Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Godfather Collection, The (1 de 3)

Critique
Synopsis/présentation
The Godfather de Mario Puzo fut un roman à succès. Avec le succès littéraire, vint le désire pour la Paramount de produire une adaptation cinématographique du roman. Le projet ne fut pas facile à vendre auprès des réalisateurs en vue d'Hollywood. La Paramount s'est buté au refus de beaucoup de réalisateurs de grand renom tels Arthur Penn, Sergio Leone et Peter Yates.

Devant l'impasse Peter Bart (directeur chez Paramount), proposa Francis Ford Coppola pour réaliser l'adaptation du roman. Alors âgé de 31 ans, il n'avait que cinq films à son actif. Bien que certains de ses longs métrages avaient connu un succès critique, ils n'avaient jamais connu un succès commercial. Malgré de nombreux problèmes pendant le tournage et des conflits entre le réalisateur Francis Ford Coppola et les producteurs, cette tragédie américaine arriva sur les écrans le 11 mars 1972 et connut instantanément un immense succès critique et populaire.

The Godfather est l'histoire de l'ascension de Michael Corleone (Al Pacino), fils de Vito Corleone (Marlon Brando), un parrain de la pègre de New York qui, après avoir survécu à une tentative d'assassinat, doit renoncer au contrôle de son clan. En vengeant son père, Michael montrera qu'il a les qualités requises pour devenir le nouveau parrain du clan Corleone.

Avec The Godfather, le monde de la mafia nous est montré de l'intérieur en prenant le point de vue de ses principaux acteurs. Cette société secrète devient le microcosme de la société en général avec ses institutions, sa justice, ses lois, et même son code d'éthique. Comme dans tous les systèmes politiques, la raison du clan l'emporte sur les bons sentiments et l'amour d'autrui, un peu à l'image des États-Unis à l'aube du scandale du Watergate et du conflit au Viet-nam durant lequel près de 50 000 jeunes Américains ont trouvé la mort.
The Godfather est l'une des grandes oeuvres du cinéma américain. Avec l'univers des Corleone, Coppola a construit un grand mythe tragique et violent. Ce premier volet ne devait pas avoir de suite: toutefois, Coppola a su le développer pour construire un grand ensemble narratif, ce qui prouve la force des fondations sur lesquelles repose The Godfather.



Image
La photographie de Gordon Willis, toute en sous-expositions, est assez remarquable et le nouveau tirage en montre la pleine splendeur. La restauration du négatif nous donne un interpositif de qualité, mais non sans quelques défauts. The Godfather est bien sûr offert en format original (1.85:1) d'après un transfert anamorphique et numérique.

La définition est bonne et l'image offre un niveau acceptable de détails malgré un grain qui est parfois proéminent. Le rendu des couleurs est irréprochable : celles-ci sont bien saturées et aussi naturelles que possible. N'oublions pas que le directeur de la photographie désirait une prédominance de jaune, ce qui donne une coloration dorée très particulière à l'image. La photographie très sombre de Willis offre une image fortement contrastée : ceci demande une bonne tenue des noirs, ce qui est généralement le cas avec ce transfert. Certains trouveront que les parties sombres offrent des dégradés déficients, cela est imputable à la photographie et non au transfert.

L'image n'est pas exempte de parasites, des points blancs sont parfois visibles. Les responsables de la numérisation ont volontairement choisi lors de la numérisation d'accentuer les contours, ceci a pour conséquence de produire une image manquant un peu de naturelle. Un certain fourmillement combiné au grain de la pellicule peut parfois être quelque peu agaçant.



Son
La présente édition offre deux bandes sonores : Dolby Digital 5.1 anglaise et Dolby Digital mono française.

La première est très bien, mais le son souffre par moments de légères distorsions dans les hautes fréquences. Néanmoins, ces petits défauts sont peu nombreux et la version anglaise demeure nettement supérieure au doublage français. Ce qui frappe à la première écoute, c'est l'ampleur de la scène stéréo. Elle améliore à la fois les passages musicaux, et le détachement des plans sonores. En second lieu, les basses fréquences ont une très belle présence, ce qui ajoute de l'impact au film. Les dialogues sont bien intégrés malgré certaines séquences qui manquent de naturel (signe d'une postsynchronisation). Les effets d'ambiophonies sont quasi inexistants tout comme celle du canal .1 (LFE). La bande sonore française est de la bonne mono. Cependant, elle ne peut prétendre à la même dynamique, ni au même niveau de détails que son homologue anglaise.

Il est regrettable que la Paramount n'ait pas inclus des sous-titres français.



Suppléments/menus
Avec cette édition DVD du Parrain, la Paramount offre un disque entier de suppléments. Il faut consacrer au moins 3 heures 20 minutes au visionnement de tous les suppléments du dernier disque du coffret. Comme c'est généralement le cas chez cet éditeur, ces suppléments sont tous sous-titrés en français.

Soulignons particulièrement que chaque film bénéficie des commentaires du réalisateur. Coppola s'acquitte de ce travail avec beaucoup de facilité. Ses propos sont clairs et bien présentés. Le débit de sa voix est bon et il n'est pas monocorde. En plus, il paraît visiblement passionné par son travail.

Dans l'ensemble, les commentaires sont anecdotiques et confirment, entre autre, le parallèle entre Fontane et Sinatra. Le film dont Fontane veut faire partie de la distribution est From Here To Eternity. Il donne des informations techniques ici et là, mais ses commentaires sont surtout des souvenirs de tournage. Ceux qui aiment connaître tous les petits secrets sur la production d'un film seront servis.

Les suppléments du dernier disque du coffret sont répartis dans cinq sections : Behind the Scenes, Filmmakers, Additionnal Scenes, Family Tree et Galleries. L?option "Setup" permet de sélectionner la langue des sous-titres.

La section Behind the Scenes aborde l'ensemble du processus créatif et technique qui permit la naissance de The Godfather. Elle comporte neuf documents audio-visuels d'une durée allant de 2 à 60 minutes qui offrent une foule d'information très intéressantes sur les coulisses de la production de cette ?uvre.

Le premier document de 60 minutes intitulé A look Inside se veut la pièce de résistance de la section Behind the Scenes. Son titre est très représentatif de son contenu: de nombreuses informations sur l'élaboration de la distribution et sur le travail de Coppola et de Mario Puzo (auteur du roman The Godfather) pendant l'écriture du scénario. Ce documentaire constitue une importante valeur ajoutée à ce coffret.

Le deuxième document s'intitule On location et aborde le travail de préparation de la reconstitution d'époque pour les scènes extérieures se déroulant à New York. Le directeur des décors agit à titre de présentateur, c'est intéressant et instructif.

Le troisième document s'intitule Music Of the Godfather et est divisé en deux courts documents consacrés aux deux compositeurs, Nino Rotta et Carmine Coppola. On y entend Nino Rota commenter la composition de la fameuse valse et des divers thèmes musicaux du film. Le second volet, animé par Carmine Coppola, est plus nostalgique et émotif.

Le quatrième document s'intitule Coppola and Puzo on Screenwriting et propose un court-métrage d'environ 6 minutes sur le travail d'adaptation effectué par Puzo et Coppola. Sans être exhaustif, il propose des informations intéressantes sur les choix que doit faire un scénariste lors de son travail d'adaptation.

Le cinquième document s'intitule Gordon Willis on Cinematography. Le travail qu'a fait ce directeur photo pour The Godfather est révolutionnaire et ce court documentaire lui rend un hommage plus que mérité. Le principal problème de ce supplément réside dans sa brièveté: on aurait voulu plus que 4 minutes de détails techniques fascinants.

Le sixième document porte le titre de Storyboards Godfather Part II et se compose d'une série de dessins originaux tirés du "storyboard" consacré au deuxième chapitre de la tragédie des Corleone. Le septième document, intitulé Storyboards Godfather Part III, offre un contenu semblable.

Le dernier document audio-visuel, d'une durée de 9 minutes, a été réalisé pendant le tournage du premier Godfather en 1971. Il s'agit d'un film promotionnel qui n'ajoute rien à ce qui nous est montré dans les autres documents: voici une curiosité, sans plus.

L'autre morceau de choix de cette édition est la section Additionnal Scenes où l'on peut déguster 34 scènes supprimées au montage. Ces scènes sont judicieusement regroupées en quatre groupes chronologiques : les scènes de 1901 à 1927, de 1945, de 1947 à 1955 et de 1958 à 1979. Celles-ci ne sont pas toutes d'un intérêt égal, mais certaines apportent des éléments intéressants, comme le début alternatif du troisième film de la série ou la version longue de la scène mettant en vedette le producteur de films. Pour le reste, à vous de juger...

La section Filmmakers offre des notes biographiques sur les principaux artisans qui ont fait de cette oeuvre le succès qu'elle est devenue. On peut donc parcourir les biographies de Francis Ford Coppola, Mario Puzo, Gordon Willis, Dean Tavoularis (chef décorateur), Nino Rota et Carmine Coppola.

L'un des suppléments les plus originaux s'intitule The Family Tree. Il s'agit littéralement de l'arbre généalogique de la famille Corleone. Son originalité vient du fait que, par un des membres de la famille, on accède aux notes biographiques des principaux comédiens de la saga. On remarque toutefois que les notes présentées sont quelquefois un peu sommaires.

La dernière section porte le titre de Galleries. Elle offre les bandes-annonces des trois Godfather, deux galeries de photographies, des moments de la soirée des Oscars de 1972 et 1974, ainsi que la présentation télévisée de Coppola pour la première du film à la télévision sous forme de mini-série. Le tout se termine par le générique de l'équipe de production de cette édition DVD.
En résumé, ce disque consacré aux suppléments donne une foule d'informations sur les coulisses du tournage. Il saura satisfaire les collectionneurs désireux de parfaire leurs connaissances de cette oeuvre remarquable.




Conclusion
Malgré les quelques défauts du transfert, la Paramount nous offre un très beau coffret qui risque d'être le seul disponible avant un bon moment. Dans l'ensemble, les suppléments avec sous-titre français sont de bonne facture et riches en informations sur le film. Cependant, il est regrettable que la Paramount n'offre pas le sous-titrage en français pour le film lui-même. Ceci permettrait à tous de profiter pleinement du format 5.1 de la version originale. Terminons en disant que, pour les collectionneurs comme pour les cinéphiles, ce coffret est un incontournable.

Note : The Godfather n'est pas disponible individuellement. Tous les films de la saga sont offerts uniquement dans le coffret Godfather Collection.


Qualité vidéo:
3,5/5

Qualité audio:
3,8/5

Suppléments:
4,5/5

Rapport qualité/prix:
4,2/5

Note finale:
4,0/5
Auteur: Sylvain Lafrenière

Date de publication: 2001-10-17

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC Toshiba 32 pouces, Récepteur Sony STR-DE945, Lecteur DVD Sony DVP-S360, enceintes Energy, câbles Cable Accoustic Research

Le film

Titre original:
Godfather, The

Année de sortie:
1972

Pays:

Genre:

Durée:
175 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Paramount

Produit:
DVD

Nombre de disque:
5 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby 2.0 Surround
Espagnole Dolby mono

Sous-titres:
Anglais

Suppéments:
Documentaires, courts-métrages, commentaires audio, bandes-annonces, galeries de photos, notes biographiques

Date de parution:
2001-10-09

Si vous avez aimé...