Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

All about Eve (Studio Classics)

Critique
Synopsis/présentation
Joseph L. Mankiewicz est le cinéaste de la parole. Toutes ses oeuvres font la part belle aux dialogues qu'il utilise comme un élément dramatique à part entière. Dans ses films, ses personnages s'affrontent le plus souvent à coup de répliques subtiles, intelligentes et assassines. La construction de ses scénarios est différente de la méthode hollywoodienne classique et rien que pour cette qualité, il fait déja partie des plus grands. Il brise les conventions en utilisant souvent des structures en flash-back plutôt complexes qui servent des histoires ayant toujours un but et un propos.

Une certaine froideur lui a été reprochée, mais pourtant il nous apparaît qu'il s'agit plutôt de retenue et de sobriété. Sa glorieuse carrière est d'une constance étonnante, ne comptant aucun film raté et seulement cinq oeuvres moins intéressantes (Somewhere in the night, 1946 ; The late George Apley, 1947 ; Escape, 1948 ; No Way Out, 1950; Guys and Dolls, 1955). Le reste de son oeuvre est absolument remarquable : Dragonwyck (1946), The Ghost and Mrs Muir (1947), A Letter to three Wives (1949), All about Eve (1950), House of Strangers (1950), People will Talk (1951), Five Fingers (1952), Julius Caesar (1953), The Barefoot Comtessa (1954), The Quiet American (1958), Suddenly last Summer (1959), Cleopatra (1963), The Honey Pot (1967), There was a crooked Man (1970), Sleuth (1972).

Il a tourné avec les plus grands acteurs : Vincent Price, Gene Tierney, Kirk Douglas, Bette Davis, Cary Grant, James Mason, Marlon Brando, Humphrey Bogart, Ava Gardner, Liz Taylor, Katharine Hepburn, Montgomery Clift, Richard Burton, Henry Fonda, Laurence Olivier, Michael Caine, et a obtenu de tous des performances mémorables, voire même leurs meilleures (Bette Davis dans All about Eve, Elizabeth Taylor dans Suddenly last Summer, Ava Gardner dans The Barefoot Comtessa).

Les femmes ont toujours tenu une place prépondérante dans son oeuvre et sont quasiment toujours les personnages pivots de ses films. Il est l'un des rares réalisateurs masculins à avoir su écrire des rôles féminins vraiment importants et à les proposer à l'interprête qui convenait le mieux. Certes, ce n'est pas le réalisateur le plus doué qui soit au niveau visuel, mais ses oeuvres compensent un certain clacissisme à ce niveau par une intelligence rare dans les scénarios, des dialogues hors pair, une mise en scène subtile, une direction d'acteurs remarquable.

All about Eve (1950), qui nous intéresse aujourd'hui, est son film le plus célèbre et celui qui remporta le plus d'Oscars (14 nominations et 6 statuettes). On y suit Eve (Anne Baxter) , une admiratrice de la célèbre star de théâtre Margo Channing (Bette Davis), se rapprocher de son idole grâce à Karen (Celeste Holm), la meilleure amie de celle-ci. Eve va petit à petit s'immiscer dans le milieu du théâtre et progressivement tenter de prendre la place de Margo avec l'aide du très arriviste chroniqueur Adisson De Witt (George Sanders, Oscar du meilleur second rôle). Elle va ainsi chambouler la vie de Karen, de son mari Lloyd Richards (Hugh Marlowe) qui est également l'auteur des pièces dans lesquelles joue Margo, et du petit ami de cette dernière, Bill Sampson (Gary Merrill) qui est aussi le metteur en scène de ces mêmes pièces. La première chose qui frappe avec cette oeuvre est la supériorité dans l'écriture des dialogues, ils sont à la fois spirituels, acerbes, intelligents et totalement crédibles.

Le scénario fait preuve des mêmes qualités et à part un ou deux passages perdant un peu en rythme, s'avère proprement haletant alors qu'en fait aucune véritable intrigue structurée ne s'y déroule. On suit la progression de Eve avec le plus grand intérêt, malgré le fait que la plupart des situations soient des scènes quotidiennes et sans enjeux majeurs. Ces scènes sont jouées par des acteurs tous impeccables. Une mention spéciale est tout de même descernée à Bette Davis qui retrouve grâce à ce rôle une notoriété, une carrière et un mari (en la personne de Gary Merrill qui joue son amant dans le film). Elle est proprement parfaite dans le rôle car comme Gloria Swanson dans Sunset Boulevard (cf critique), elle présente beaucoup d'analogies avec son personnage. De même, George Sanders fut très justement récompensé pour sa superbe prestation faite de classe, de cynisme et de distinction. Il est d'ailleurs un personnage pivot du film car c'est lui qui introduit l'intrigue et tous les personnages, et place dès son ouverture le film sous le signe de l'intelligence et des bons mots.

Le regard féroce que Mankiewicz porte sur le monde du spectacle (et plus particulièrement sur le monde du théâtre) lui permet de faire un portrait lucide des trahisons et des intrigues qui font partie du fonctionnement de ce milieu.

Une oeuvre qui pour une fois mérite largement sa réputation et les honneurs qui lui ont été faits. Le poids des années n'a pas de prise sur ce classique. Une seule vision ne peut suffire à en découvrir et assimiler toutes les subtilités. Une oeuvre absolument indispensable à tout cinéphile qui se respecte. Une fois de plus, un grand classique retrouve non pas une seconde jeunesse, mais plutôt un état de perfection qu'il n'aurait jamais dû quitter, grâce à une édition DVD respectueuse et de qualité.



Image
Le format original de l'oeuvre, le 1.33:1, est bien respecté avec cette édition.

La définition générale est proprement excellente. L' interpositif a été parfaitement nettoyé et du coup le transfert est immaculé. La finesse des détails est d'un très bon niveau et permet d'appréhender le film dans les meilleures conditions possibles. Le contraste est également à la hauteur, correctement ajusté. Les noirs sont bien profonds et permettent, associés au contraste, de proposer des dégradés remarquables, magnifiant ainsi la photographie de Milton Krasner. Les parties sombres du film sont ainsi parfaitement rendues.

La partie numérique du transfert est également de haut niveau. Ainsi seuls quelques fourmillements négligeables font leur apparition sporadiquement.

Le transfert proposé par la Fox est absolument remarquable, même si sa restauration est moins poussée et parfaite que celle de Sunset Boulevard (cf critique). Il est vraiment appréciable de voir que les grands studios se décident parfois à restaurer en bonne et du forme les classiques qui ont fait leur gloire.


Son
Les bandes disponibles avec cette édition sont respectivement en Anglais (DD 2.0 stéréo), Anglais (DD 1.0 mono), Français (DD 1.0 mono) et Espagnol (DD 1.0 mono).

La bande-son en stéréo est d'une dynamique et d'une présence fort correctes, ayant bénéficié d'une remasterisation en même temps que l'image. La musique en est la grande bénéficiaire et la belle partition d'A. Newman ressort de belle façon. Les dialogues (si primordiaux pour ce film) sont parfaitement rendus et toujours intelligibles. Les sifflantes sont d'ailleurs totalement absentes de cette bande. Les basses fréquences sont bien évidemment anecdotiques, mais cela est compréhensible pour une oeuvre dont l'enregistrement monophonique d'origine date de 1950.

La bande-son anglaise en mono est elle aussi d'excellente facture et permet d'apprécier le gain de qualité non négligeable apporté par la stéréo (élargissement de la scène sonore principalement). Les bandes-son française et espagnole sont un ton en dessous. Le choix aberrant des acteurs du doublage français font qu'une fois de plus cette piste est à déconseiller car elle amoindrit fortement l'impact du film par une inadéquation flagrante entre les voix originales et le doublage.

Les sous-titres sont disponibles en Anglais et Espagnol.

Cette remasterisation est somme toute logique pour une oeuvre ayant remporté en son temps l'Oscar du meilleur son. Il est par contre dommage de ne pas avoir inclu de sous-titres français ou un doublage de meilleure qualité.



Suppléments/menus
Une section bien fournie mais au contenu vraiment inégal.

Le premier commentaire audio regorge d'informations passionnantes sur le tournage et l'état d'esprit de J.L. Mankiewicz et de ses acteurs à l'époque. Ces précieuses informations nous sont délivrées par Christopher Mankiewicz (le fils du cinéaste), Celeste Holm (qui joue Karen dans le film) et Kenneth Geist (auteur d'une biographie du cinéaste). L'age de Celeste Holm fait que sa voix est tremblotante et cela rend malheureusement ses captivantes interventions parfois difficiles à saisir. Le fils du réalisateur nous propose de bonnes anecdotes et surtout des informations essentielles sur les idées et sentiments de son père à l'époque. Curieusement, dès le début du commentaire, K. Geist nous précise qu'il a détesté le livre de son collègue Sam Staggs (qui fait l'autre commentaire audio), sans raison apparente. A part cela, ses interventions nous replacent le film dans son contexte et permettent d'en mieux saisir certaines implications. Quelques "blancs" sont à déplorer et viennent ralentir un rythme pourtant excellent, et s'avèrent surtout vraiment étonnants du fait qu'il y a 3 intervenants qui ont chacun beaucoup à dire.

Le deuxième commentaire audio est animé par Sam Staggs, l'auteur d'un livre sur le film, All about All about Eve. Le résultat est excellent car différent, beaucoup plus analytique que l'autre commentaire. Staggs connaît son sujet sur le bout des doigts et ses informations sont toujours pertinantes et bien placées. La somme d'information distillée par ces deux commentaires est énorme et très précise, et réserve d'emblée leur écoute à un public d'amateurs de l'oeuvre qui se verront ainsi comblés.

Pour le grand public qui découvrirait cette oeuvre, il est plutôt conseillé de se tourner vers le documentaire sur le film de la série AMC Backstory. Celui-ci dure tout près de 25 minutes et offre une bonne présentation de l'oeuvre et sa légende. Le style de la présentation est un peu trop grandiloquent à notre goût, mais au final ce segment est un bon condensé des informations contenues dans les deux commentaires.

La suite des suppléments s'avère malheureusement beaucoup moins intéressante. Les deux entrevues promotionnelles de Bette Davis et Anne Baxter montrent bien que les segments promotionnels actuels ne datent pas d'hier et étaient aussi inutiles à l'époque que de nos jours. Il en va de même pour les 4 segments d'actualités également proposés (la première du film, la cérémonie des Oscars). La présence de ces segments est d'autant plus inutile que de larges extraits de ceux-ci sont employés dans le documentaire. La partie sur la restauration est elle plus légitime, mais une trop grande confusion dans ses comparaisons et l'absence de commentaire l'empêchent d'être vraiment utile.

Il est à noter que malheureusement aucun des éléments de cette section n'est sous-titré et que les menus du DVD sont assez inesthétiques.

A la décharge de la Fox, il faut reconnaître que les suppléments sur des oeuvres datant de 1950 ne sont pas faciles à trouver. Il faut également souligner l'effort de leur part d'avoir fait enregistrer deux excellents et très complets commentaires audio. Il est dommage qu'un documentaire spécifique n'ait pu être mis en chantier pour les 50 ans du film et surtout que des suppléments inutiles soient présents.



Conclusion
Une édition techniquement excellente, supportée par des suppléments inégaux dont les commentaires audio sont très intéressants mais destinés avant tout aux amateurs du film de par leur érudition.

Une oeuvre à part, le pendant pour le milieu du théâtre de Sunset Boulevard. L'intelligence du scénario et des dialogues de J.L. Mankiewicz est époustouflante et les acteurs sont tous formidables. Les Oscars remportés par le film et son équipe sont tous justifiés. Cette oeuvre fait partie de celles qui se bonifient avec le temps et que plusieurs visonnages ne suffisent pas à épuiser.

Un achat grandement recommandé, pour ne pas dire indispensable à tout amateur du 7 ème art.


Qualité vidéo:
4,0/5

Qualité audio:
3,6/5

Suppléments:
3,0/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
3,4/5
Auteur: Stefan Rousseau

Date de publication: 2003-01-18

Système utilisé pour cette critique: Projecteur Sharp XV Z9000, Lecteur de DVD Toshiba SD500, Recepteur Denon, Enceintes Triangle, Câbles Banbridge et Real Cable.

Le film

Titre original:
All about Eve

Année de sortie:
1950

Pays:

Genre:

Durée:
138 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Twentieth Century Fox

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.33:1

Transfert 16:9:
Non

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby 2.0 stéréo
Anglaise Dolby mono
Française Dolby mono
Espagnole Dolby mono

Sous-titres:
Anglais
Espagnol

Suppéments:
Deux pistes de commentaires audio, un documentaire de la série AMC Backstory, des interviews promotionelles d'époque de Bette Davis et Anne Baxter, quatre extraits promotionnels d'époque (la première du film et la cérémonie des Awards), un comparatif avant/aprés restauration et une bande-annonce

Date de parution:
2003-01-14

Si vous avez aimé...