Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Donnie Brasco (Extended Cut)

Critique
Synopsis/présentation
Basé sur une histoire vraie, ce film romance l’infiltration de la Mafia par un agent du FBI, Joe Pistone (Johnny Depp). Sous le pseudonyme de Donnie Brasco, Pistone gagne la confiance d’un gangster du nom de Lefty Ruggiero (Al Pacino) qui l’introduit dans le monde sordide du crime organisé. Alors que son personnage se doit d’être crédible, Pistone ne réalise pas que tranquillement, ce dernier prend le dessus sur ses comportements habituels. Marié et père, il néglige même sa famille au profit de ses nouvelles fréquentations. Comme tous les films impliquant un agent double, il n’y a que deux façons de s’en sortir: Fuir ou mourir.

Notez qu’il s’agit ici d’un nouveau montage allongé de près de 20 minutes. Les scènes ajoutées varient en longueur et n’apportent que très peu de profondeur à un film déjà correctement scénarisé.


Image
Le film est présenté au format d’image respecté de 2.35:1 d’après un transfert 16:9.

L’interpositif utilisé n’affiche que très peu de parasites ou de défauts imputables au matériel source. La définition générale de l’image est correcte, mais le niveau de détails n’a pas toute la précision voulue. Par conséquent, certains plans affichent un léger flou et les textures sont reproduites avec plus ou moins de détails. Pour les couleurs, deux situations distinctes se présentent. D’un côté, comme beaucoup de films portant sur la Mafia et sur le crime organisé, les couleurs sont sobres et offrent une présence dominante pour les tons de bruns et gris. Ces couleurs sont reproduites sans véritable éclat, ce qui respecte le style de la production. La deuxième situation se présente lorsque l’action se déplace en Floride. Les couleurs, beaucoup plus riches et variées, n’affichent aucun débordement ou sursaturation. On déplore cependant le fait que celles-ci paraissent parfois légèrement dénaturées. Le niveau des noirs est constant alors que les contrastes sont bien gérés. Les dégradés sont généralement fluides, excepté à quelques instants où ils ont tendance à bloquer prématurément. Par moments, les noirs semblent manquer de profondeur, mais ceci n’affecte que quelques scènes.

Le matériel source présentant une importante quantité de grain, la compression effectuée pour ce transfert numérique a tendance à amplifier ce défaut de l’image. Outre cela, l’image affiche un halo causé par la suraccentuation des contours.


Son
Le film peut uniquement être accompagné de la version originale anglaise dans un format Dolby Digital 5.1. L’ajout de scènes explique parfois l’absence de doublages, même si l’utilisation de l’aiguillage automatique (seamless branching) règle parfois ce problème. Ce n’est pas le cas ici. De plus, l’édition précédente offrait une piste de commentaires audio, mais les modifications au montage rendent celles-ci inutilisable.

Le film joue beaucoup plus sur les atmosphères ce qui explique la dynamique du son plutôt moyenne. Pour la majorité du film, le mixage s’avère principalement fonctionnel. Le champ sonore est pleinement développé et articulé, offrant une excellente stéréophonie. Les canaux d’ambiophonie laissent entendre quelques sons d’ambiance, mais très peu d’effets localisés. Les transitions canaux à canaux (avant-arrière) sont peu nombreuses. La trame sonore est correctement intégrée au tout, profitant adéquatement du potentiel du 5.1. Les dialogues sont nets et parfaitement intelligibles. Leur compréhension n’est jamais remise en doute. Les basses supportent bien le mixage en général, alors que les extrêmes graves (LFE, canal .1) se font uniquement ressentir lors d’instants judicieusement choisis.

Des sous-titres anglais et français sont disponibles.


Suppléments/menus








Conclusion
En bout de ligne, cette ré-édition de Donnie Brasco en offre malheureusment trop peu pour justifier un nouvel achat. D’un point de vue technique, le transfert parait identique à celui de l’édition précédente, alors que la même chose pourrait être dite à propos du mixage. Il est intéressant de voir 20 minutes être ajoutées à ce montage, mais le spectateur n’a aucun point de référence en ce qui concerne la justification de cette version allongée. Habituellement, une telle édition est accompagnée d’une piste de commentaires audio, d’un documentaire exclusif ou, au stricte minimum, d’une introduction par le réalisateur. Rien de cela ne se trouve ici. Nous devons malheureusement nous contenter de deux documentaires et d’une poignée de bande-annonce. Le seul point digne de mention est la participation du véritable Joe Pistone à l’un des documentaires.


Qualité vidéo:
3,6/5

Qualité audio:
3,7/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
3,8/5

Note finale:
3,7/5
Auteur: Martin Roy

Date de publication: 2007-06-04

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur Hitachi 51F500, Récepteur Denon AVR-487, Enceintes Denon SYS-57HT, Lecteur DVD/HD-DVD XBox 360 de Microsoft

Le film

Titre original:
Donnie Brasco

Année de sortie:
1997

Pays:

Genre:

Durée:
147 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Sony Pictures Home Entertainment

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais
Français

Suppéments:
Deux documentaires, galerie d'image et bandes-annonces

Date de parution:
2007-05-08

Si vous avez aimé...