Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

She’s Gotta Have It

Critique
Synopsis/présentation
Le film est centré sur la pétillante et libre Nola Darling qui nous y présente ses divers amants et son incapacité à choisir entre ces trois hommes pourtant très différents, le tout sous forme de journal intime filmé.





Image
L’image est proposée au format respecté de 1.66:1 d’après un transfert 16:9.

La définition générale est décevante même si étant donné le budget très faible du film, on peut la considérer comme satisfaisante. L’interpositif est très propre dans l’ensemble mais un grain très excessif est présent tout au long du film et demandera un temps d’acclimatation. A noter que le faible budget du film et le mode de tournage est responsable de ce grain très important et non ce transfert.
Le seul court passage en couleur offre des couleurs vibrantes, naturelles et constantes.
Le contraste est correctement géré mais nous aurions apprécié qu’il soit plus poussé.
Les scènes sombres sont correctement rendues mais les noirs auraient supportés d’être plus profonds et propres.
La partie numérique est correcte mais laisse malheureusement apparaître des fourmillement à intervalles réguliers qui viennent s’ajouter au grain déjà très important et perturbent donc parfois le plaisir de visionnage.

Un transfert donc décevant car même si le très faible budget du film et ses conditions de tournage font que se qualité générale est difficile à rendre vidéo, nous aurions vraiment apprécie que la MGM procède à une remasterisation de ce film. Il est en effet dommage de voir qu’après plus de 10 ans d’existence, le DVD voit toujours des sorties de films absolument non remasterisés, certes tout à fait regardable mais tout de même largement en dessous de ce que l’on peut attendre.






Son
Les deux bandes-son disponibles sur cette édition sont respectivement en Anglais (Dolby Digital 5.1) et Anglais (Dolby 1.0 mono).

La dynamique générale de la piste multicanal est tout juste passable. Il en est de même pour sa présence et sa spatialité. Comme pour l’image, les conditions de tournage et d’enregistrement font que le résultat final est normalement limité. La musique n’est pas très bien rendue puisque l’effet stéréo est très limité et montre des limitations dans le haut et le bas du spectre. Les enceintes arrières sont très peu utilisées et l’avantage majeur d’avoir offert une piste multicanal sur ce film est d’avoir un canal dédié pour les dialogues.
Les dialogues sont en permanence intelligibles même si des parasites ou distorsions sont régulièrement audibles et ce même à volume peu élevé.
Logiquement les basses fréquences sont très limitées et n’apportent que très peu au rendu final de cette bande-son.

La bande-son monophonique est très proche de celle en multicanal et au final reste peut être plus agréable à écouter car nos attentes sont plus limitées concernant la première.

Les sous-titres sont disponibles en Anglais, Français et Espagnol.





Suppléments/menus











Conclusion
Une édition très décevante à tous les niveaux, que ce soit de l’image, du son ou des suppléments (absents). Il est vraiment dommage de voir qu’un pourtant d’habitude excellent éditeur se permette de sortir des éditions DVD indignes du support alors même que l’œuvre proposée est certes loin du chef d’œuvre mais est une œuvre des débuts d’un réalisateur reconnu. Hormis pour les amateurs inconditionnels de l’œuvre de Spike Lee, nous ne pouvons que déconseiller l’achat de cette édition même si elle est la seule disponible.

She’s gotta have it est un film de jeunesse, de début de carrière et cela se sent clairement. La construction originale sous forme de journal filmé ou la jeune et charmante Nola Darling nous expose ses affaires amoureuses et sa vie de jeune femme libérée des années 80 est l’un des points forts du film. Le ton est éminemment étrange, hésitant entre humour avec Mars (excellent Spike Lee) et passages « existentialistes » beaucoup moins réussis. Le problème majeur de Lee se situe au niveau de sa direction d’acteur vraiment approximative puisque seule l’actrice incarnant Nola dégage une sensation de naturel alors que tous les autres acteurs sont très empruntés. L’autre souci majeur est au niveau du rythme qui n’est clairement pas maîtrisé. Hormis cela voici un petit film de jeunesse d’un réalisateur intéressant qui offre un portrait très réaliste des années 80 sous influence de Woody Allen (Annie Hall, Manhattan, Stardust Memories) sans malheureusement sa finesse ou son sens de la réplique radicale.


Qualité vidéo:
2,5/5

Qualité audio:
2,5/5

Suppléments:
0,0/5

Rapport qualité/prix:
3,0/5

Note finale:
2,5/5
Auteur: Stefan Rousseau

Date de publication: 2008-05-13

Système utilisé pour cette critique: Projecteur Sharp XV Z9000, Lecteur de DVD Toshiba SD500, Recepteur Denon, Enceintes Triangle, Câbles Banbridge et Real Cable.

Le film

Titre original:
She’s Gotta Have It

Année de sortie:
1986

Pays:

Genre:

Durée:
85 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
MGM

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-5 (simple face, simple couche)

Format d'image:
1.66:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Anglaise Dolby mono

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:

Date de parution:
2008-01-15

Si vous avez aimé...