Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Final Destination

Critique
Synopsis/présentation
Il serait facile de cataloguer Final Destination dans le même registre que le cinéma d'horreur pour adolescents qui assiège nos écrans depuis maintenant quelques années. Force nous est d'admettre que la majorité de ces films avaient un seuil de qualité très peu élevé. Mais le genre rapporte beaucoup d'argent et tant qu'il le fera, ces navets continueront d'affluer sur nos écrans. Mais parfois, pour différentes raisons, l'un de ces films réussis à se démarquer du lot. C'est le cas avec Final destination. L'histoire en particulier fait preuve d'un peut plus d'imagination que ses pairs. Celle-ci raconte les mésaventures d'Alex, un adolescent en route pour un voyage scolaire en France, qui a la prémonition que l'avion dans lequel il prend place va exploser avec les passagers à son bord. Expulsé de l'avion avec quelques camarades, ils sont finalement témoins de la terrible tragédie qu'avait prédit Alex. Mais la Mort n'a pas dit son dernier mot, leur destiné étant de mourir dans l'accident, la mort se fait un devoir d'aller prendre la vie de chacun des survivants un par un, dans des diverses circonstances. Et c'est exactement ce qui fait la force du film. Pour une rare fois, le meurtrier n'a pas de visage, pas de forme ni de motif. C'est une force invisible et implacable dont on ne peut se sauver. De ce principe, toutes les morts à survenir dans le film sont complètements nouvelles et imprévisibles.
La mise en scène de James Wong, qui signe ici son premier film, s'avère fort efficace. Il manipule sa caméra avec une grande maîtrise et une grande minutie, en particulier lors des scènes d'horreur. Par contre, comme il est à prévoir, un tel film, aussi original soit-il, comporte malheureusement quelques défauts. Ainsi, le scénario s'avère assez anecdotique quant au déroulement des péripéties. De plus, alors que le premiers tiers du film est traité avec beaucoup de sérieux, le film commence à verser dans l'horreur comique après la première moitiée. Une rupture de ton qui pourrait en décevoir certains. Mais ne boudons pas notre plaisir pour autant, les scènes d'horreurs sont efficaces et l'histoire suffisamment originale pour vous procurer du plaisir pendant plus de 90 minutes. Et c'est tout ce que l'on demande d'un tel divertissement.


Image
Encore une fois, New Line nous prouve qu'il n'est pas nécessaire d'avoir un transfert approuvé THX pour offrir une image de qualité. Cette-fois encore le studio ne déroge pas à cette règle en nous présentant une image anamorphique splendide. Celle-ci est claire et nette, ne présentant aucun défauts ou artéfacts apparents. Les quelques grains visibles sont si minimes qu'ils sont facilement pardonnables. Les noirs sont généralement solides, et les couleurs bien contrastées. Certains reprocheront peut-être une trop forte luminosité durant les scènes de jours, ce qui donne à la lumière un effet plutôt surréaliste. Mais ce défaut est minime et ne devrait en rien nuire à votre visionnement.


Son
La bande-son du film, présentée en dolby digital 5.1, offre elle aussi de belles qualités. L'ambionphonie est d'avantage mis à contribution pour définir une ambiance au film que pour en mettre plein les oreilles (mis à part la splendide séquence du crash aérien, un bon test pour impressionner ses amis !). Les basses sont profondes et immersives tout au long du film, ceci contribue à l'ambiance inquiétante du film. Quant aux effets directionnels, ils sont surtout limités aux enceintes avants. Les dialogues quant à eux ne sont jamais embarrassés par l'action. Bref, sans être de référence, une bande sonore de qualité. Une bande sonore Dolby Surround 2.0 est aussi disponible pour l'écoute offrant, on s'en doute, moins de dynamisme que la version 5.1. Comme il est de mise depuis longtemps déjà chez New Line, ne chercher pas de bande sonore française sur cette édition puisqu'il n'y en a tout simplement pas. Une situation qui, espérons-le, ne tardera pas à se corriger. Seul des sous-titres anglais sont inclus...


Suppléments/menus
Évoluant dans la New Line Platinum Series, cette édition nous offre une série de suppléments de qualités. New Line propose de façon bien original et intéressante une série de trois scènes coupées au montage, dont une fin alternative. Rien de bien excitant en soi, mais pour accompagner ces scènes, on nous offre un documentaire d'une quinzaine de minutes intitulé Test Screenings. Très intéressant et parfois amusant, ce documentaire nous présente les effets des projections tests sur le montage des films. On y justifie la coupure de ces trois scènes pour diverses raisons. Ce documentaire est le compagnon idéal pour des scènes qui autrement n'offrent rien de bien particulier. Un deuxième documentaire est aussi inclus, sans rapport direct avec le film cette fois. Intitulé Premonitions, ce documentaire de vingt minutes nous présente la biographie (!) d'une femme qui utilise ses pouvoirs psychiques pour résoudre des crimes. Loin d'être complètement raté, ce documentaire s'avère néanmoins tout à fait hors propos. Suivant les documentaires, on retrouve deux pistes de commentaires audio. La première, et de loin la plus intéressante des deux, met en vedette le réalisateur James Wong, les co-scénaristes Glen Morgan et Jeffrey Reddick, et le monteur James Coblentz. Ce commentaire est animé et donne beaucoup d'information sur la production et aussi sur divers éléments cachés tout au long du film. Le deuxième commentaire, animé par les acteurs Devon Sawa, Kerr Smith, Kristin Cloke et Chad Donella, est complètement à l'opposé du précédent. Les acteurs ont beau avoir l'air enjoués, ils ne racontent strictement rien qui soit digne d'intérêt à propos du film. La trame-sonore du film est aussi offerte sur une piste indépendante avec là aussi des commentaires de la compositeur, Shirley Walker. Ses commentaires sont généralement professionnels et intéressants. Finalement, et c'est aussi ce qui fait le charme de ce disque, vous retrouverez deux jeux d'un intérêt certain. Le premier, Death Clock, vous précisera le jour et l'année de votre mort (!) après avoir répondu à un court questionnaire. Attention, vous pourriez être surpris ! Le deuxième jeu testera votre niveau psychique en vous faisant deviner une série de symboles cachés dans une série de cartes. Bien sûr, ni l'un ni l'autre de ces jeux ne vous procurerons de véritable plaisir, mais ils demeurent néanmoins un complément amusant sur votre DVD. Le scénario du film est aussi disponible via le DVD-Rom, tout comme le site Internet du film.



Conclusion
Sans être une édition de référence, il s'agit d'un produit de qualité offert par un éditeur qui a visiblement le souci du travail bien fait. Le transfert est excellent, tout comme le son. Les suppléments sont originaux, généralement intéressants et parfois même amusants, un peut à l'image du film. Un film qui, sans être une œuvre majeure, arrive comme ou bouffée d'air frais dans un genre où l'originalité fait défaut depuis longtemps déjà. Et qui plus est, le tout est enrobé dans un boitier absolument superbe. Que demander de mieux à ce prix?


Qualité vidéo:
4,6/5

Qualité audio:
3,8/5

Suppléments:
3,8/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
4,0/5
Auteur: Yannick Savard

Date de publication: 2000-10-23

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 Sony Trinitron Wega KV-32S42, Récepteur Pioneer VSX-D509, Lecteur DVD Pioneer DVL-909, enceintes Bose, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
Final Destination

Année de sortie:
2000

Pays:

Genre:

Durée:
98 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Alliance Atlantis

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Anglaise Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais (CC)

Suppéments:
2 pistes de commentaires audio, trame-sonore isolée avec commentaires, scènes coupées, fin alternative, 2 documentaires, bande-annonce, jeux questionnaires

Date de parution:
2000-09-26

Si vous avez aimé...