Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Cruising (Deluxe Edition - 1 Disc)

Critique
Synopsis/présentation
Cruising est un film qui s’intégre parfaitement dans l’œuvre de Friedkin au sens ou il se déroule au rythme et s’intéresse aux thémes choisis par le cinéaste sans se soucier d’autre chose que de son efficacité et de son ambiguité.
En effet, Friedkin y refuse comme d’habitude la description psychologique de ses personnages mais laisse au contraire l’action et le réalisme raconter tout cela au spectateur qui selon sa réceptivité sera pris dans le processus ou bien restera à l’écart s’ennuyant sévèrement ou plus vraisemblablement étant choqué ou mis en colère par ce qui se déroule à l’écran.
Il s’agit donc d’un paradoxe en totale logique avec l’attitude et l’univers de Friedkin ou il offre à la fois des œuvres accrocheuses et «faciles à regarder » de par leur efficacité, leur rythme et leur approche directe et « simple » mais également difficiles à appréhender de par le caractère souvent extrême mais réaliste de ses héros, l’apreté de leurs sentiments, et leur ambiguïté morale qui est souvent le cœur de ses film.
Friedkin est certes très inégal au cours de sa carriére mais propose tout le temps des œuvres intéressantes et stimulantes à défaut d’être homogènes et originales.

Cruising est en ce sens un film risqué puisque que le milieu Gay hardcore qui en compose la toile de fond est de par le réalisme avec lequel il est décrit dans le film une provocation et provoque une déstabilisation de tous les spectateurs (Gays comme Hétéros) non habitués à cet univers. De plus pour les nombreux spectateurs qui semble trouver cette mise en image du milieu cuir gay de l’époque ridicule, exagérée, non réaliste, ils en seront pour leurs frais puisque tous les figurants des scènes d’orgie sont tous des membres de cette communauté qui se sont contentés de reproduire leurs univers et non un délire de cinéaste homophobe.
Et cette fois çi, même l’enquête d’Al Pacino n’est pas si aisée à suivre de même que son parcours psychologique n’est jamais explicité par le cinéaste. Une toile de fond extrême, un héros ambigüe et une enquête parfois confuse ( à l’image du héros) font de Cruising une œuvre difficile d’accès mais également passionnante et beaucoup plus intellectuellement stimulante qu’il ne parait au premier abord.

Friedkin s’y montre une fois de plus un technicien très doué qui tire le maximum de ses décors naturels comme des artistes donc il s’entoure tout en prenant bien soin de mettre cette maestria totalement au service de son œuvre, évitant un style flamboyant qui aurait clairement nuit au climat éprouvant et l’intensité réaliste qu’il souhaitait créer. La photographie, la musique, les cadrages, les mouvements de caméra comme le montage sont ainsi de superbe qualité et concourent tous à rendre le film prenant pour les spectateurs qui se laissent porter par l’aspect cinématographique autant que par les questions morales posées.

Al Pacino y offre une performance à l’image du film, complexe et fascinante mais également discrète et vraiment difficile. On apprend sur les suppléments qu’avec courage et malgré le fait qu’il était très troublé par de nombreuses scènes « risquées » (les scénes d’orgies dans les bars ou celle ou il se voit ligoté nu) qu’il eut à tourner, Pacino en grand professionnel qu’il est offre une performance digne d’éloges.

Nous mentionnerons enfin le scandale public que le film déclencha à l’époque (les milieux gay qui menèrent une campagne média contre le film et le cinéaste) mais également la mauvaise réputation qui le suit pour dire qu’il ne sont certes pas le fruit d’une œuvre non provocatrice, bien au contraire. Cependant nous vous conseillons de ne pas vous laisser influencer (tout en étant prévenus) et de vous laisser emporter pour une expérience cinématographique dure mais digne d’intérêt de par les questionnements qu’elle ne peut pas manquer de soulever.

Une œuvre donc a réserver à un public averti, même si l’on à vu depuis bien plus cru et choquant (notamment dans le remarquable mais extrême Irreversible de Gaspar Noé qui d’ailleurs à surement vu et apprécié Cruising tant de nombreuses ambiances mais aussi le fait de poser des questions morales ambigües) qui sans être une œuvre aussi aboutie et cohérente que French Connection ou The Exorcist, fait partie de ses réussites incontestées.





Image
L’image est présentée au format respecté de 1.85 :1 d’après un transfert 16:9.

La définition générale est de bonne qualité, supérieure à ce que nous pouvions attendre sur ce film et surtout constante. L’interpositif est très propre, les parasites ou points étant quasi invisibles. Il est à noter que l’aspect général granuleux est volontaire et que l’image offre au final un aspect très cinéma des plus réjouissants en ces temps d’image sur lissées.
Les couleurs très réalistes sont bien rendues, naturelles, constantes et parfaitement saturées.
Le contraste est bien géré, évitant toutes brillances. Il aurait cependant clairement gagné à être plus poussé étant donnée les nombreuses scènes nocturnes.
Ces scènes de nuit sont justement bien rendues grâce à des noirs suffisamment profonds mais qui auraient eux aussi gagnés à être plus poussés et purs. Les deux remarques que ci-dessus ont été faites dans dans l’hypothèse d’un rendu idéal de l’œuvre et celui proposé par cette édition est déjà plus que largement satisfaisant en l’état.

Enfin les défauts numériques sont limités au maximum et restent quasi invisibles tout au long du film, ce dont nous félicitons la Warner étant donné la difficulté à restituer une œuvre aussi difficile que celle la en vidéo.

Un excellent transfert donc qui avec quelques améliorations dans le domaine de la profondeur des noirs et du contraste se serait avéré exceptionnel. Si l’on prend en considération la mauvaise réputation du film et son age, il faut que nous rendions hommage à la Warner de nous offrir un aussi bon DVD.





Son
Les deux bandes-son proposées sur cette édition sont respectivement en Anglais (Dolby Digital 5.1) et Espagnol (Dolby 1.0 mono).

La dynamique de la bande-son anglaise est d’un niveau tout à fait satisfaisant pour un remixage multicanal. Il en est de même pour sa présence et sa spatialité. La musique est bien rendue malgré des limitations décelables mais légères dans le haut comme le bas du spectre. Elle est par ailleurs parfaitement intégrée au reste de la bande-son. Les enceintes arrières sont utilisées de manière un peu trop moderne par rapport à l’époque du film (très directionnels et surprenants) mais étant donné la qualité du remixage et la relative discrétion de ces effets, nous plébiscitons l’ensemble. Cela est au final fort heureux étant donné que malheureusement la version mono d’origine n’est malheureusement pas incluse.
Les voix sont en permanence parfaitement intelligibles et les parasites ou distortions sont certes audibles mais uniquement si l’on dépasse un niveau sonore déraisonnable.
Les basses fréquences ont clairement été retravaillées mais de façon intelligente et subtile. Cela apporte un supplément de poids et d’assise qui réussit grandement à l’ensemble sans en modifier l’équilibre.

La bande-son espagnole est logiquement tout à fait insignifiante à coté.

Les sous-titres sont disponibles en Anglais, Français et Espagnol.






Suppléments/menus
Une section intéressante malgré une certaine paresse de la part de William Friedkin. En effet, si son commentaire est dans l’ensemble de qualité il alterne trop souvent les informations passionnantes avec les passages ou il se contente de décrire l’action.
Le documentaire de 40 minutes qui comprend deux parties intitulées "The History of Cruising" et "Exorcising Cruising" est d’excellente qualité et dispense à la rigueur d’écouter le commentaire audio au sens ou il en reprend les meilleurs moments et les enrichit d’interviews de collaborateurs. Nous vous conseillons vivement le visionnage de ce documentaire directement après le film car il vous permettra de mieux appréhender ce film dur et ambigüe, mettant en perspective nombre de détails qui changerons à coup sur votre vision de l’œuvre.

Malgré les facilités de Friedkin lors du commentaire audio, l’excellent documentaire hisse cette section à la hauteur de l’image et du son.





Conclusion
Au final une excellente édition d’un film rare et difficile à appréhender. Que ce soit l’image, le son comme les suppléments offrent une qualité perfectible mais d’un niveau tout à fait satisfaisant.

Cruising est une œuvre âpre et difficile d’accès qui n’est clairement pas pour tous publics mais s’avère passionnante lorsque le spectateur, prévenu de certains points et faits, acceptera de se laisser porter par le talent de Friedkin, Pacino et leurs collaborateurs. Les questionnements inévitables soulevés par le film du fait de sa toile de fond ou les situations agressives et ambigües, physique comme morales, que le cinéaste présente dans le film sont clairement un des ses atouts mais refroidiront plus d’un spectateur, a vous de juger sur pièce.



Qualité vidéo:
3,5/5

Qualité audio:
3,3/5

Suppléments:
3,7/5

Rapport qualité/prix:
4,1/5

Note finale:
3,9/5
Auteur: Stefan Rousseau

Date de publication: 2007-12-18

Système utilisé pour cette critique: Projecteur Sharp XV Z9000, Lecteur de DVD Toshiba SD500, Recepteur Denon, Enceintes Triangle, Câbles Banbridge et Real Cable.

Le film

Titre original:
Cruising

Année de sortie:
1980

Pays:

Genre:

Durée:
102 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Warner Bros.

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Espagnole Dolby mono

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:

Date de parution:
2007-09-25

Si vous avez aimé...