Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

I Want to Live

Critique
Synopsis/présentation
Robert Wise a commencé sa carrière en réalisant pour Val Lewton à la RKO d'excellents petits films d'horreur (The Body Snatcher1945 avec Boris Karloff et The Curse of The Cat People 1944 ). Suivront des films noirs très intéressants : Born to Kill 1947, Blood on the Moon 1948 ; puis un film sur la boxe absolument magnifique, The Set Up 1949, qui fera office de référence sur le sujet. Sont également à mettre a son actif, un grand film de science-fiction pacifiste, The Day the Earth Stood Still 1951, un bon film sur le racisme, Odds Against Tomorrow 1959, un chef-d'oeuvre du film fantastique (totalement effrayant et pourtant entièrement basé sur la mise en scène à l'inverse de son remake homonyme récent) The Haunting 1963, et une énorme et passionnante production The Sand Peebles, 1966. Ses trois plus gros succès commerciaux sont loin d'être ses meilleurs films mais sont pourtant entrés dans la légende : West Side Story 1961, The Sound of Music 1965 et Star Trek-The Motion Picture 1979.

Il est difficile de repérer des thématiques réccurentes dans la filmographie de R. Wise, mais son style fluide et précis, l'intelligence dans le traitement des scénarios, et une ambition certaine (sur les films précités) font de lui un cinéaste à redécouvrir .

I Want To Live raconte l'histoire véridique de Barbara Graham (Susan Hayward totalement crédible et récompensée par l'Oscar de la meilleure actrice pour ce rôle), condamnée à la chambre à gaz après un procès trés médiatisé. Sa vie dissolue et l'acharnement de la presse contre elle conduisent les jurés à la déclarer coupable. Femme très forte psychologiquement, elle ne se rend compte que trop tard de son grand désir de vivre et entame alors toutes les actions possibles pour faire annuler cette sentence terrible.

Wise a choisi de nous la présenter comme non coupable, ce qui amoindrit un petit peu la puissance de son plaidoyer contre la peine de mort. Cependant l'émotion, la vraie, est présente grâce a un scénario intelligent (n'utilisant pas d'effets faciles pour nous émouvoir), une actrice habitée par son rôle, et un réalisme général rendant l'histoire plus poignante. De plus, une construction très rigoureuse et l'absence de parti pris viennent renforcer les éléments précédents.

Un mot également sur la musique, très différente des habituelles oeuvres larmoyantes de ce type de films, qui est un score jazz absolument magnifique joué à merveille par la crème des musiciens de jazz de l'époque (Gerry Mulligan, Art Farmer) qui ajoute encore au réalisme.

Un film très intéressant, magnifique portrait de femme, qui stygmatisait déja l'influence des médias sur l'opinion publique et nous fait réfléchir sur la peine de mort .


Image
Le transfert est bon mais aurais gagné en qualité si il avait été anamorphosé; MGM s'obstine a mettre en marché des éditions non-anamoporsé pour les films tournés en format 1.66:1. Ceci est vraiment dommage car l'interpositif est de bonne qualité, évitant au maximum points et rayures. Le niveau de détails est excellent en plus d'un définition globale à tout le moins impressionante pour un film de cet âge. La superbe photographie noir et blanc est toute en nuances, solidement rendue grâce à des contrastes parfaitement ajustés et des noirs bien profonds (bien qu'un peu bouchés par moments).

Des fourmillements, bien que relativement discrets, sont présents en arrière-plan sur quasiment toute la durée du film. La compression est impeccable et aucun autre défaut numérique n'est présent.


Son
La seule bande son proposée est en anglais (Dolby 2.0 mono). Elle est de qualité correcte, sans plus. La dynamique est plutôt faible mais aucun souffle ni craquement ne sont a déplorer. Les voix sont bien rendues et mettent bien en valeur le jeu de Susan Hayward. La bande originale, interprêtée par de véritables pointures du jazz, est bien exploitée et ne souffre que des limitations liées aux techniques d'enregistrement de l'époque.

Les sous-titrages sont disponibles respectivement en anglais, français et espagnol.


Suppléments/menus
Une fois de plus, une édition simple qui doit se contenter d'un bande annonce pour tout supplément. Il faut cependant noter qu'elle est de bonne qualité et plutôt intéressante. Il aurait pourtant été très facile d'aller rechercher quelques documents d'époque sur le fait divers que relate le film et faire une petite analyse sur l'adaptation d'un fait réel au cinéma (par exemple).



Conclusion
Une édition plutôt moyenne techniquement et denuée de tout supplément, qui ne rend donc que partiellement justice à ce film passionnant. Cet achat est tout de même recommandé étant donné la qualité du film et comme toujours, le prix des éditions catalogues de la MGM.


Qualité vidéo:
2,5/5

Qualité audio:
2,5/5

Suppléments:
0,5/5

Rapport qualité/prix:
3,0/5

Note finale:
2,5/5
Auteur: Stefan Rousseau

Date de publication: 2002-05-16

Système utilisé pour cette critique: Projecteur Sharp XV Z9000, Lecteur de DVD Toshiba SD500, Recepteur Denon, Enceintes Triangle, Câbles Banbridge et Real Cable.

Le film

Titre original:
I Want to Live

Année de sortie:
1958

Pays:

Genre:

Durée:
121 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
MGM

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.66:1

Transfert 16:9:
Non

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby mono

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
Bande annonce

Date de parution:
2002-05-07

Si vous avez aimé...