Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Visions of Light: The Art of Cinematography

Critique
Synopsis/présentation
Visions of Light: The Art of Cinematography est un documentaire produit en 1992 par le American Film Institute (AFI) et NHK Japan Broadcasting Corporation. Réalisé par Arnold Glassman/Todd McCarth/Stuart Samuels, Visions of Light retrace en 92 minutes l'histoire de la direction photo.
Précisons d'office que l' American Society of Cinematographers (ASC) a largement contribué à la réalisation de ce documentaire. C'est donc en fait l'histoire de la direction photo aux États-Unis qui est raconté; on fait à peine référence à l'expressionnisme allemand et au cinéma de la nouvelle vague.
La première demie de ce documentaire trace l'histoire de la direction photo; des balbutiements de cinéma américain jusqu'au début des années 1960. Justement divisé en chapitres, on aborde différents thêmes: l'expressionisme allemand, l'arrivé du son, l'influence qu'ont eu les studios sur la manière de filmer les vedettes, l'avénement des formats scope et de la couleur. Bien sûr, un chapitre est consacré à Greg Toland, directeur photo de Citizen Kane. Chose intéressante, la narration de ces chapitres est assurée par des directeurs photos contemporains. On sent le respect qu'ont ces directeurs photos pour le travail fait par ceux qui ont fait avancer cet art.
Le deuxième demie de Visions of Light se dédie au cinéma des années soixantes jusqu'à celui du début des années quatre-vingt-dix. Là, les directeurs photos commentent eux-mêmes leurs oeuvres. Conrad Hall nous parle de Cold Hand Luke et In Cold Blood, Gordon Willis des jeux de lumières dans The Godfather, Bill Buttler de la manipulation de la caméra dans Jaws. Le très cérébral Vittorio Storaro explique le choix de couleurs fait dans The Last Emperor.
Visions of Light: The Art of Cinematography est un admirable travail de synthèse. Présenter 125 extraits de films et une vingtaine de directeur photo en si peu de temps, tout en maitenant une unité dans le propos est remarquable. Les auteurs de ce documentaire ont incontestablement fait un important travail de recherche avant la réalisation du documentaire. Cependant, Visions of Light par sa qualité fait cruellement regretter qu'on ait décidé de limiter ce documentaire à une heure trente, alors que trois heures auraient été un minimum. Le contenu abordé est plutôt dense. Laisser parler les images plus longuement n'aurait fait qu'augmenter notre plaisir.


Image
L'image est présenté en format plein écran (4:3). Tous les extraits de film sont (heureusement) offerts en format original (letterbox), mais évidemment non-anamorphique. Avant toute évaluation, deux caractéristiques ne doivent pas être confondues: la qualité du transfert et la qualité des extraits/entrevues.
Le transfert proposé par Image Entertainment est somme toute acceptable. La définition est passable, les couleurs ne débordent pas et aucun fourmillement excessif n'entachent l'image. On dénote aucune trace de compression. Par contre, on remarque des noirs qui manquent de profondeurs et des dégradés qui bloquent trop vite. Il s'agit, somme toute, d'un bon transfert fait depuis une bande analogique.
Les qualités visuelles du matériel présenté varient énormément. Les entrevues avec les directeurs photos sont de belle facture et nettes. La qualité des extraits de films varie à l'occasion de très faible à excellente, mais restent pour la plus part du temps moyenne et marqué parfois par un manque de définition.
On note la présence de parasites (égratignures, points blancs) sur de nombreux extraits.



Son
La seule bande sonore est anglaise (Dolby Digital 1.0 mono), tout le champ sonore ne se déploi que de l'enceinte centrale avant.
Là encore, la qualité varie énormément selon les extraits présentés. La fidélité des extraits sonores est acceptable mais sans plus. Dans le cadre des entrevues, l'enregistrement est de qualité, les dialogues restent en tout temps parfaitement intelligibles.


Suppléments/menus
Aucun supplément ne complète cette édition. Sans demander un traitement digne d'une édition spéciale, il aurait été agréable de pouvoir consulter les biographies et filmographies des directeurs photo qui ont donné des entrevues dans le cadre de cette production.




Conclusion
Image Entertaiment a le mérite d'offrir en DVD un immense catalogue. Parmi ces titres, des trésors se cachent, Visions of Light en est certainement un. D'un point de vue technique, ce titre ne fera pas figure de référence mais est assez solidement présenté pour nous laisser apprécier la substance de ce documentaire.
A voir si l'on est le moindrement passionné par le cinéma et les artisans derrière la caméra...


Qualité vidéo:
3,0/5

Qualité audio:
2,5/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
3,3/5
Auteur: Mathieu Daoust

Date de publication: 2001-09-01

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC Widescreen 16:9 Toshiba TheaterWide TW40X81, Récepteur Pioneer Elite VSX-07 TX, Lecteur DVD Pioneer Elite DV-37, enceintes Paradigm, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
Visions of Light: The Art of Cinematography

Année de sortie:
1992

Pays:

Genre:

Durée:
92 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Image Entertainment

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.33:1

Transfert 16:9:
Non

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby mono

Sous-titres:

Suppéments:
--

Date de parution:
2000-05-09

Si vous avez aimé...