Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Point Break

Critique
Synopsis/présentation
D'office, il est clair que Point Break constitue l'un de ces films américains dont l'intrigue principale se résume textuellement à l'endos d'un carton d'allumettes. C'est également l'un de ces films qui fait abstraction à l'intelligence du spectateur, préférant le gaver de scènes d'action vertigineuses et de pourchasses insufflées d'adrénaline. Et pourtant, le résultat final est étonnamment efficace...

Alors qu'un petit groupe de criminels terrorise le milieu banquier californien, le FBI, se voyant à cours d'indices et de ressources, fait appel à Johnny Utah (Reeves) afin d'enquêter sur le dossier. Les pilleurs, surnommés les ex-présidents (puisqu'ils revêtent des masques des présidents américains passés), font d'ailleurs la honte du bureau d'enquête, répétant singulièrement leurs assauts armés sans jamais laisser la moindre trace de leur identité. Alors que l'enquête se resserre sur une bande de jeunes adeptes du surf, Utah aura comme mission de se faufiler secrètement au coeur du groupe afin de déterminer s'ils sont bel et bien les auteurs des vols. Utah se heurtera cependant au charisme imposant du leader (Swayze), celui-ci l'enjôlant à participer à des cascades casse-cous, prétextant philosophiquement le fameux "Live Fast, Die Young". Le jeune enquêteur suivra le rythme trépidant de la bande, tout en gardant en tête son rôle premier, soit celui pour lequel il a été assigné.
Dans le genre action/aventure, Point Break est un film intéressant. Et pour une raison fort simple: le film ne cherche pas à être autre chose qu'un pur divertissement, on évite de se prendre au sérieux. Rapidement sont éclipsés les faiblesses du scénario par des cascades en haute-voltige. Il en va de même pour une définition accrue des aspirations et émotions des personnages, celle-ci étant remplacée illico presto par une chimie dynamique entre le bien et le mal. Point Break mise sur l'élaboration de séquences-cascades clés, tels que les deux scènes de sauts périlleux en parachute (ces dernières étant réalisées avec une photographie ne pouvant que laisser le spectateur pantois), la scène du surf sur mer et celle de la chasse à l'homme à travers les ruelles de Los Angeles. Réalisé par Kathryn Bigelow (Strange Days) et produit par James Cameron, Point Break saura pleinement satisfaire le spectateur en quête de sensations fortes.
Ndlr: Un bravo particulier à Fox pour le choix très sélectif des photographies se retrouvant dans le livret. Dès l'ouverture du boîtier, une photographie révèle le dénouement d'une des intrigues du film...




Image
Cette édition DVD de Point Break propose le film en format original de 2.35:1, et ce de façon anamorphique.
L'image, quoique qu'imparfaite, obtient tout de même une note légèrement supérieure à la moyenne. Le transfert présente des couleurs naturelles et subtiles (sans sur-saturarion), les noirs sont solides sans sacrifier aucun détail. On n'observe aucune sur-définition des contours ou signes de compression.
Pour ce qui est des points négatifs ternissant ce transfert, notons une définition générale manquant parfois de piqué (manque de détail) et des artéfacts souvent imposants considérant les modestes 10 ans du film.
Le grain de la pellicule (interposositf) en agacera également plusieurs, ce dernier étant présent durant la quasi-totalité du film.



Son
Après les Universal, Disney, Dreamworks et New Line, voilà maintenant que Twentieth Century Fox se joint au rang des studios/distributeurs offrant sur une même édition des bandes DTS/DD.
Tel est le cas de cette édition de Point Break, on y trouve une bande DTS 5.1 (mi-débit, 754kbps), ainsi qu'une bande Dolby Digital 4.1 (toutes deux anglaises). Il est important de mentionner que, malgré la différence des canaux utilisés (DD 4.1/DTS 5.1), les deux bandes sont identiques. Le format sonore DTS ne pouvant utiliser un seul canal pour reproduire les effets d'ambiophonie, on a donc encodé sur les deux canaux arrières (d'ambiophonie) la même piste. Tant pour la bande Dolby Digital que DTS les canaux arrières sont monophoniques et reproduisent le même signal.
Pour ce qui est des attraits des deux bandes sonores principales (DD4.1 et DTS anglaises), celles-ci demeurent agréables d'écoute mais sans plus.
On se serait attendu a un peu plus de dynamisme de ces bandes qui parfois manquent d'ampleur.Quoique peu agressif, les effets d'ambiophonie ajoutent à l'atmosphère sonore et servent plus a appuyer la trame-sonore. Cette dernière, composée par Mark Isham, est justement rendue et avec aplomb. Les dialogues sont naturels et intelligibles.
Ces mixages font une utilisation quelque peu bizarre du canal .1 (LFE) qui oscille entre l'efficacité et la passivité.
En plus des pistes DTS et DD anglaises, on retrouve des bandes anglaise et française Dolby Digital 2.0 Surround. Il y a option de sous-titrage en anglais et espagnol.



Suppléments/menus
La bannière supérieure sur la pochette frontispice dénote bien le choix évident de Fox pour la promotion de ce DVD; les sigles Dolby Digital, DTS et les mots Enhanced Widescreen remplacent les populaires "Special Edition". Une bien maigre liste de suppléments agrémente donc cette édition, soit deux bande-annonces du film (la bande-annonce principale, format plein écran, et la bande-annonce d'introduction (teaser)), ainsi qu'un modeste documentaire (si on peut l'appeler ainsi) de 3 minutes 30 secondes consistant en un montage de commentaires des acteurs principaux et de la réalisatrice, le tout entremêlés d'extraits du film.
Sûrement à l'initiative du départment marketing, Fox a également ajouté aux suppléments une section nommée Fox Flix, en dessous de laquelle il est clairement indiqué now Available to Own... On retrouve dans cette section publicitaire les bandes-annonces de Chain Reaction, Big Trouble in Litlle China et Unlawful Entry.




Conclusion
Quatre mots inscrits en orange clair à l'endos du boîtier résume Point Break: 100% Pure Adrenaline.
Bien sûr, il serait plus juste d'ajouter 0% de matière grise requise, mais ceci ternirait l'excellent divertissement qu'est Point Break. D'autant plus que cette édition offre une image et un son de bonnes qualités, tous les ingrédients sont présents pour vous assurer de passer une soirée agréable vous propulsant dans le monde frénétique du clan des ex-présidents...


Qualité vidéo:
3,5/5

Qualité audio:
3,9/5

Suppléments:
1,0/5

Rapport qualité/prix:
3,8/5

Note finale:
3,5/5
Auteur: Alexandre Caron

Date de publication: 2001-04-30

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC Widescreen 16:9 Toshiba TheaterWide TW40F80, Récepteur certifié THX-Ultra, THX-EX, Dolby Digital 6.1, DTS-ES Discrete Denon AVR-4802, Lecteur DVD-Audio / DVD-Video Toshiba SD-4700, enceintes PSB et central Paradigm Reference, câbles Monster Cable (calibre 12).

Le film

Titre original:
Point Break

Année de sortie:
1991

Pays:

Genre:

Durée:
117 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Twentieth Century Fox

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise DTS
Anglaise Dolby Digital 4.1
Anglaise Dolby 2.0 Surround
Française Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais
Espagnol

Suppéments:
Deux bande-annonces et un court documentaire (3:30)

Date de parution:
2001-05-22

Si vous avez aimé...