Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Ice Age (Special Edition)

Critique
Synopsis/présentation
Bien avant la sortie de ce film en salle, un extrait avait déjà fait le tour d'Internet et créé une réelle attente : La course cartoonesque d'un genre de rat (que nous connaissons maintenant sous le nom d'un scrat) qui en tentant de cacher un gland déclenche une catastrophe tectonique.

Cette scène est celle qui ouvre Ice Age. Elle nous plonge tout de suite dans un univers et une ambiance très proche des meilleurs moments de Chuck Jones, précisemment dans les épisodes de Will le coyote et du Roadrunner. Cet environnement familier se maintient durant tout le film, même décors (de vastes étendues assez basiques) et un accent mis sur les personnages et leurs actions. Les personnages du film eux-mêmes bénéficient de ce type d'animation, yeux qui gonflent, langues qui pendent...

Suite à l'échec commercial du film Titan AE, la Fox ferma son studio d'animation (Fox animation). Un scénario était déjà prêt, et la Fox confia sa réalisation au studio Blue Sky Studios de New York.

Blue Sky est déjà connu dans le milieu du cinéma, ayant fait de nombreux effets spéciaux (Star Trek Insurrection, Alien resurection, Joe's appartment et d'autres). Deux de leurs réalisations retiennent particulièrement l'attention. Tout d'abord, la scène de la génèse dans le film Titan AE, car c'est ce segment qui a permis la mise en contact de la Fox avec Blue Sky dans le cadre de l'animation, ensuite, la scène du pingouin dans le film Fight Club de David Fincher. Cette scène est particulièrement intéressante, car c'est pour ce segment de film que Blue Sky a développé une réelle expertise en RayTracing, technique de rendering qui permet des éclairages complexes à travers des masses transparentes (Ici, la glace), et ont développés un moteur dédié qui sera utilisé pour la réalisation de Ice Age. Il est important de noter aussi que Blue Sky a gagné l'oscar du meilleur court métrage d'animation en 1998 pour son film Bunny.

Comme pour les réalisations les plus récentes en images de synthèse, Ice Age est visuellement magnifique. Les textures des personnages ou de l'environnement, la lumière et l'animation sont très efficaces. Comme il l'a déjà été dit, l'humour est très cartoonesque et rappelle Chuck jones et Tex Avery dans ses grandes heures. Un humour réellement rafraichissant et dont le style tranche radicalement avec les productions de Pixar/Diney.

Ce film d'animation raconte le périple de trois personnages à travers l'ère glacière pour rendre un enfant humain à sa tribu. Ce trio se compose de Sid le paresseux (John Leguizamo, entedu aussi dans Titan AE), Manfred le Mamouth laineux (Ray Romano de Everybody loves Raymond), et Diego un tigre sabre (Denis Leary entendu lui aussi dans Bug's life, Small Soldiers). Une pléthore d'autres artistes ont aussi prété leurs voix à différents personnages secondaire (Cedric the Entertainer, Jack Black...).

L'humour est omniprésent. Les caractéristiques très caricaturales de chaques presonnages, et le gag redondant du Scrat hystérique qui cherche à cacher un gland maintiennent un intérêt certain tout le long de ce film.

Les excellentes performances d'acteurs et la qualité visuelle et humoristique sont certainement responsables du succès de ce film. Le seul point faible de cette production reste très certainement son scénario. Plusieurs incohérences ou manques sont présents, ne conduisant pas à une cohésion de l'ensemble. La présence de neuf co-scénaristes (!) y est certainement pour quelque chose, ces conditions rendant très difficile la continuité d'une trame narrative.

Inutile de bouder son plaisir, ce film a très amplement mérité son succès. Cette édition DVD nous permet de retrouver ces personnages attachants, et la qualité de cette édition en fait certainement de magnifiques retrouvailles.


Image
Cette édition DVD offre le film en deux formats; soit au format respecté 1.85:1 dans un transfert anamorphosé ou soit en format plein écran (4:3, P&S).

Par la nature même de ce type de production numérique, l'image est d'une qualité très élevée. Toujours nette et précise, les détails sont nombreux et bien définis. Les textures numériques sont elles aussi superbement rendues et ce malgré la difficulté de certaines (on pense surtou à la fourrure de Many, qui sans atteindre le degré de perfection de celles de Monster Inc. est tout à fait convaincante). Les textures de glaces sont magnifiques, et les lumières sont d'un réalisme que l'on a rarement vu dans ce type de film. Une mention très particulière pour les systèmes de particules (effets d'eau, de neige, fumée..) qui atteignent un niveau rarement atteind. La chute d'eau et le cours d'une rivière sont tout simplement extraordinaire de réalisme (devançant même le travail fait sur Final Fantasy). Les modifications aux textures sont elles aussi d'un très haut niveau, que ce soit l'effet des personnages dans la neige, ou les déplacements de fumés.

Les couleurs sont toujours justes et soutenues et ce sans aucune variation durant le film. On peut parler d'une neutralité exemplaire de ces couleurs, le coucher de soleil offrant un résultat très concaincant. La saturation est bonne et nous n'avons constatés aucun débordement. Le contraste, critique dans cette édition étant donné la présence quasi-constante de grandes masses blanches, est parfaitement ajusté. Les noirs quoi que peu nombreux sont d'excellente facture, toujours détaillés et profonds.

Aucun problème lié à la compression n'a été constaté, qu'il s'agisse de sur-définition ou de fourmillement.

L'image de cette édition est digne des meilleures productions actuelles, satisfaisante à tous les points de vu. Tout comme les productions de Pixar, elle risque de servir de matériel de démonstration.


Son
Le son est proposé dans trois formats. Tout d'abord en anglais Dolby Digital 5.1, puis français et espagnol au format Dolby Surround. Des sous titres en espagnol et en Anglais sont disponibles.

La bande sonore principale est tout comme l'image de très grande qualité. La présentation est d'un dynamisme surprenant et d'une spatialisation très précise, elle se permet même de sortir du cadre des enceintes. L'immersion dans ce film est très aisée, la présence de cette bande est virtuellement omniprésente. La musique est parfaitement adaptée à l'action présentée et sait se faire plus présente quand nécessaire.

Le champ sonore se déploie donc d'une manière très convaincante, et tous les éléments sont précisemment situés et balancés. La séparation des différents canaux est adéquate et permet des effets de transitions frontaux et longitudinaux impressionnant (lors de la fissure du glacier dans la scène d'ouverture, la fissure se répend de façon réaliste tout autour de l'auditeur). Les événements sonores sont tous précisemment localisable, et contribuent à créer un univers cohérent et complet.

Les enceintes arrières travaillent efficacement durant tout le film, contribuant à créer un espace sonore (le blizard excessivement réaliste). Elles savent aussi se réveiller dans les scènes le nécessitant, permettant d'obtenir des effets dynamiques très convaincants.

La reproduction des dialogues rend honneur au travail des acteurs. La neutralité est excellente tendant même quelque fois à l'être trop. En effet, il nous a semblé à quelques reprises pouvoir entendre les limites physiques du studio d'enregistrement, marque de qualité pour des enregistrements audiophiles musicaux, mais rarement entendus dans un film. Ces dialogues sont toujours nets et bien mis en avant.

Les extrêmes basses sont d'une puissance étonnante. En effet quelques scènes mettent réellement à l'épreuve le canal .1, tout particulièrement dans la scène d'ouverture et dans celle des tobogans. Cette dernière présente quelques effets de descente de fréquence tout à fait spectaculaire, si les enceintes avant jouent en mode "grand", cet effet de basse propose une transition avant réellement réjouissante.

Les versions en Dolby Surround sont de bonne facture, mais restent naturellement bien en deça du mixage principale.

La présentation sonore globale est très bonne, si de temps en temps le son semble un peu pointu dans les aigüs, cela ne gène en rien le plaisir et l'immersion expérimentée avec cette trame. Tout comme l'image, il y a là aussi fort à parier que la scène d'ouverture servira d'exemple sur de nombreux systèmes.

On regrettera néanmoins une fois de plus l'absence d'une bande-son 5.1 française.


Suppléments/menus
Cette édition spéciale comprends deux disques simple face double couches. Des suppléments sont présents sur les deux disques. Le premier nous offre une piste de commentaires audio des réalisateurs Chris Wedge et Carlos Saldanha. Cette piste apporte des détails sur la production du film et les personnages. Si elle est sympathique, ces commentateurs ne semblent pas très à l'aise et si nous pouvons avoir quelques détails supplémentaires, elle est plutôt longue et en deça de ce qu'on a pu expérimenter sur d'autres éditions DVD.

Toujours sur le premier disque, trois jeux sont présents mettant en scène les protagonistes du film (Hide and heek; Frozen pairs; Playing Darwin). Ces jeux sont présentés en mode plein écran.

Le second disque contient de très nombreux suppléments, couvrant la production du film, le matériel promotionnel et la présentation de deux courts métrages d'animation.

Les amateurs de Scrat seront ravis d'apprendre que Blue Ice nous propose ici une toute nouvelle aventure de leur ami rongeur. Présenté au format anamorphosé en anglais Dolby Digital 5.1, ce sont cinq minutes de catastrophes qui les attendent dans ce Scrat's missing adventure. Ce petit film est certainement l'expression la plus proche des vieux cartoons depuis Roger Rabbit, et saura faire rire sans aucun doute.

Le deuxième court métrage ici présenté est le film qui a valu un Oscar à Blue Sky studios en 1998, intitulé Bunny qui est présenté au format respecté mais non-anamorphosé. Contrairement au court métrage précédent et à l'ensemble de cette édition, ce segment souffre réellement de problème lié à la compression. Les fourmillements sont parfois réellement génant, et on constate une sur définition des contours. Présenté avec au choix une introduction (une minute trente) et les commentaires du réalisateur, il est dommage que cet excellent court métrage ait été si mal intégré à cette édition; d'autant plus regrettable que son origine numérique aurait pu fournir très simplement une présentation là aussi exemplaire.

Un petit film intitulé Sid on Sid met en vedette le paresseux du film qui commente une scéance de projection de son propre rôle, dans le ton qu'on lui découvre dans le film. Les amateurs de l'humour de Sid sauront apprécier ces trois minutes supplémentaires.
La section deleted scenes nous offre six scènes retirés du film, présenté en trois langues, français, anglais et espagnol. Une piste de commentaires des réalisateurs est aussi disponible pour chaque scène.

Le matériel purement promotionnel se compose de trois éléments. Tout d'abord un extrait de moins de trois minutes intitulé International Ice Age qui nous présente une scène du film ou toutes les voix et langues adaptées sont jouées. Ensuite trois bandes annonces du film ainsi que celle du film Like Mike. Pour finir, la Fox nous offre dans la section Scrat Reveals trois tous petits segments mettant en vedette Scrat présentant le film.

On peut rajouter à ces éléments promotionels l'émission spéciale de quatorze minutes programmée sur HBO intitulée Behind the scenes of Ice Age. Si le contenu proposé se retrouve dans d'autres sections de ce deucième disque, la présentation plutôt comique faite par Ray Romano permet de passer un bon moment en compagnie des personnages et de leurs créateurs.

Le reste des suppléments se compose d'éléments ayant trait à la production du film et des techniques employées. La plus importante section s'intitule Under the Ice et nous propose de multiples segments sous deux niveaux de navigation. Ce premier niveau se compose de Sid voice development (3'30) qui nous présente le travail de Leguizamo sur Sid, puis Using 2D in a 3D environment (1 minute), Making a Character (1 minute), The art of rigging (1'20) qui traite de cette spécialité dans l'animation 3D, Lights and materials (1 minute) qui explique comment les effets de lumière et les textures ont été créés et enfin Art of effects (1 minute là aussi). Le dernier élément de ce premier niveau, The making of Ice Age, amène à un second menu.

Les sept segments proposés ici explorent les multiples facettes de cette production, et si la plupart des informations proposées l'ont déjà été dans d'autres productions du même genre, elles n'en restent pas moins de très bonne facture. Pour les nommer, The Beginning (2'30) nous présente le concept et la génèse de ce projet, Acting in animation (7'30) nous présente la plupart des acteurs et le travail effectué en studio, Creating Ice Age Characters (3 minutes), Modeling (2 minutes), Storyboards (1'50), Animating Ice Age (6 minutes) ou l'on comprend mieux l'importance du rigging exposé au dessus, et enfin Finishing Touches (4'10) qui expose les effets utilisés pour rendre l'univers crédible.

Au côté de cette section Under The Ice, nous trouvons aussi un exemple en multi angle de la progression des animations intitulé Animation Progression. Cette section est intéressante, car elle nous offre les scénarimage papiers animés (plutôt que les images fixes) ce qui permet en quelque sorte de se faire expliquer la scène en se subsituant à la parole des "storyboarders". Les autres angles proposent divers stades d'avancement. Le dernier angle nous présente tous les précédents synchronisés dans le même écran rendant la lecture agréable et complète.

Une gallerie d'image présentant les différents personnages principaux et secondaire est aussi disponible. Une grosse banque d'image classée par personnage se trouve dans la section Create your Own Gallery.

Les suppléments sont nombreux et diversifiés, et nous félicitons l'effort qui a été fait pour offrir plusieurs langues sur certains éléments. La présence du court métrage mettant en vedette Scrat est un apport réellement sympathique, et celle de Bunny, même si la qualité n'est pas au rendez-vous, un très beau film à découvrir.
La version évaluée n'incluait pas de livret. Un autocollant publicitaire pour un commerce de pizza était collé directement à l'intérieur du boîtier, le retirer semblait périlleux.

A noter la présence d'une section ROM qui propose des jeux et des liens vers le site web.



Conclusion
Une très belle édition spéciale qui saura satisfaire tant les amateurs du genre que la famille. La qualité de l'image et du son offerte ici est de très bonne facture et rend honneur à un excellent jeu d'acteurs. Les suppléments sont nombreux et intéressant. Ils ne sont pas forcemment tous originaux mais remplissent néanmoins très bien leur tâche.


Qualité vidéo:
4,3/5

Qualité audio:
4,3/5

Suppléments:
4,0/5

Rapport qualité/prix:
3,7/5

Note finale:
4,2/5
Auteur: Thomas Geffroyd

Date de publication: 2002-10-24

Système utilisé pour cette critique:

Le film

Titre original:
Ice Age

Année de sortie:
2002

Pays:

Genre:

Durée:
81 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Twentieth Century Fox

Produit:
DVD

Nombre de disque:
2 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1 et 1.33:1 (p&s)

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Oui

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby 2.0 Surround
Espagnole Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais
Espagnol

Suppéments:
Piste de commentaires audio, Jeux, documentaires et segment portant sur la réalisation, bandes-annonces, courts métrages, galleries d'images et section DVD-ROM

Date de parution:
2002-11-26

Si vous avez aimé...