Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Bridge To Terabithia (WS)

Critique
Synopsis/présentation
Le jeune Jess Aarons (Josh Hutcherson) souffre de n'être ni l'ainé, ni le benjamin de sa famille. Le fait d’être ignoré par ses grandes sœurs et agacé par sa petite sœur ne serait pas si grave, si au moins il ne se voyait pas attribuer toutes les tâches ménagères. Si la situation modeste de sa famille n’est pas enviable, les choses ne sont pas plus drôles à l’école. En plus d’être ridiculisé à tous les jours dans l’autobus, deux brutes de sa classe le malmènent constamment. Malgré sa bonne volonté, il semble que rien ne tourne en sa faveur. Isolé, il n’a d’autre choix que de s’évader dans ses dessins, mais la réalité le ramène vite sur Terre. Tout change avec l’arrivée d’une nouvelle élève dans sa classe, Leslie Burke (Annasophia Robb), qui lui fera voir la vie sous un tout autre angle. Avec elle, Jess découvrira tout le potentiel de son imaginaire et lorsqu’une situation problématique survient, ils partiront ensemble dans leur pays imaginaire nommé Terabithia, là où le fantastique permet d’expliquer et de solutionner la plupart des impasses.

Nombreux sont ceux qui auront tendance à présumer que Bridge to Terabithia a été produit dans l’unique but de capitaliser sur la popularité de The Chronicles of Narnia (qui est également une collaboration entre Disney et Walden Media). Toutefois les films eux-mêmes sont des entités bien distinctes. Narnia raconte l’histoire d’un enfant qui s’aventure dans un monde imaginaire et fantastique dont il n’a aucun contrôle ou pouvoir. À l’inverse, Terabithia se distingue par le fait que ce sont les deux enfants eux-mêmes qui créent ce monde et qui en inventent les créatures. Ils attaquent donc leurs problèmes de la vie réelle dans ce monde imaginaire de façon à bâtir le courage de les régler réellement. Ainsi, contrairement à Narnia, les jeunes ne s’aventurent dans Terabithia qu’occasionnellement et pour une courte durée.


Image
Le film est présenté au format d’image respecté de 1.85:1 d’après un transfert 16:9. Une édition au format recadré 1.33:1 est également mise en marché.

Comme la plupart des films récents, la propreté du matériel source n’est jamais remise en question. Aucun parasite, sous une forme ou une autre n’impose sa présence. La définition générale de l’image est excellente, n’affichant que quelques rares plans moins bien définis. Le niveau de détails demeure élevé et les textures sont reproduites avec précision et exactitude. Les choix stylistiques relativement aux couleurs sont parfaitement justifiés et utilisés de façon logique. La situation dans la famille de Jess n’étant guère joyeuse, la palette est plutôt terne et sans vie. À l’école, la palette opte principalement pour des tons naturels que l’on pourrait qualifier d’ordinaire. Cependant, quand Jess et Leslie s’évadent à Terabithia, les couleurs se transposent graduellement vers des teintes plus vives et variées. En bout de ligne, toutes ces variations n’affectent aucunement le rendu des couleurs, qui demeurent toujours correctement saturées et justes. Le niveau des noirs est correct et les contrastes sont bien gérés. Les dégradés sont relativement fluides et mènent à des noirs profonds et purs.

Les problèmes numériques sont maintenus à un minimum, ne laissant voir que de légers halos causés par une suraccentuation occasionnelle des contours.


Son
La version originale anglaise du film est offerte au format Dolby Digital 5.1, tout comme les doublages français et espagnols. Deux pistes de commentaires audio sont disponibles: La première laissant entendre le réalisateur Gabor Csupo, le scénariste Jeff Stockwell et le producteur Hal Lieberman, aors que la deuxième nous offre la productrice Lauren Levine et les deux vedettes principales du film (Josh Hutcherson et AnnaSophia Robb).

Pour un film familial, le mixage surprend par l’usage fait des canaux d'ambiophonies. Trop souvent, on reproche à certains film de négliger l’ambiophonie, mais Terabithia se distingue par un usage régulier de ceux-ci. La plupart du temps, les enceintes arrières reproduisent des sons d’ambiance, comme les bruits de foule dans l’autobus, la cours d’école ou dans la classe. Dans le monde imaginaire, on note beaucoup plus d’effets localisés, particulièrement lors des attaques des créatures qui y vivent. Quelques transitions canaux à canaux sont même perceptibles. Les dialogues demeurent nets et parfaitement intelligibles, ce qui est surprenant considérant le nombre de bruits de fond existants: Les pas sur les feuilles dans la forêt, les autre enfants dans la cours d’école, … Les seuls problèmes de compréhension viennent du père de Jess (Robert Patrick) qui a tendance à marmonner ses lignes. La trame sonore est correctement intégrée au tout, évitant d’empiéter sur les dialogues et prenant un rôle plus important dans certains moments bien choisis. Les basses supportent adéquatement le mixage, alors que les extrêmes graves entrent en ligne de compte pour amplifier certains effets sonores.

Des sous-titres anglais, français et espagnols sont disponibles.


Suppléments/menus








Conclusion
Rares sont les longs métrages américains destinées à la jeunesse qui ont un certain propos. Bridge to Terabithia, sans être une complète réussite, a le mérite d'aborder des sujets souvent tabous pour une clientèle aussi jeune, par exemple la mort et la religion. À ce sujet, le film joue sur une note sentimentale avec retenue, de façon à ne pas tomber dans le piège des films larmoyants à excès.

L’édition offerte par Disney en est une de qualité à tous les niveaux. Le transfert vidéo est excellent et rivalise avec les meilleurs transferts, alors que le mixage sonore est beaucoup plus efficace que la plupart de ceux produits pour le même genre de film. Les suppléments sont relativement peu nombreux, mais nous permet de comprendre la participation de tous ceux impliqués dans la production du film. Même l’auteure y va de quelques commentaires.


Qualité vidéo:
4,1/5

Qualité audio:
4,0/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
4,2/5

Note finale:
4,1/5
Auteur: Martin Roy

Date de publication: 2007-07-20

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur Hitachi 51F500, Récepteur Denon AVR-487, Enceintes Denon SYS-57HT, Lecteur DVD/HD-DVD XBox 360 de Microsoft

Le film

Titre original:
Bridge To Terabithia

Année de sortie:
2007

Pays:

Genre:

Durée:
96 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Buena Vista

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby Digital 5.1
Espagnole Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
Deux pistes de commentaires audio, vidéoclip, entrevues, documentaires sur les effets spéciaux et bandes-annonces

Date de parution:
2007-06-19

Si vous avez aimé...