Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Alias (The Complete Fifth Season)

Critique
Synopsis/présentation
Cette dernière saison de la série à succès Alias démarre sur les chapeaux de roue. Dès la scène d'ouverture, l'agent Vaughn (Michael Vartan) est interrompu de manière assez brutale alors qu'il s'apprêtait à révéler à Sydney Bristow (Jennifer Garner) des choses assez surprenantes sur son passé, en commençant par le fait que Michael Vaughn n'est pas son vrai nom. Avant même le générique, Sydney échappe de justesse à une mort certaine, se fait interroger de façon fort désagréable par un enquêteur de la CIA...

Fait assez rare pour être noté, cette série s'est terminée sans avoir été honteusement sabrée par un diffuseur incompétent. L'incompétence de ABC s'est limitée à changer le jour de diffusion de la dernière saison, ce qui a fait considérablement baisser les cotes d'écoute. Par contre, la fin prévue de la série a permis à son créateur de répondre à toutes les questions laissées en suspens lors de cette ultime saison, et plus spécialement lors de la finale formée des deux épisodes Reprisal et All The Time In The World.


Image
La qualité et le rendu de l'image de cette cinquième saison ne dépaysera certainement pas les amateurs de la série qui ont déjà sur leurs tablettes les quatre autres saisons. Là encore nous avons droit à un beau transfert optimisé 16:9 (ratio 1.78:1), offrant une image assez détaillée et avec un beau grain qui lui donne un aspect très photographique. La définition est très bonne, correspondant tout à fait à ce qu'on est en droit d'attendre d'une édition moderne d'une série haut de gamme.

Les niveaux vidéo sont parfaitement réglés, que ce soit la brillance (niveau des noirs) ou le contraste. Les zones sombres de l'image sont plus granuleuses que le reste, ce qui concourt à l'aspect photographique de l'ensemble. Les noirs sont profonds et sans blocage. S'il y a des parties brûlées dans les hautes lumières, il s'agit manifestement d'un choix éclairé du directeur de la photo et non d'une erreur à quelque moment que ce soit dans la chaîne de traitement de l'image. Les couleurs sont, comme à l'accoutumée, riches et parfois aussi saturées que le permet le format vidéo NTSC, sans aucun débordement.

La partie numérique du transfert est excellente. Aucun parasite de compression ne vient gâcher un visionnement normal (il faut dire que les éventuels effets de fourmillements seraient cachés par le grain de l'image). La surdéfinition des contours est minimale, et donc pas vraiment gênante.


Son
Le son est proposé en version originale Anglaise (Dolby Digital 5.1) uniquement. Des sous-titres en Anglais pour malentendants et en Espagnol sont proposés. On regrettera l'absence totale de la langue Française sur cette édition, et, comme pour la saison précédente, l'absence de toute bande-son autre que l'originale. Des sous-titres français auraient été franchement bienvenus, et n'auraient pas coûté bien cher à ajouter.

En ce qui concerne la seule bande-son proposée, le mixage multicanal offre comme d'habitude une forte présence et une dynamique impressionnante. Les canaux d'ambiophonie sont utilisés de façon aussi soutenue que ce a quoi la série nous a habitués, offrant un champ sonore certes sans grande subtilité, mais tout de même très immersif. La séparation des canaux est très bonne, entraînant une localisation précise et des effets de transition de qualité.

La trame sonore, composée de morceaux de différentes époques, est fort bien intégrée, comme tous les éléments composant cette bande-son. Les dialogues sont toujours naturels et impeccablement intelligibles. Quand aux effets spéciaux sonores, ils sont percutants à souhait.
Les basses fréquences sont bien entendu de la fête, soutenues lorsque nécessaire par une utilisation soutenue du canal d'infra-graves (.1 ou LFE) pour souligner les effets les plus explosifs.


Suppléments/menus








Conclusion
Cette série, qui a révélé son créateur JJ Abrams au grand public (il a depuis commis un autre classique moderne de la télévision, Lost) se termine donc avec cette cinquième saison au rythme tout aussi soutenu que les précédentes. Ceux qui auraient manqué la finale de la série, véritablement assassiné par ABC qui l'a diffusée au même moment que des finales de saisons de séries concurrentes très attendues, comme 24, auront ici une belle occasion de se rattraper.


Qualité vidéo:
4,2/5

Qualité audio:
3,9/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
4,0/5
Auteur: François Schneider

Date de publication: 2007-02-12

Système utilisé pour cette critique: Projecteur Panasonic PT-L500U, écran 110'' 2.35:1 Stewart Grayhawk, Lecteur DVD LG DV7832NXC (sortie composantes 1080i), HTPC (Athlon64 3000+, Radeon 9600 pro, connectique DVI, M-Audio Revolution 7.1, WinDVD, Media Portal), Récepteur Denon AVR-1602, Enceintes Wharfedale Cinestar 30 (5 Vivendi Modus Cube + 1 PC-8), câbles Acoustic Research

Le film

Titre original:
Alias

Année de sortie:
2006

Pays:

Genre:

Durée:
724 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Buena Vista

Produit:
DVD

Nombre de disque:
4 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.78:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais (CC)
Espagnol

Suppéments:
Segments documentaires, Bêtisier...

Date de parution:
2006-11-21

Si vous avez aimé...