Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Rush

Critique
Synopsis/présentation
Rush est la seule oeuvre cinématographique que Lili Fini Zanuck ait jamais réalisée. Elle est habituellement productrice pour le cinéma (Cocoon de Ron Howard, 1985 ; Driving Miss Daisy de Bruce Beresford, 1989).

Rush (1991) nous fait suivre la descente aux enfers de deux flics qui doivent devenir junkies de façon à maintenir leur couverture. Jim Raynor (Jason Patrick), un vieux de la vieille se voit confier Kristen Cates (Jennifer Jason Leigh), une jeune recrue idéaliste. Ils sombreront tous deux dans la dépendance du fait même de leur métier, mais qui nous dit qu'il ne le font pas dans ce but? D'ailleurs, qu'est-ce qui peut bien les pousser vers cette activité ?

Il s'agit donc de son premier film, et ceci s'avère d'autant plus étonnant lorsque l'on vient de le visionner et ainsi constater la maîtrise de tous les éléments filmiques dont elle fait preuve. En effet, les qualités de sa mise en scène discrète évitent au film bien des scènes clichés ou déja vu (le sujet de base n'a rien de nouveau). La photographie de Kenneth Mc Millan est parfaitement adaptée au traitement choisi par Zanuck et malgré sa beauté, ne vient jamais enjoliver les actes des héros.

Le scénario, s'il a parfois tendance à progresser trop lentement, tire sa force et sa puissance de son origine réelle. Il s'agit de l'adaptation du livre de Kim Wozencraft (qui vécut elle-même ce type d'aventures) par Pete Dexter. Celui-ci n'a pas hésité à en reprendre l'âpreté et la violence psychologique que de la même façon, Lili Fini Zanuck ne tenta pas d'édulcorer la mise en images. Le film va aussi loin qu'il le faut pour bien montrer les difficultés qu'ont les deux héros à maintenir le fragile équilibre qui les maintient dans le bon camp. Un de ses principaux atouts est d'ailleurs de plus s'intéresser aux personnages et aux effets de ce mode de vie sur eux qu'a l'aspect policier classique, ce qui pourra dérouter certains spectateurs.

L'incroyables performances des deux principaux acteurs est pour beaucoup dans la réussite du film. Encore une qualité à mettre à l'actif de Lili Fini Zanuck et qui est plutôt rare chez les nouveaux réalisateurs : la direction d'acteurs et plus precisémment la maîtrise d'acteurs dans des rôles limites où ils pourraient facilement cabotiner. Rien de cela dans Rush, et Jason Patrick et Jennifer Jason Leigh se surpassent et nous offrent deux personnages de flics-junkies totalement perdus, plus vrais que nature, sans justement jamais donner l'impression de jouer ou d'effectuer un grand numéro d'acteurs. Certaines scènes atteignent d'ailleurs une intensité incroyable rendant le visionnage presque pénible (la scène chez le trafiquant, hallucinant K. Mc Kray, où Kristen est obligée de réellement se piquer pour s'en sortir vivante).

Un mot enfin sur la musique composée par Eric Clapton. Ce blues triste et magnifique vient relayer à merveille les images tragiques du film. En quelques accords vous êtes mis dans l'état d'esprit propice à son visionnement.

Quelques lenteurs et relatifs décrochages, ainsi qu'une certain manque de cohésion dans le scénario empêchent le film d'atteindre des sommets. Cependant, toutes les qualités précitées en font une oeuvre grandement recommandée, mais pas pour tous les publics. La sensation de violence et de déchéance dégagées par le film le limitent d'emblée à un public averti.



Image
L'image est présentée au format respecté de 1.85:1 et ce d'après un transfert anamorphosé.

L'interpositif est propre et sans problème apparent. La défintion générale est plutôt bonne même si parfois un peu plus faible sur les plans d'ensemble. Malgré cela l'image offre un bon niveau de détail avec des textures finement reproduites. Les belles couleurs de la photo du film sont rendues de façon naturelle et constante. Le contraste est fort bien géré et permet de compenser des noirs un peu légers. Les nombreuses scènes nocturnes du film sont du coup bien rendues.

La partie numérique de ce transfert est largement à la hauteur et n'occasionne que peu de défauts. On remarque surtout des marques de compression (fourmillement) dans les parties sombres.



Son
Les bandes-son disponibles sont en Anglais (Dolby Digital 5.1) et Espagnol (Dolby 2.0 Surround).

La dynamique de la bande-son multicanaux anglaise est d'un excellent niveau. Associée à une bonne spatialité, elle offre une belle présence. La musique est parfaitement intégrée au reste de la bande-son. L'utilisation des enceintes arrières est toujours judicieuse et démontre une séparation des canaux correcte. Les dialogues sont toujours naturels et parfaitement intelligibles. Les basses fréquences sont d'un niveau fort appréciable et viennent parfaitement appuyer la musique.

Les sous-titres sont disponibles en Anglais, Français et Espagnol.

Une excellente intiative de la part de la MGM que d'avoir effectué ce bon remixage en 5.1 qui apporte un plus indéniable à l'impact du film.


Suppléments/menus
Une section étonnante pour une édition DVD catalogue.

Le commentaire audio de la réalisatrice Lili Fini Zanuck témoigne bien de son énorme interêt pour ce projet et de son implication totale dans ce qui est sa première réalisation. Les pauses entre ses interventions s'avèrent malheureusement trop longues pour maintenir totalement l'attention du spectateur. Cependant, ses anecdotes sont toutes intéressantes et viennent répondre aux questions que l'on pouvait se poser suite au visionnage du film.

Le documentaire Filming Rush (9 mins.) s'avère mieux construit et plus analytique que les habituels segments promotionels. Toutefois, il nous laisse sur notre faim étant donné sa courte durée. Est également disponible un clip vidéo de bonne qualité de la chanson du film Tears in Heaven (4 min 41 s), chantée par Eric Clapton et comprenant des images du film.

La bande-annonce est de qualité correcte et bien dans l'esprit (2 min 21 s).
Des suppléments de qualité même si ils auraient pu être plus longs et le commentaire moins morcelé.




Conclusion
Une édition DVD d'excellente facture technique, aux suppléments intéressants. De plus, un prix de vente plutôt bas permet à cette édition de recevoir nos recommendations. Un film intense et puissant, dont le sujet et le traitement le réservent à des spectateurs avertis. Ceux-ci seront satisfaits de découvrir une oeuvre différente, dont les interprètes sont totalement crédibles et les situations poignantes. Une film fort que l'on n'ublie pas facilement, porté par la superbe musique d'Eric Clapton.



Qualité vidéo:
3,5/5

Qualité audio:
3,5/5

Suppléments:
3,0/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
3,5/5
Auteur: Stefan Rousseau

Date de publication: 2002-12-05

Système utilisé pour cette critique: Projecteur Sharp XV Z9000, Lecteur de DVD Toshiba SD500, Recepteur Denon, Enceintes Triangle, Câbles Banbridge et Real Cable.

Le film

Titre original:
Rush

Année de sortie:
1991

Pays:

Genre:

Durée:
120 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
MGM

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Espagnole Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
Piste de commentaires audio de Lili Fini Zanuck, documentaire Filming Rush, clip vidéo d'Eric Clapton: Tears in Heaven, Bande-annonce

Date de parution:
2002-12-03

Si vous avez aimé...