Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Iron Maiden: Visions of the Beast

Critique
Synopsis/présentation
Après une carrière échelonnée sur près de vingt-cinq ans et couronnée de succès (avec plus de 50 Millions d’albums vendus dans le monde), tout indique que l'existence de la formation Iron Maiden tire à sa fin… Non pas que le groupe manifeste des signes de fatigue ou qu'il soit en panne d’inspiration, bien au contraire !

Au lendemain d’une tournée mondiale qui ne remet pas en doute la popularité du groupe, Iron Maiden s’apprête même à lancer son treizième album studio, intitulé Dance of Death. Comme quoi la troupe du membre fondateur Steve Harris est plus active que jamais. Seulement, certains signes laissent croire à une fin imminente. Par exemple, le guitariste Dave Murray a récemment affirmé que leur plus récente tournée serait leur dernière à cette échelle. Les membres du groupe, vieillissant, désirent passer plus de temps à la maison que sur les routes et désirent se limiter à quelques spectacles annuels dans les festivals. Aussi, en s’attardant à la discographie récente du groupe, on remarque que celui-ci nous a davantage offert de compilations, de best-of et autres albums « Live » depuis les dernières années que dans toute sa carrière. Remarquez: Best of the Beast, Ed Hunter, Edward the Great, Eddie’s Archive, Rock in Rio, et maintenant, Visions of the Beast, une compilation de tous leurs vidéoclips. Six parutions différentes en quatre années seulement, une période durant laquelle seulement deux albums originaux ont été offerts. Généralement, lorsqu’une maison de disque s’emploi à mettre en marché autant de compilations pour un même artiste, c’est signe que les albums studios se feront de plus en plus rares, sinon inexistants. Ils cherchent ainsi à capitaliser sur la renommée du groupe avant que celui-ci ne cesse d’exister et qu’il sombre, peu à peu, dans l'oublie.

Dans le monde de la musique Métal, la discographie d'Iron Maiden est une référence en terme de constance et de qualité. D’albums en albums, la troupe de Steve Harris a su évoluer, subtilement, sans jamais perdre son identité, pas même lors du passage controversé du chanteur Blaze Bayley comme chanteur du groupe. S'il y a une chose qui n’a pas évolué par contre, c’est bien la qualité de leurs vidéoclips. Depuis ses tout débuts jusqu’à aujourd’hui, Iron Maiden est passé maître dans l’art de produire des vidéoclips absolument grotesques et sans imagination. Une déception, considérant la qualité des textes et l'originalité des designs de chacune de leurs pochettes d’albums. Le groupe aurait eu intérêt à s'en inspirer pour créer des clips un tant soit peu stimulant. Sauf exception (Can I Play With Madness et Wasting Love), tous les 31 clips présents sur Visions of the Beast sont calqués sur la même formule. Le groupe donne une performance sur scène (avec ou sans public), et parfois des scènes de films ont été intégrées au montage. Désolant… D’autant plus que certains clips poussent l’audace à simuler une performance en concert en employant des images de spectacles mais en employant la musique originale de l’album à laquelle quelques cris de foules ont été ajoutés pour simuler l’effet «live». Seules quelques exceptions des extraits ont été captées lors de réels spectacles (Infinite Dreams, Fear of the Dark, Afraid To Shoot Strangers et Brave New World).

Cette collection de vidéoclips s'adresse aux plus nostalgiques mais témoigne de l'extraordinaire parcours d’un des groupes les plus marquant de la musique Metal.


Image
Tous les vidéoclips de cette édition sont présentés au format respecté de 1.33:1. Tout indique que ces clips ont été tournés sur support vidéo (Video 3/4 et Betacam) et le transfert émane de sources analogue. Si les plus vieux vidéoclips montrent des signes de vieillesse, la qualité générale du matériel source est acceptable et ne trahi que très peu d’anomalies.

Ce transfert tire le maximum de la résolution offerte par le support vidéo employé pour tourner les clips. L'image est donc aussi nette et précise que le permet le matériel source, il n’y a aucun manque de piqué à déplorer. On remarque une évolution visible dans le rendu des couleurs d'un clip à l’autre, probablement due à la détérioration des bandes vidéo. Tandis que la première série motre des couleurs délavées, les plus récentes productions présentent des couleurs précises, saturées et naturelles. À aucun moment n’y a-t-il un quelconque débordement ou une dominante involontaire à déplorer. Dans l'ensemble, le contraste semble bas mais il s'agit probablement, à nouveau, des limitations associées à la vidéo. À titre d’exemple, les deux clips tirés du spectacle Rock In Rio (Fear of the Dark et Brave New World) dont la captation fut faite sur Betacam Digital montrent une image beaucoup plus contrastée. Les noirs sont malheureusement peu profonds et marqués par la présence de fourmillement. Les parties denses présentent des dégradés acceptables considérant le matériel source.

Il n'y a (heuresement) pas de trace de compression.


Son
Tous les vidéoclips, à l'exception de deux, sont offerts dans un mixage Dolby 2.0 stéréo. Seuls Brave New World et Fear of the Dark, qui proviennent du spectacle Rock In Rio, proposent des mixage Dolby Digital 5.1.

Chaque mixage a été réalisé en fonction d'une reproduction stéréophonique seulement. L’enregistrement studio de chacune des chanson paraît fidèle. Pour chaque pièce, la dynamique est bonne, allant des basses profondes jusqu'à des hautes fréquences nettes qui ne saturent jamais. Les éléments sonores sont précis et correctement positionnés, sans bavure ni distorsion.

Les mixages des pièces en concert, particulièrement les deux clips profitant de Dolby Digital 5.1, sont plus intéressantes encore. Ils offrent une belle profondeur et le positionnement des éléments sonores est cohérent avec l'activité sur scène. Les deux mixages multi-canaux sont particulièrement efficaces, faisant un bon usage des enceintes arrières pour nous placer droit au milieu de la foule. La musique y est superbement limpide et nette, et surtout correctement intégrée à l'ensemble du champ-sonore. Le canal .1 (LFE) n’y est pas non plus négligé et donne beaucoup de mordant et de puissance aux deux chansons.

Si seulement toutes les chansons avaient bénéficiées d’un tel remixage…


Suppléments/menus
Si la boîtier se targue d’offrir plus de quarante minutes de suppléments, ceux-ci sont plutôt décevants.

La plupart des suppléments consistent en des versions alternatives de quelques-uns des vidéoclips. Six clips nous sont offerts dans une version intitulée Camp Chaos, qui ne sont en réalité que de brèves animations ajoutées ça et là dans les clips originaux. D’un intérêt très moyen. Vous aurez également droit à la version « soccer » de Futureal, qui n’est rien de plus qu’un montage de parties de Soccer sur fond musical, ainsi que d’une autre captation en concert de la chanson Fear of the Dark.

Le seul autre supplément est une discographie très précise et complète. Décevant, pour quarante minutes de suppléments…



Conclusion
Seuls les réels inconditionnels amateurs d’Iron Maiden trouveront leur compte avec cette édition. Les autres y trouveront rien de plus qu'une collection, tout de même bien présentée, de vidéoclips sans réel intérêt. Avec sa performance scénique spectaculaire et ses mixages multi-canaux à couper le souffle, l’édition en concert de Rock In Rio est davantage recommandée.
Quoi qu’il en soit, les fanatiques seront certainement satisfaits ici de la qualité d’image et du son qui, sans être particulièrement bonne, s’élève au-dessus de ce que nous offre une télédiffusion. Dommage seulement que les suppléments soient aussi minces…


Qualité vidéo:
3,0/5

Qualité audio:
3,6/5

Suppléments:
2,0/5

Rapport qualité/prix:
3,2/5

Note finale:
3,0/5
Auteur: Yannick Savard

Date de publication: 2003-09-08

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 Sony Trinitron Wega KV-32S42, Récepteur Pioneer VSX-D509, Lecteur DVD Pioneer DVL-909, enceintes Bose, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
Iron Maiden: Visions of the Beast

Année de sortie:
2003

Pays:

Genre:

Durée:
154 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
EMI

Produit:
DVD

Nombre de disque:
2 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.33:1

Transfert 16:9:
Non

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby 2.0 stéréo

Sous-titres:

Suppéments:
Vidéoclips alternatifs et discographie

Date de parution:
2003-07-15

Si vous avez aimé...