Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

National Lampoon's Christmas Vacation

Critique
Synopsis/présentation
À chaque année, un film annonce officiellement le début du temps des Fêtes. Certains pourraient supposer qu’il s’agit de Miracle sur la 34e rue, mais c’est faux. Dans le cœur de plusieurs, le seul et unique film qui capture le plus fidèlement l’idée et l’esprit des festivités de la fin décembre n’est nul autre que National Lampoon’s Christmas Vacation. L’arbre ridiculement gros, la belle-famille que nous méprisons, les cadeaux superflus, les souvenirs oubliés, les voisins grincheux, … Tous veulent croire en la féerie de Noël, mais la réalité est bien différente.

Pour Clark Griswold (Chevy Chase), ceci prend tout son sens alors qu’il veut offrir à sa famille un véritable Noël à l’ancienne. Malheureusement, son grand cœur n’a d’égal que sa maladresse et il a tôt fait de nous le prouver. Cette célébration est évidemment à l’image des trois autres péripéties de cette famille, c’est-à-dire Vacation (1983), European Vacation (1985) et Vegas Vacation (1997).

D’un point de vue un peu plus technique, il est à noter qu’avec l’avènement des supports haute définition, les studios doivent prendre des décisions stratégiques pour ce qui est de la mise en marché des films. Dans la plupart des cas, on opte pour les dernières nouveautés et les grands classiques inévitables.


Image
Après deux éditions en format DVD, Christmas Vacation fait le grand saut dans l’ère de la haute définition. Évidemment, le format d’image de 1.85:1 est logiquement respecté. Cependant, le film gagne-t-il vraiment à être projeté à une résolution de 1080p ?

À la base, il faut tenir compte que l’interpositif utilisé n'est pas des plus récent. Même si les techniques de restauration ont grandement évolué lors des dernières années, il ne faut pas s’attendre à des miracles. Règle générale, le transfert est tout de même plus réussi que le précédent. En guise d’exemple, la plupart des parasites (que ce soit égratignures ou points) ont presque tous été éliminés. De plus, le transfert en haute définition permet d’offrir une meilleure définition générale de l’image. Par conséquent, les textures sont reproduites avec beaucoup plus de précisions et le niveau de détails demeure relativement élevé. Malheureusement, certains plans paraissent encore trop doux, et parfois même flous. Au niveau des couleurs, on s’attendait à mieux. La palette festive devrait normalement être riche et correctement saturée, mais on remarque plutôt une certaine impression de délaver et une apparence généralement vieillotte. Le niveau des noirs est adéquat, mais on note encore quelques petits problèmes au niveau du contraste. Bien que les dégradés soient un peu plus fluides, les noirs manquent encore parfois de profondeur.

La plus grande amélioration, et celle qui est la plus notable, se situe au niveau des traces de compression. En fait, profitant maintenant de 15 Go d’espace sur le disque, la compression est maintenue à un minimum. Ainsi, les halos causés par la suraccentuation des contours ont totalement disparus. En fait, aucune trace majeure de compression n’est visible.


Son
Au niveau sonore, la situation est pratiquement la même que pour l’édition spéciale parue en DVD. Du disque précédent, la version originale anglaise en Dolby 2.0 Surround et le doublage français en Dolby Mono sont conservés, auxquels on a ajouté un mixage espagnol Dolby Mono. Ceci étant dit, HD-DVD oblige, il s’agit ici de bandes sonores Dolby Digital Plus, c’est-à-dire que le mixage est en soit le même, mais avec un débit plus élevé. Tout comme l’édition précédente, une piste de commentaires audio est également disponible. Celle-ci est animée par les acteurs Randy Quaid, Beverly D'Angelo, Johnny Galecki, Miriam Flynn, le réalisateur Jeremiah Chechik et le producteur Matty Simmons.


C’est donc sans grandes surprises que nous retrouvons dans ces mixages les mêmes attributs que dans les précédents. Ainsi, le champ sonore se concentre presque exclusivement dans les canaux avants, avec une stéréophonie présente, mais restreinte. Seuls quelques rares effets d’ambiance sont audibles des canaux arrières.
Les dialogues sont nets et intelligibles, sans problème de captation. On note que l’augmentation du débit du transfert sonore améliore le rendu du son en limitant le besoin de compression. Les paroles semblent donc plus naturelles. Les basses sont peu exploitées, alors que les extrêmes graves se font ressentir à quelques rares occasions.

Des sous-titres anglais, français et espagnols sont offerts.


Suppléments/menus




Conclusion
On peut être en accord ou non avec le choix de la Warner de prioriser la sortie en HD-DVD de National Lampoon’s Christmas Vacation, mais en bout de ligne, le résultat ne représente pas une amélioration suffisante pour justifier une second achat pour une édition qui est, disons-le, pratiquement identique. Il suffit de jeter un coup d’œil à la pochette pour remarquer les similitudes. D’un autre côté, techniquement, tous les films vont profiter d’un passage en haute définition, ne serait-ce que pour éliminer ou réduire les traces de compression. Par contre, Christmas Vacation n’est certainement pas le film qui en tirera les plus visibles avantages.


Qualité vidéo:
3,3/5

Qualité audio:
3,3/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
3,0/5

Note finale:
3,2/5
Auteur: Martin Roy

Date de publication: 2007-03-16

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 16:9 Hitachi 51F500, Récepteur/Lecteur DVD/Enceintes Panasonic SC-HT700

Le film

Titre original:
National Lampoon's Christmas Vacation

Année de sortie:
1989

Pays:

Genre:

Durée:
97 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Warner Bros.

Produit:
HD DVD

Nombre de disque:
1 HD-15

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby 2.0 Surround
Française Dolby mono
Espagnole Dolby mono

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
Piste de commentaires audio et bandes-annonces

Date de parution:
2006-12-05

Si vous avez aimé...