Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Deliverance (Deluxe Edition)

Critique
Synopsis/présentation
Depuis 1965, John Boorman a tourné 18 longs métrages. Nous lui devons entre autres Hell in the Pacific (1968), Zardoz (1974), The Emerald Forest (1985), et Hope and Glory (1987). Il connaît le succès grâce à Excalibur (1981), aujourd’hui devenu un film culte. Il n’y a qu’une seule ombre au tableau de cette filmographie : Exorcist II: The Heretic (1977). Le film qui nous intéresse aujourd’hui, Deliverance (1972), est, de loin, l’œuvre la plus forte et la plus percutante de la carrière de Boorman. La première édition DVD était, à tous points de vue, médiocre. Une réédition digne de ce classique s’imposait et la voici enfin.

Deliverance est l’adaptation du roman de James Dickey (1923-1997), qui en signe également le scénario. Le film s’attarde principalement sur la deuxième partie du roman qui relate la descente de la rivière, et minimise les tensions existant entre les quatre protagonistes. Deliverance raconte l'expédition de quatre banlieusards (Ed - Jon Voight), Lewis - Burt Reynolds, Bobby - Ned Beatty et Drew - Ronny Cox) sur une rivière condamnée par la construction d'un barrage hydro-électrique. Cette descente de rivière deviendra une véritable descente aux enfers. Le week-end tournera mal lorsque nos aventuriers rencontreront des montagnards particulièrement vicieux et belliqueux, qu’ils réussiront à éliminer. Cette horrible expérience marquera toutefois les survivants à jamais.

Deliverance a très bien vieilli. Cela s’explique principalement par le caractère intemporel du récit. Cette descente de rivière pourrait avoir lieu aujourd’hui, de la même manière et avec le même équipement. De plus, la réalisation classique et très maîtrisée de Boorman permet à cette œuvre de garder toute son intensité. Ajoutons que les images saisissantes de Vilmos Zsigmond n’ont rien perdu de leur impact, même après 35 ans.

Avec Deliverance, Boorman fait preuve de culot. Son long métrage s’apparente à un film d’horreur dont la logique narrative utilise le schéma de la transgression/agression. Dans ce type de récit, le ou les personnages transgressent un ou plusieurs interdits (souvent à caractère sexuel) et subissent l’agression mortelle d’un déviant, d’un monstre ou de la nature. Ceux qui survivent à l’expérience en gardent des séquelles. Idéologiquement, la fonction de l’agresseur est celle d’un fossoyeur des basses œuvres : en somme, il exécute un sale travail, pour le compte d’une majorité morale incapable de s’en charger. Boorman renvoie néanmoins cette idéologie aux représentants de l’Amérique blanche et majoritaire, ce qui fait toute la force de Deliverance.

Le pivot de l’agression est la fameuse scène où Bobby est violé par le montagnard. De façon symbolique, on y évoque la corruption de la société par la nature de l’homme. C’est la rivière qui terminera l’œuvre de la vengeance contre des hommes qui la violent eux-mêmes, pour assurer leur bien-être artificiel. En cela, Deliverance fait encore aujourd’hui écho aux revendications des mouvements écologiques qui réclament plus d’attention à l’égard de l’environnement. Nous participons à une transgression planétaire qui risque de nous faire disparaître de la surface de la Terre.



Image
Le DVD offre une image au formatde 2.35:1 d'après un transfert 16:9. L’interpositif est impeccable : il ne montre aucun signe d’usure. Le transfert numérique est très convenable, compte tenu des limitations du format DVD standard; comparé à la première édition, il est nettement supérieur, à tous points de vue. L’image de Vilmos Zsigmond est toutefois très acide, ce qui diminue l’impact des couleurs et le contraste de l’image. Au cinéma, ce choix esthétique est intéressant : il est cependant plus difficile à rendre en format vidéo. Malgré cela, l’éditeur a fait un bon travail de transfert numérique.

L’image numérique offre une assez bonne résolution : elle propose un bon niveau de détails et comporte peu de traces de compression. L’effet lustré des visages des acteurs est particulièrement bien reproduit par la numérisation. Les couleurs ne sont pas éclatantes, mais elles sont naturelles, avec un beau rendu des nuances de chair et surtout de vert, la couleur prédominante.

Compte tenu de l’esthétique originale du film, le contraste est très bon, bien qu’il ne soit pas très prononcé. L’image présente un bon relief, avec des noirs suffisamment solides et profonds. Le seul moment où l’image passe moins bien est la scène de l’escalade se poursuivant de nuit, au cours de laquelle Ed traque le second agresseur. L’image originale du film a subi un tirage photographique particulier. L’image est désaturée, ce qui passe assez mal avec ce transfert DVD. Hormis cela, l’image de cette édition de luxe est tout à fait recommandable.



Son
L'édition Warner offre deux bandes sonores : une bande anglaise Dolby Digital 5.1 et une bande française Dolby mono 1.0. Les sous-titres sont offerts en espagnol, en anglais et en français. Signalons que la jaquette ne fait mention que des sous-titres espagnols.

La version anglaise est un modèle de restauration. Les ingénieurs du son qui ont travaillé à ce remixage ne sont pas tombés dans le piège de l'enflure sonore. La grande aération des plans sonores donne énormément de nuance et de précision à la bande sonore. Même dans les scènes où le tumulte de la rivière est à son paroxysme, le son reste totalement intelligible, sans perdre de son impact dramatique. La dynamique est excellente et les graves sont justes et puissantes. Par le fait même, le film gagne en puissance à ton tour.

Comparée à la bande sonore anglaise, la bande française fait office de parent pauvre. Elle est monophonique et le son est nettement moins intéressant, car il est comprimé et sans nuances. Sa principale qualité demeure le rendu de dialogues intelligibles. Heureusement, des sous-titres français nous permettent de profiter de la bande sonore anglaise Dolby Digital 5.1.



Suppléments/menus
Comme c’est le cas des éditions spéciales, les suppléments sont nombreux et de bonne facture. Pour l’essentiel, ils consistent en cinq documents. À l’exception d’un seul, tous sont réalisés par Laurent Bouzereau, le spécialiste incontesté du supplément DVD. Ces quatre documentaires sont : The Beginning (16’ 43’’), The Journey (13’ 03’’), Betraying the River (14’ 36’’) et Delivered (10’ 36’’). Le dernier document, qui s’intitule The Dangerous World of Deliverance (10’ 12’’), consiste en un film promotionnel techniquement médiocre relatant le tournage de Deliverance.

Dans le cas de films de répertoire comme Deliverance, les suppléments doivent permettre aux cinéphiles de mieux comprendre ou d’approfondir l’œuvre. Ils doivent situer le film dans le contexte historique de la production. Bouzereau atteint ici cet objectif en offrant au spectateur une très intéressante porte d’entrée pour tirer pleinement plaisir du film de Boorman.

Bouzereau offre un travail soigné, bien documenté, très bien réalisé, et touche à tous les aspects de la réalisation du film. Des cinq documents, Betraying the River, qui porte sur la scène du viol, est particulièrement intéressant. Voilà du beau travail.

Avec cette édition, Boorman nous livre des commentaires audio généreux et vivants, presque sans interruptions. Il accorde une grande importance à l’aspect technique de sa réalisation. Cela est crucial, car le tournage de Deliverance n’a pas été de tout repos et représentait, à l’époque, un réel défi. En bref, ce supplément est intéressant et instructif.

Le dernier supplément est la classique bande annonce du film. Nous ignorons si elle est originale, mais elle vaut le détour : elle est au format respecté (16:9) et l’image est de bonne qualité.




Conclusion
En comparaison avec l’édition précédente, Warner nous offre vraiment une édition de luxe de ce grand classique du cinéma américain dont l’action se déroule après la guerre du Vietnam. L’image et le son sont nettement supérieurs et redonnent à cette œuvre sa cruelle beauté. En terminant, soulignons que le DVD offre des documents intéressants sur le film et sur sa création. Ceux qui désirent connaître ou approfondir une œuvre cinématographique percutante et encore d’actualité chercheront à se procurer cette édition qui enrichira leur DVDthèque.


Qualité vidéo:
4,0/5

Qualité audio:
4,3/5

Suppléments:
4,1/5

Rapport qualité/prix:
3,9/5

Note finale:
4,1/5
Auteur: Sylvain Lafrenière

Date de publication: 2008-01-15

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC Toshiba 32 pouces, Récepteur Sony STR-DE945, Lecteur DVD Sony DVP-S360, enceintes Energy, câbles Cable Accoustic Research

Le film

Titre original:
Deliverance

Année de sortie:
1972

Pays:

Genre:

Durée:
109 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Warner Bros.

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-5 (simple face, simple couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby mono

Sous-titres:
Anglais
Français

Suppéments:
Commentaire du réalisateur, Documentaire, notes de production et bande-annonce

Date de parution:
2007-09-18

Si vous avez aimé...