Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Original Sin (Unrated Edition)

Critique
Synopsis/présentation
Avoir à parler d'un film comme Original Sin est un véritable supplice. Quoi dire sur une telle œuvre ? Même le studio associé à cette production, MGM, ne savait visiblement pas quoi faire du film. Achevé en 2000, le film est finalement paru au cinéma à la fin de l'été 2001, et ce, après en avoir retardé la sortie de plusieurs mois. MGM ne savait comment promouvoir le film (et avec raison…), et finalement il semblerait que la date de sortie ait été choisie au hasard, sans aucune stratégie commerciale. À croire que MGM voulaient se débarrasser d'un produit gênant en faisant le moins de remous possible. Et bien mission réussie, le film est passé en coup de vent sur les écrans, perdu au sein d'une programmation estivale remplie de succès autrement plus alléchants pour les cinéphiles. Quelques mois plus tard, c'est le marché du DVD qui est pris d'assaut par cette horreur. Oh, misère…
Afin d'aguicher la curiosité d'une certaine clientèle, MGM ont produit un nouveau montage dit "non-censurée" du film, contenant quelques minutes de scènes jugées trop explicites pour la sortie en salles du film. Que ceux qui ne s'intéressent au film que pour cette raison se le tiennent pour dit : le film n'en est pas meilleur, bien au contraire, étant donné qu'il est maintenant plus long… L'intrigue, principale faiblesse du film, demeure aussi décousue et grotesque qu'elle l'était au départ. Il serait d'ailleurs vain de vous la résumer ici, tant elle est confuse. Disons simplement qu'une aguicheuse extrovertie séduit un riche homme d'affaire pour lui dérober sa fortune. Mécontent, le déchu cherchera vengeance. Le reste n'est qu'une enfilade de rebondissements absurdes et manipulateurs qui tentent par tous les moyens de nous surprendre. Peu importe si la crédibilité est mise en doute, puisque visiblement ce n'était pas la préoccupation première du réalisateur et scénariste Michael Cristofer. Ce n'était pas sa préoccupation non plus de dresser un portrait un tant soit peu flatteur de la femme. Rarement aura-t-on vu une œuvre aussi misogyne et dégradante. Ici, la femme n'est qu'objet de traîtrise et de luxure. Les scènes d'amour sont complètement dénudées de toute sensualité, la sexualité est au contraire simpliste, vulgaire et presque violente. Remarquez seulement avec quelle force Antonio Banderas fait l'amour à sa femme, ou encore la scène où Thomas Jane crache dans la bouche à Angelina Jolie avant de l'embrasser. Nous allons vous épargner les détails d'une scène ayant des airs de viol collectif… Bon, que reste-t-il de cette horreur ? Des décors en carton, une trame-sonore pompeuse et insistante, et une mise en scène grossière (excepté pour un seul plan modérément intéressant au début du film).


Image
Le film nous est offert en format original de 2.35:1 d'après un transfert anamorphosé. La définition générale est adéquate et laisse voir avec une certaine finesse les détails et les textures. Seuls quelques plans trahissent un léger manque de piqué, perceptible dans les arrières-plans. Les couleurs sont riches, brillantes et bien saturées. Nous ne remarquons aucun débordement. Les teintes de peau sont naturelles. La brillance est correctement balancée, tandis que les contrastes sont justes, sans accentuation indésirable. Les parties sombres sont dégradés avec finesse et précision. Les noirs sont purs et très profonds, exempts de fourmillement.
Seul véritable défaut de ce transfert : une sur-définition des contours souvent excessive, à un tel point que des halos deviennent visible. Il va sans dire que ce défaut agaçant fait perdre beaucoup de naturalité à l'image. En dehors de cela, il n'y a aucun défaut de compression, et l'interpositif est exempt de toute anomalie.



Son
Il y a sur cette édition des bandes-son anglaise, française, espagnole et portugaise, tous en format Dolby Digital 5.1.
Ces mixages présentent sont d'un dynamisme tout à fait convenable et offrent un espace sonore ample et bien détaillée. Les éléments sonores sont subtilement intégrés pour créer un environnement crédible et efficace. Le champ-sonore se déploie agréablement mais subtilement de toutes les enceintes. Les canaux d'ambiophonies sont actifs surtout pour créer l'ambiance, mais quelques effets sonores tapageurs particulièrement agaçants sont employés pour créer un effet de surprise. La trame-sonore, aussi médiocre soit-elle, est néanmoins intelligemment intégrée à l'ensemble et ce, avec fidélité. Les dialogues sont quant à eux parfaitement intelligibles et nets. Les basses sont judicieusement mises à contribution pendant le film, elles appuient bien l'environnement et savent nous surprendre lorsque nécessaire. À l'inverse, le canal .1 (LFE) passe pratiquement inaperçue.
À noter que des sous-titres anglais, français, espagnols et portugais sont également offerts.


Suppléments/menus
Deux éditions DVD différentes de Original Sin sont offertes en format DVD. La première est la version dite censurée telle que présentée en salles. Cette édition est n'est pas seulement avare de nudité, elle l'est aussi de suppléments et n'offre qu'une bande-annonce. Au contraire, l'édition non-censurée du film, ici critiquée, est accompagnée de quelques suppléments aussi insipides que le film lui-même. Il y a d'abord une piste de commentaires audio animée par le réalisateur, Michael Cristofer. Mais qui donc aurait envie d'en savoir plus sur ce film ? Pourquoi perdre deux heures de plus à écouter une telle piste? Le réalisateur est un animateur articulé, mais ses propos sont, à l'instar du film, sans intérêt.
Suit ensuite un vidéoclip de Gloria Estefan pour la chanson You Can't Walk Away From Love, ainsi qu'une galerie animée de photographie et la bande-annonce originale. Si vous n'avez qu'une chose à écouter sur ce DVD, c'est la bande-annonce originale puisqu'il s'agit de l'élément le plus bref…



Conclusion
Mis à part le film cette édition DVD est honnête, sans plus. L'image est adéquate et le mixage sonore convaincant. Quant aux suppléments, il est incroyable que le réalisateur ait accepté, après l'avalanche de critiques incendiaires qui suivit la sortie du film au cinéma, de défendre ne serait-ce qu'une minute de son film.


Qualité vidéo:
3,6/5

Qualité audio:
3,8/5

Suppléments:
2,5/5

Rapport qualité/prix:
3,4/5

Note finale:
3,3/5
Auteur: Yannick Savard

Date de publication: 2002-03-25

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 Sony Trinitron Wega KV-32S42, Récepteur Pioneer VSX-D509, Lecteur DVD Pioneer DVL-909, enceintes Bose, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
Original Sin

Année de sortie:
2000

Pays:

Genre:

Durée:
118 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
MGM

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby Digital 5.1
Espagnole Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais (CC)
Français
Espagnol
Portugais

Suppéments:
Piste de commentaires audio, vidéoclip, galerie de photos et bande-annonce

Date de parution:
2002-03-26

Si vous avez aimé...