Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Comedy of Terrors, The / Raven, The (Midnite Movies Double feature)

Critique
Synopsis/présentation
The Comedy of Terrors :
Waldo Trumbull (Vincent Price) est un directeur de pompes funèbres alcoolique et désabusé. Il règne en tyran sur son entourage, sa femme Amarylis (Joyce Jameson), le père quasiment sourd de cette dernière (Boris Karloff) et son employé timide et secrètement amoureux de sa femme, Felix Gillie (Peter Lorre).
Il a repris l'affaire de son beau-père jadis prospère et l'a faite péricliter par paresse et inefficacité. Lorsqu'il se trouve sommé par le propriétaire de son local Mr Black (Basil Rathbone) de payer l'année de loyer en retard, il décidera de tuer lui-même ses futurs clients de façon à faire rentrer l'argent. Mais l'affaire n'est pas si facile qu'il y paraît et il décide alors, accompagné (de manière forcée par chantage) de Mr Gillie, de tenter d'assassiner son propriétaire.

The Raven :
Le magicien Erasmus Craven (Vincent Price) voit arriver chez lui un corbeau parlant qui lui donne un charme afin de lui rendre forme humaine. Il s'agit en fait d'un autre magicien, Adolphus Bedlo (Peter Lorre), qui a été ainsi transformé par le redoutable et puissant Dr Scarabus (Boris Karloff). Bedlo reconnaît d'après un portrait l'épouse décédée de Craven et lui assure qu'elle est toujours vivante dans le château de Scarabus. Craven se rend sur place immédiatement en compagnie de Bedlo.


Image
L'image de The Comedy of Terrors est présentée au format respecté de 2.35:1 d'après un transfert 16:9.

La définition générale est d'un niveau supérieur pour un film de cette époque. L'interpositif est vraiment propre et ce ne sont pas les quelques légers défauts présents qui gèneront les spectateurs. La finesse des détails est d'un niveau fort appréciable pour une oeuvre de 1963 et d'un budget aussi faible. Les couleurs sont splendides, naturelles et pétillantes, constantes sans aucuns débordements. Le contraste est bien géré et évite toutes les brillances. Les scènes nocturnes sont correctement rendues même si les noirs auraient gagné à être plus profonds. La partie numérique du transfert est irréprochable et aucun défaut ne provenant de sa mauvaise gestion n'est décelable.

L'image de The Raven est présentée au format respecté de 2.35:1 d'après un transfert 16/9. La définition générale est moins poussée que sur The Comedy of Terrors mais reste néanmoins fort acceptable. Par contre, l'interpositif est nettement plus sale même si les défauts présents s'avèrent finalement peu gênants. Les couleurs paraissent plus passées que sur l'autre film et surtout tirent vers une dominante rouge qui rend parfois les tons de peau assez peu naturels. En dehors de cela, les couleurs sont relativement stables et sans débordements.
Le contraste est bien géré et évite toutes les brillances.
Les parties sombres du film sont correctement rendues grâce à des noirs suffisamment purs et profonds. La partie numérique est à nouveau exempte de reproches.

Deux transferts de grande qualité même si celui de The Raven s'avère en retrait. Néanmoins, cela s'explique par le fait que ce film a toujours été mal aimé et donc desservi par ses précédentes éditions en VHS.


Son
La seule bande-son disponible pour The Comedy of Terrors est en Anglais (Dolby Digital 1.0 mono).
Sa dynamique est limitée par son format et ses conditions de production mais s'avère fort correcte une fois ces détails pris en compte.
Sa présence et sa spatialité également limitées sont quand même supérieures à ce qu'on aurait espéré, tant mieux !
La trépidante et amusante musique de Les Baxter est bien rendue et impeccablement intégrée au reste de la bande-son.
Les dialogues sont parfaitement rendus, sans traces de distortion ou parasites gênants pour peu que l'on ne force pas sur le volume.
Les basses fréquences sont logiquement anecdotiques et n'appellent pas à plus de commentaire.

La seule bande-son disponible pour The Raven est en Anglais (Dolby Digital 1.0 mono).
Sa dynamique est acceptable au même titre que celle de The Comedy of Terrors. Sa spatialité et sa présence sont un peu en retrait mais restent raisonnablement développées.
La musique de Les Baxter est correctement rendue, même si une certaine platitude s'en dégage du fait d'une fidélité limitée, et bien intégrée au reste de la bande-son.
Les dialogues sont toujours bien intelligibles mais les distortions et parasites sont plus nombreux que sur l'autre film de cette édition.
Les basses fréquences sont équivalentes à celles présentes sur The Comedy of Terrors.

Deux bandes-son fort correctes au vu des budgets respectifs des oeuvres et qui plus est, remplissant bien leur office avec un minimum de défauts gênants.


Suppléments/menus








Conclusion
A nouveau une édition Midnite Movies réussie en tous points, à mettre à l'actif de la MGM. L'image et le son des deux films sont certes perfectibles mais d'un niveau déja impeccable et les suppléménts sont meilleurs que sur bien des éditions spéciales, le tout pour un tarif défiant toute concurrence.

Voila deux oeuvres bien curieuses qui dénotent au milieu du sérieux généralement affiché par le célèbre cycle d'adaptation des oeuvres d'Edgar Poe par Roger Corman.
Comedy of Terrors est réalisé par Jacques Tourneur, un spécialiste du fantastique suggestif (voir la critique de Curse of the Demon sur le site), qui se trouve un peu perdu dans cette comédie débridée. Son style est donc beaucoup plus neutre et classique qu'à son habitude et si l'ensemble s'avère à de nombreux moments proprement hilarant et irrésistible, cela est plus dû au délicieux cabotinage des quatre monstres sacrés du cinéma (littéralement déchainés) qu'à la mise en scène de Tourneur. Il s'agit d'une comédie plutôt trépidante dont l'humour noir fait souvent mouche mais qui se laisse parfois aller à la facilité.

L'ensemble est surprenant et fort savoureux pour qui apprécie l'auto-dérision des acteurs et des auteurs, ainsi que l'hystérie salvatrice de nombreuses situations.
The Raven, réalisé un an plus tôt, avait initié la rencontre entre Price, Karloff et Lorre, mais également l'introduction de la comédie dans un film fantastique faisant partie d'une sérié 'sérieuse' mais non dénuée d'humour. L'aspect comédie est ici en balance avec la peur ou du moins l'angoisse, avant que la vapeur ne se renverse dans Comedy of Terrors. Le film est donc très plaisant, truffé de bons mots et de situations cocasses ou stressantes, les acteurs s'amusant visiblement beaucoup. S'il ne s'agit certainement pas de la meilleure adaptation qu'ait fait Matheson et Corman des écrits de Poe, il s'agit d'un traitement original et surprenant cadré par la mise en scène classique mais efficace de Corman et l'excellence habituelle des décors et costumes.

Un double programme qui en surpendra plus d'un et qui mérite réellement que l'on s'y penche pour découvrir une nouvelle facette de ces réalisateurs et de la personnalité des grands acteurs habituellement sérieux et sinistres que sont Price, Lorre et Karloff.
Une édition recommandée en tous points pour s'amuser plus que pour frissoner.


Qualité vidéo:
3,6/5

Qualité audio:
3,2/5

Suppléments:
3,7/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
3,5/5
Auteur: Stefan Rousseau

Date de publication: 2003-09-15

Système utilisé pour cette critique: Projecteur Sharp XV Z9000, Lecteur de DVD Toshiba SD500, Recepteur Denon, Enceintes Triangle, Câbles Banbridge et Real Cable.

Le film

Titre original:
Comedy of Terrors, The / Raven, The

Année de sortie:
1964

Pays:

Genre:

Durée:
83 / 86 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
MGM

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1

Format d'image:
2.35:1 et 2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Oui

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby mono
Anglaise Dolby mono

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
documentaire, bande-annonce / 2 documentaires, matériel promotionnel, bande-annonce

Date de parution:
2003-08-23

Si vous avez aimé...