une bonne facture technique. Il aurait été facile d'ajouter quelques informations sur le succès de la pièce radiophonique ou même un extrait, celle-ci ayant été enregistrée et vendue sur vinyl.




Conclusion
Une édition DVD de qualité correcte mais sans plus. Tant pour l'image que pour le son une restauration aurait été de mise. L'absence de suppléments est malheureusement à déplorer et empêche cette édition d'accéder à toute recommandation spéciale.



Qualité vidéo:
2,9/5

Qualité audio:
2,5/5

Suppléments:
1,0/5

Rapport qualité/prix:
3,0/5

Note finale:
2,5/5
Auteur: Stefan Rousseau

Date de publication: 2002-06-27

Système utilisé pour cette critique: Projecteur Sharp XV Z9000, Lecteur de DVD Toshiba SD500, Recepteur Denon, Enceintes Triangle, Câbles Banbridge et Real Cable.

Le film

Titre original:
Sorry, Wrong Number

Année de sortie:
1948

Pays:

Genre:

Durée:
88 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Paramount

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-5 (simple face, simple couche)

Format d'image:
1.33:1

Transfert 16:9:
Non

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby mono
Française Dolby mono

Sous-titres:
Anglais

Suppéments:
Bande-annonce

Date de parution:
2002-05-28

Si vous avez aimé...