Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Ma femme est une actrice (éditon québécoise)

Critique
Synopsis/présentation
C'est en 1989 que Yvan Attal apparait pour la première fois sur les écrans français, dans un film qui fit sensation intitulé Un monde sans pitié. Ce rôle lui avait valu le César du meilleur espoir masculin. Depuis ce rôle, les films se sont enchainés sans interruption avec un un très beau rôle dans le film les patriotes de Eric Rochant.

En 1997, Yvan Attal passe derrière la caméra pour tourner un court métrage très réussi intitulé I got a woman. Il mettait en scène Yvan Attal sur une terrasse d'un café qui interprétait le rôle du compagnon d'une actrice connue se faisait prendre à part sur la fidélité de sa femme. Ce court métrage est au centre de ce premier long métrage, il en est l'inspiration et est même inclus dans le film (une des scènes du film reprend quasi exactement ce court métrage). Ma Femme est une actrice relate les déboires de Yvan, chroniqueur sportif qui se trouve être le compagnon de Charlotte (Charlotte Gainsbourg), une actrice très en vogue. Une crise de jalousie et un départ pour un tournage en Angleterre vont créer les degrés de séparation nécessaire à l'incompréhension de ce couple.

Charlotte Gainsbourg incarne donc une actrice célèbre que son métier amène à tourner des scènes plutôt intimes ce qui, couplé avec la personnalité publique de Charlotte, va le plonger dans un mélange de jalousie et de complexe. Le tournage en Angleterre avec Terence Stamp comme partenaire va confirmer ses inquiétudes et mettre à mal le couple.
Des histoires secondaires viennent appuyer le fil scénaristique principal, telle une soeur et son mari qui se battent autour de la circoncision de leur futur enfant (nous offrant des scènes réellement drôles) et de la vie d'Yvan sans sa femme.

Malgré ses apparences autobiographiques ce film reste avant tout une comédie romantique supportée par de bons acteurs. Charlotte Gainsbourg offre une belle performance pour un rôle compliqué : Jouer son propre rôle de compagne de Yvan Attal et d'actrice, donc d'être à l'écran comme à la vie (rôle qu'elle avait déjà jouer dans le film Grosse fatigue de Michel Blanc en 1994).

Pour un premier film, la réalisation est de très bon niveau (ce qui a valu au film d'être nominé aux Césars pour la meilleur première oeuvre), jusqu'à la présence plutôt inhabituelle dans le cinéma actuel de zoom qui s'harmonisent néanmoins parfaitement aux autres choix de cadrages et de photographie. Des plans séquences bien tournés sont aussi présent, comme le très long plan de la scène du restaurant qui est un réel exercice technique.

Ma femme est une actrice, sans révolutionner le genre reste néanmoins une comédie agréable qui repose sur de solide assices (la limite entre le jeux de l'amour et l'amour lui même). La comédie impliquait que le personnage central soit le mari jaloux, et c'est certainement ce qui limite malgré tout cette première oeuvre. Les prédispositions d'Yvan Attal à titre de réalisateur et les critiques qu'il émet sur son oeuvre laissent présager de futurs bons moments de cinéma.


Image
L'image est présentée au format respecté 1.85:1 d'après un transfert 16:9.

Comme pour la majorité des éditions de films récents, l'interpositif utilisé est d'une qualité irréprochable. Auncun défaut majeur n'a été constaté. La définition générale est d'un bon niveau, présentant un bon niveau de détails. L'image est toujours nette et les textures sont convenablement rendues. Les couleurs sont elles aussi adéquatement restituées et d'un étalonnage constant sur toute la durée du programme. Le contraste semble un peu pécher, l'image restant généralement un peu sombre même dans des situations d'éclairage naturel, ce qui prive de certains détails. Les noirs sont adéquats, mais le problème de contraste affecte inévitablement les dégradés.

Le transfert est d'un niveau acceptable, sans être toutefois exempt de défauts. Plusieur traces de fourmillements ont été repérées, et une légère sur-accentuation des contours semble présente tout au long du film.


Son
Deux bandes sons sont proposées, toutes les deux en Français, au format Dolby 2.0 Surround, et l'autre au format Dolby Digital 5.1 (qui sera ici décrite).

Cette bande son est d'un dynamisme plutôt relatif, mais le genre n'autorise pas vraiment de grands exploits sonores. Le champ se déploie presque exclusivement depuis les enceintes avant, offrant malgré tout une bonne spatialisation.
Les différents éléments sonore sont convenablement intégrés, sachant mettre en valeur la très belle trame sonore du jazzman New Yorkais Brad Meldhau. Les effets de transitions de canaux à canaux sont peu nombreux, et plutôt discret.

Les dialogues, au centre de ce film sont toujours naturels, parfaitement intégrés et intelligibles. À ce propos, une version non incluse avec cette édition existe ou les acteurs ont fait un doublage pour tous les dialogues Anglais (en vue de la diffusion télé en France). Les basses sont convenablement rendues (musicales) même si peu présente. Le canal d'extrême-grave est au repos durant toute la durée du programme.

Cette bande son remplie parfaitement son rôle, mettant en avant les dialogues et la musique de Meldhau d'une manière toute à fait honorable.
Aucun sous titrage n'est diponible.


Suppléments/menus
Cette édition se compose d'un simple disque. Les suppléments sans être nombreux sont tout à fait satisfaisant, à commencer par la piste de commentaire du réalisateur. On a droit à la double vision du réalisateur et de l'acteur, ce qui offre une synthèse vraiment exhaustive tant du jeu des acteurs (et du sien) que des motivations pour chaque plan. Cette une description très critique de ce film qui nous est offerte, Yvan Attal relevant tous les défauts de son film (des plus petits aux plus gros). Cette piste est réellement intéressante et attachante, et on y découvre tout autant le film que l'homme qui l'a créé, dans tous ses excès (critiques pour son travail, affectif pour Charlotte et quelques acteurs...).

Un segment intitulé "making off" nous présente le tournage du film d'une manière plutôt conventionnelle. À l'opposé, présenté avec des commentaires de Yvan Attal et de son directeur de la photographie Rémy Chevrin, les essais lumières sont réellements intéressants. On y voit les touts premiers essais de pellicules (sensibilité, types etc...) et leur effet sur les acteurs. Ce segment présente donc les tous premiers pas des acteurs dans leur futur role, tout autant que les considérations techniques (le choix du format d'image en fait parti lui aussi, et l'on apprend que le réalisateur désirait filmer en cinémascope, mais que c'est le 1.85:1 qui a été retenu pour des fins esthétiques).

En plus des bandes annonces, cette édition nous offre de larges extraits de scènes coupées au montage. Certaines scènes sont intéressantes, d'autres d'un intérêt beaucoup moindres, mais elles sauront néanmoins combler les amateurs de ce film.

Cette édition de Christal Films offre donc des suppléments peu nombreux mais qui savent compléter agréablement ce film.




Conclusion
Cette première oeuvre d'Yvan Attal se voit ici offrir un traitement tout à fait convenable. Hormis quelques défauts concernant l'image (qui aurait pu être évités), l'ensemble est d'une qualité satisfaisante.

Il est agréable de voir ce genre de films bénéficier d'une distribution en amérique du nord, car si le succès de cette édition restera confidentielle, le concept de base et le jeu d'acteur solide en fait un film attachant.


Qualité vidéo:
3,0/5

Qualité audio:
3,5/5

Suppléments:
3,0/5

Rapport qualité/prix:
3,5/5

Note finale:
3,2/5
Auteur: Thomas Geoffroyd

Date de publication: 2003-08-05

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur Sony Wega KV27; Préampli Audio refinement par YBA Pre-2; Ampli Audio refinement par YBA Multi-5; Enceintes JmLabs; Sub REL Strata III; Lecteur DVD Toshiba Sd1200; cables et interconnects Cardas/Audioquest.

Le film

Titre original:
Ma femme est une actrice

Année de sortie:
2002

Pays:

Genre:

Durée:
95 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Christal Films

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Française Dolby Digital 5.1
Française Dolby 2.0 stéréo

Sous-titres:

Suppéments:
Segment sur le tournage, scènes inédites, Essais lumières, Commentaires audio du réalisateur.

Date de parution:
2003-05-06

Si vous avez aimé...