Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Alias (The Complete First Season)

Critique
Synopsis/présentation
Ce coffret offre les vingt deux épisodes constituant la première saison de cette série, dont la deuxième saison paraîtra plus tard au cours de l'année 2003 et dont la troisième saison débute à la rentrée 2003 sur la chaîne ABC.

Sydney Bristow (Jennifer Garner) est une étudiante américaine vivant à Los Angeles. Pour payer ses études, elle travailla à plein temps pour une banque... mais ce travail n'est qu'une couverture. Sydney est en fait depuis sept ans un agent du SD6, une branche secrète de la CIA. En tou cas, c'est ce qu'elle croit au début. Dès le premier épisode, son fiancé, à qui elle a avoué son vrai travail, est assassiné par le SD6. Elle découvre aussi que le SD6 n'est pas une branche de la CIA, et qu'elle travaillait pour l'ennemi qu'elle croyait combattre. Elle contacte alors la CIA et devient agent double. Le seul autre agent infiltré par la CIA au sein du SD6 n'est autre que son père, Jack Bristow (Victor Garber), qu'elle connaît très mal...

Alias est en quelque sorte la réponse de ABC au 24 de la Fox. Il n'est pas question de temps réel ici, mais on retrouve par contre une complexe intrigue d'espionnage avec de multiples personnages autorisant de nombreuses découvertes, surprises et trahisons, le tout accompagné de beaucoup de scènes d'action. Le concept des épisodes est le suivant : pour chaque mission que lui confie le SD6, la CIA confie à Sydney une contre-mission qu'elle doit efectuer parallèlement sans se faire découvrir. Chaque épisode se termine par une accroche (cliffhanger en anglais), généralement résolu avant le générique de l'épisode suivant. Au cours de ses missions, Sydney en apprend peu à peu plus sur les gens qui l'entourent, notamment son père, dont le rôle est assez vague.

Sans être aussi époustouflante que 24, cette série constitue un bon divertissement. Chaque mission est une occasion pour Sydney de voir du pays (souvent plusieurs voyages au cours d'un épisode), et de progresser dans ce travail de longue haleine qu'est la destruction du SD6. De nombreux personnages récurrents viennent ajouter autant de possibilités de complexifier l'intrigue principale en y ajoutant des tas de sous-intrigues supplémentaires qui sont autant de conspirations possibles, ce qui est le secret d'une bonne série TV d'espionnage légèrement paranoïaque.

Les amateurs d'intrigues d'espionnage réalistes seront déçus, certains rebondissements étant encore plus tirés par les cheveux que dans un James Bond. Les producteurs ayant manifestement destiné cette série à un public plus jeune que celui de 24, le réalisme ne semble pas être un de leurs soucis majeurs. Malgré des scénarios parfois un peu légers, les acteurs sont relativement convaincants, suffisamment pour qu'on se laisse emporter. La réalisation, plutôt rapide, contribue à maintenir l'intérêt pour les multiples missions et contre-missions de Sydney Bristow. On notera que les séquences pré-génériques, comprenant une brève introduction, un rapide résumé des épisodes précédents et enfin la résolution du cliffhanger de l'épisode précédent, sont particulièrement longues, dépassant parfois les dix minutes, soit presque un quart de la durée totale de l'épisode.

La plupart des séries télévisées mettent un certain temps avant de trouver leur rythme de croisière, et Alias ne fait pas exception. La complexité de cette série, comme toute série traitant de conspirations, mérite cependant qu'on découvre comment tout a commencé.

Cette série à succès a remporté de nombreux prix, dont trois Saturn Award en 2003: meilleure série, meilleure actrice (Jennifer Garner), meilleur acteur de soutien (Victor Garber).


Image
L'image est proposée au format respecté de 1.78:1 d'après un transfert 16:9. Comme de plus en plus de productions télévisées américaines, cette série, tournée en 35mm, est post-produite en HD et diffusée simultanément en TVHD et en définition standard.

Cette édition offre une image d'une très bonne définition, nette et précise, offrant des détails et textures d'un très bon niveau. Les couleurs sont impeccables, saturées mais naturelles, et aucun débordement n'est à déplorer de ce côté. La brillance (niveau des noirs) et le contraste sont parfaitement ajustés et constants. La plupart des dégradés sont propres, même si dans certains cas des blocages sont perceptibles dans les parties sombres de l'image. Les noirs sont quand à eux purs et profonds.

La compression semble être la cause des blocages énoncés ci-dessus, en effet quelques macroblocs et fourmillements sont visibles ça et là. Une sur-accentuation des contours modérée mais visible est aussi à déplorer.


Son
Le son est proposé en version originale anglaise (Dolby Digital 5.1) et en espagnol (Dolby 2.0 Surround). Des sous-titres anglais pour malentendants sont proposés.

Le mixage multicanal est dynamique et offre une belle présence, avec un champ sonore qui se déploie principalement sur les enceintes avant. Les canaux d'ambiophonie sont utilisés de façon ponctuelle, principalement lors des scènes d'action. La séparation des canaux est très bonne, mais un mixage plus subtil faisant plus souvent appel aux canaux arrière aurait offert un champ sonore plus immersif. Les rares effets de transition sont cependant assez réussis.

La trame sonore, composée de morceaux techno et de chansons sirupeuses (on est à des années-lumière de l'excellence des morceaux musicaux choisis pour la série CSI), est parfaitement bien intégrée. Les dialogues le sont aussi, et sont toujours nets et intelligibles. Les basses sont présentes et viennent efficacement appuyer la musique et les effets sonores. Le canal .1 (LFE) est utilisé à bon escient lors de ces dernières.


Suppléments/menus
Cette première saison ayant été diffusée depuis déjà un certain temps, les producteurs de cette édition ont eu le temps de rassembler un nombre plutôt conséquent de suppléments.

Des commentaires audio sont proposés sur les épisodes 1, 2, 17 et 22. Chaque commentaire est fait par des intervenants différents (à part JJ Abrams et Jennifer Garner, qui font le commentaire du pilote et qu'on retrouve pami les multiples intervenants du commentaire du dernier épisode de la saison), ce évite les redondances et nous donne plusieurs points de vue intéressants sur la fabrication de cette série.

Sur le premier disque, en plus des commentaires des deux premiers épisodes, un supplément pour PC équipés de lecteurs DVD-ROM, appelé ScriptScanner, permet de lire le script du pilote de la série.

Les autres suppléments se trouvent tous sur le sixième disque :
Pilot Production Diary (18:54) est un documentaire chronologique sur la production du premier épisode, commenté principalement par le créateur de la série, JJ Abrams.
Inside Stunts (10:29) est, comme son nom l'indique, un documentaire sur les multiles cascades.
Ces deux documentaires sont montés comme les épisodes de la série, c'est à dire sur un rythme très rapide, et n'approfondissent pas vraiment leurs sujets. Ces documentaires ne sont pas inintéressants mais assez superficiels.

Deleted Scenes permet d'accéder à 6 scènes coupées (appartenant à quatre épisodes différents). Une option permet de regarder les six d'un coup, soit une durée totale de 9:49.

Gag Reel (2:48) est un bêtisier, complètement inintéressant.

Alias TV Spots permet de voir cinq spots publicitaires réalisés pour promouvoir cinq épisodes différents. Une option permet de les jouer tous d'un bloc, pour une durée de 2:21.

Alias Video Game Preview (1:24) est une bande-annonce du jeu vidéo tiré de la série, dont la sortie est prévue pour l'automne 2003.

Enfin, Season Two Sneak Peek (1:39) est une bande-annonce pour l'édition DVD de la deuxième saison, qui doit sortir avant la fin de l'année.

Si les suppléments sont nombreux, leur intérêt est assez inégal, la plupart étant franchement complaisants. Notons tout de même que l'interactivité est bien pensée et l'ensemble (menu et suppléments) respecte tout à fait l'esprit graphique de la série.



Conclusion
Cette populaire et divertissante série télévisée est servie par une édition globalement satisfaisante. Il est à noter que, chose rare pour une série, les épisodes sont divisés en chapitres, généralement un pour chaque voyage, ce qui est une excellente idée. Les suppléments, nombreux, sont parfois intéressants. Le seul véritable regret qu'on puisse avoir est l'absence totale de français sur cette édition (des sous-titres auraient été bienvenus).


Qualité vidéo:
3,6/5

Qualité audio:
3,7/5

Suppléments:
3,5/5

Rapport qualité/prix:
3,6/5

Note finale:
3,4/5
Auteur: François Schneider

Date de publication: 2003-09-10

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 Panasonic CT-36D11E / Moniteur ViewSonic P95f, PC avec GeForce3 et Sonic CinePlayer, Récepteur Denon AVR-1602, Enceintes Wharfedale Cinestar 30 (5 Vivendi Modus Cube + 1 PC-8).

Le film

Titre original:
Alias

Année de sortie:
2001

Pays:

Genre:

Durée:
minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Buena Vista

Produit:
DVD

Nombre de disque:
6 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.78:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Espagnole Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais (CC)

Suppéments:
Commentaires, scripts (DVD-Rom), documentaires, scènes coupées, bêtisier, bande-bnnonce.

Date de parution:
2003-09-02

Si vous avez aimé...