Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Misery (Collector’s Edition)

Critique
Synopsis/présentation
L’auteur à succès Paul Sheldon (James Caan) vient de terminer son tout dernier roman. Alors qu’il est en route au volant de sa voiture pour aller rencontrer son éditrice (Lauren Bacall), Paul se fait prendre au piège d'un blizzard et quitte violemment la route en perdant le contrôle de sa voiture. L’accident lui fait perdre conscience. Lorsqu’il se réveille, Paul est dans la maison d’Annie Wilkes (Kathy Bates) qui se plaît à lui avouer qu’elle est sa plus grande fan. Sous son toit, Annie soigne Paul tout en prenant bien soin de lui informer que les routes sont bloquées et que les lignes téléphoniques ne fonctionnement pas, ce qui empêche l’infirmière d’amener son patient dans un hôpital. Mais voilà, une nuit, Annie termine le roman de Paul et refuse violemment la conclusion et le sort de son héroïne favorite, Misery. Paul l’a fait mourir. Mais Annie entend sérieusement voir l’avenir de Misery d’une autre façon. Elle obligera Paul à brûler son manuscrit et à réécrire l’histoire selon ses volontés, tout cela, sans que ce dernier ait à le payer de sa propre vie.


Image
Le film est offert au format d’image respectée de 1.85:1 d’après un transfert 16:9.

Faisant suite à une précédente édition parue en 2003, MGM retouche ici entièrement le transfert du film pour en offrir un rendu qui lui rend enfin justice. La définition générale de l’image est donc absolument excellente. Il faut dire que cela est très étonnant pour un film qui date de plus de dix-sept ans. L’interpositif a donc été restauré et pratiquement aucune anomalie n’est perceptible. Il reste seulement un très subtil grain cinématographique que seul l’œil aguerri saura percevoir. L’image présente donc une netteté exemplaire en plus de proposer un niveau de détails et de textures des plus admirable. Le rendu des couleurs est tout aussi superbe. Ces dernières sont belles, riches et précises tout en ne laissant paraître aucun défaut de saturation ou de débordement. Les tons de peaux demeurent aussi naturels et constants. Du côté des contrastes, ils sont parfaitement gérés évitant tout problème de brillance. Les dégradés, eux, sont fluides et précis livrant ainsi à de superbes et admirables parties sombres. Finalement, ce sont des noirs purs et intenses qui complètent ce transfert étonnamment et fort heureusement très remarquable, rendant ainsi finalement justice au film qu’il sert.

Du côté numérique, on ne notera heureusement aucun défaut majeur apparent.



Son
Trois bandes son sont offertes sur cette édition. La première en version originale anglaise est disponible au format Dolby Digital 5.1 alors que les deux autres, en versions française et espagnole, sont disponibles au format Dolby Surround 2.0. Deux pistes de commentaires audio sont également offertes : la première est animée par le réalisateur Rob Reiner et la seconde par le scénariste William Goldman.

Le mixage anglais fait preuve d’un excellent dynamisme et d’une présence fort convaincante. Étant donné l’âge du film, on se serait attendu à pire. Le déploiement du champ sonore s’effectue de façon correcte, sans r extravagance, il va de soi. La majorité des éléments sonores passent donc naturellement par les ouvertures frontale et latérale qui font preuve d’une belle clarté et d’une certaine précision. Les enceintes arrière demeurent par contre très discrètes. Inutile de mentionner que les effets d'ambiophonie sont plutôt rares. Les dialogues rsont nets et toujours intelligibles. Quant à la trame sonore, elle est efficacement intégrée au mixage en plus d’être solidement appuyée par le canal de basses fréquences, ces dernières grondant avec profondeur. Finalement, le canal d’extrêmes graves se manifeste plus rarement, mais pas sans moins d’efficacité.

Des sous-titres anglais et espagnols sont disponibles.



Suppléments/menus








Conclusion
Dix-sept ans après sa sortie, cette adaptation du roman de Stephen King est toujours aussi efficace. La mise en scène du réalisateur Rob Reiner est suffisamment maîtrisée pour instaurer une tension (souvent insoutenable) à son film, et ce, du début à la fin. Évidemment, le jeu des deux acteurs principaux, James Caan et Kathy Bates (récompensée aux Oscars), y est pour beaucoup et élève ce film au-delà du simple téléfilm d’après-midi. Cette édition est donc le prétexte idéal, pour ceux qui ne l’ont pas encore fait, pour découvrir cette œuvre, et pour les autres, de la redécouvrir.

MGM nous offre ici une réédition qui rend pleinement et surtout enfin justice au film. Le transfert vidéo est tout à fait admirable alors que le mixage est très adéquat. De plus, le nombre et la qualité des suppléments justifient largement l’idée d’une réédition par rapport à celle offerte en 2003. Bref, une édition qui vaut largement le détour et qui, offerte sous la barre des vingt dollars, ne devrait vous faire résister plus longuement si vous portez le moindre intérêt pour le film.



Qualité vidéo:
4,0/5

Qualité audio:
3,4/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
3,8/5

Note finale:
3,8/5
Auteur: Frédéric Bouchard

Date de publication: 2008-02-10

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur Toshiba 27A43C, Récepteur JVC TH-A30

Le film

Titre original:
Misery

Année de sortie:
1990

Pays:

Genre:

Durée:
107 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
MGM

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby 2.0 Surround
Espagnole Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais (CC)
Espagnol

Suppéments:
Pistes de commentaires audio animées par le réalisateur et le scénariste, documentaires, bande-annonce

Date de parution:
2007-10-02

Si vous avez aimé...