Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Husbands and Wives

Critique
Synopsis/présentation
Deux couples dans la quarantaine, Gabe et Judy (Woody Allen et Mia Farrow) ; Jack et Sally ( Sydney Pollack et Judy Davis). Lorsque ces derniers annoncent à leurs meilleurs amis qu'ils se séparent, leur décision provoquera des réactions en chaîne incontrôlables. Jack se retrouve avec une pulpeuse prof d'aérobie; Sally est incapable de se remettre de la séparation même si la décision semblait venir du couple. Gabe continue son rôle de mari aimant mais la distance de sa femme commence à le peser. Il commence donc à fréquenter Rain (Juliette Lewis) une de ses élèves de littérature. Judy (Mia Farrow, toujours aussi confuse) tente de réparer les pots cassés en présentant Sally à un collègue de travail, Michael (Liam Neeson) sur lequel elle à elle-même un oeil, sans vouloir se l'avouer. Et voilà. Les bases sont mises pour un autre Woody Allen, mais pas n'importe lequel. À la fine pointe de son art, Allen nous sert un regard semi-documentaire sur les couples en mi-parcours. Un regard formellement très avant-gardiste, où la caméra danse un ballet au rythme des humeurs des comédiens, où les jump-cuts au montage nous rappellent notre propre système nerveux en état de crise et où les comédiens, en pleine psychanalyse, se livrent corps et âme.
Woody Allen, on aime où on aime pas. Lorsqu'on l'aime, on se demande toujours pourquoi; lorsqu'on ne l'aime pas, on sait tout de suite pourquoi. Husbands and Wives marque un pas dans la carrière du réalisateur; nous irions jusqu'à dire son dernier grand film. Ses films précédents: Crimes and Misdemeanors et Shadows and Fog, interrompus par Alice mais passons sur celui-là, sont deux morceaux de choix. Le premier de facture très classique mais considéré comme un de ses plus grands accomplissements et le deuxième, très technique, un hommage à l'expressionnisme allemand de Dreyer et Murnau. Arrivé à l'étape de Husbands and Wives, c'est une toute autre approche: caméra constamment à l'épaule (nous n'avons remarqué un seul plan fixe), des acteurs en situation presque improvisée, un deuxième niveau narratif d'un documentariste-psychanalyste commentant en voix hors champ les actions des personnages. Bref, un imbroglio formel qui nous plonge dans la vie de ces personnages tel un Lars Von Trier avant l'âge ou un hommage au Cassavettes de A Woman under Influence. Lors de sa sortie au cinéma, bien des gens sortaient du film dégoutés par la rapidité des mouvements de caméra. Woody Allen évolue plus vite que son public qui a toujours critiqué ses avancées techniques ou formelles. Il faut se rendre à l'évidence en écoutant Husbands and Wives que Woody Allen à déjà acquis, à la sueur de son front, ses lettres de noblesse au sein du panthéon du cinéma.


Image
Husbands and wives est présenté en format original de 1.85:1 (transfert anamorphosé), une version plein-écran est aussi incluse.
Le transfert à été effectué à partir d'un interpositif de grande qualité. La qualité de l'image est superbe: une belle profondeur de champ, de la netteté et un respect de la colorimétrie sans faille. Les tons de peau sont chaleureux et nets et les blancs sont purs sans être délavés. Comme il s'agit d'un film est entièrement tourné en caméra à l'épaule, ce qui peut donner lieu à quelques écarts de luminosité mais cela s'inscrit dans la vision du réalisateur. Les noirs sont superbes et profonds et les dégradés plus que satisfaisants.
Seuls défauts de cette édition; quelques parasites et une image qui n'a pas toujours un piqué optimal.
La version plein-écran est correcte bien que les cadrages particuliers en soient plus affectés.



Son
La bande-son originale est offerte en Dolby mono répartie sur deux canaux (2.0). Une très bonne répartition spaciale pour cet enregistrement en mono. Encore une fois, dû au traitement semi-documentaire du film, on note certaines inégalités sonores lorsque le personnage est trop loin de la caméra, mais cet effet est voulu et renforce le sentiment de cinéma-vérité. Même la trame sonore française à été travaillée avec soin en prenant note des déplacements dans l'espace. Une bonne mise à niveau des dialogues qui respecte l'environnement sonore. Le son est bien rendu (bien qu'il ne s'agisse pas d'un exemple en terme de fidélité) et ne pointe jamais trop dans les hautes fréquences même lors des crises d'hystérie de Judy Davis (Dieu merci...). Formellement, on joue beaucoup sur les niveaux narratifs autant du point de vue du son (avec les voix-off) que de l'image.



Suppléments/menus
Comme c'est l'habitude, pas de supplément sur les éditions DVD de Woody Allen, si ce n'est que la bande-annonce du film Husbands and wives ainsi que celle de Manhattan Murder Mystery.
Compte tenu de la qualité de la bande-annonce d' Husbands and wives , ils auraient pu s'en passer... Comparé à la qualité d'image que nous offre cette édition, les taches et poussières sur la pellicule des bandes-annonces sont plutôt agacantes.



Conclusion
Comme c'est l'habitude, pas de supplément sur les éditions DVD de Woody Allen, si ce n'est que la bande-annonce du film Husbands and wives ainsi que celle de Manhattan Murder Mystery.
Compte tenu de la qualité de la bande-annonce d' Husbands and wives , ils auraient pu s'en passer... Comparé à la qualité d'image que nous offre cette édition, les taches et poussières sur la pellicule des bandes-annonces sont plutôt agacantes.


Qualité vidéo:
3,8/5

Qualité audio:
3,4/5

Suppléments:
1,0/5

Rapport qualité/prix:
3,5/5

Note finale:
3,5/5
Auteur: Pierre-Mathieu Fortin

Date de publication: 2002-04-10

Système utilisé pour cette critique:

Le film

Titre original:
Husbands and Wives

Année de sortie:
1992

Pays:

Genre:

Durée:
108 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Columbia Tristar

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby 2.0 stéréo
Française Dolby 2.0 stéréo

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol
Portugais

Suppéments:
Bandes-annonces

Date de parution:
2002-04-16

Si vous avez aimé...