Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Cars (WS)

Critique
Synopsis/présentation
Peu seront ceux qui se souviendrons des timides débuts du studio Pixar avec ses quelques courts métrage à la diffusion confidentielle. Depuis maintenant 20 ans ans ils inventent des univers étranges peuplés de créatures bigarrées et bizarres. John Lasseter notamment c'est spécialisé dans l'anthropomorphisation d'objet ou de créatures communes. Après les insectes, les jouets et les poissons voici venu le tour, probablement inévitable, des voitures.

Dans un monde dominé par une société d'automobile Lightning McQueen (Owen Wilson) est une voiture de course rouge vif arrogante, égoïste et obsédée par la perspective de gagner la coupe Piston et les juteux contrats qui l'accompagne. Cependant celle-ci est éjectée par accident de son camion porteur Mack (John Ratzenberger) lors du voyage pour le circuit de la course qui décidera le vainqueur final de la fameuse coupe. Elle se trouve coincée dans une minuscule ville de la mythique route 66 condamné à reconstruire la route principale qu'elle a détruit par un concours de circonstances plutôt abracadabrant. Les habitants de cet univers tranquille, aux antipodes de celui dans lequel il baigne normalement, vont l'aider à donner un nouveau sens à sa vie. Il y rencontrera une charmante Porsche bleue Sally Carrera, le sévère Doc Hudson (Paul Newman) une vieille Hudson Hornet à qui il reste beaucoup plus de carburant qu'on ne pourrait le soupçonner ainsi que le fantasque Mater (Larry the Cable Guy) une dépanneuse fort rouillée qui se délecte des blagues puériles qu'elle fait subir à tous.

Il est plus que probable que plusieurs d'entre-vous sont déjà en train de faire des bonds devant leurs écrans en criant Doc Hollywood, Doc Hollywood... et ils auront fondamentalement raison, Cars a tellement de traits en communs avec le film culte des années 80 qu'il est heureux que les protagonistes en soit des voitures car on aurait pu s'y tromper. On pourra malheureusement pas dire non plus que la nouvelle mouture ajoute quoi que ce soit à l'original. Ce film d'animation de John Lasseter, tout comme son film précédent, Finding Nemo, manque en fait d'originalité et de dynamisme et on se prend rapidement à regarder autour de soit pour voir ce qu'il s'y passe, ce n'est jamais un très bon signe. On y retrouve l'intérêt amoureux classique, le personnage un peu simplet qui initie le héros solitaire à l'amitié et aux plaisirs simples et bien entendu l'ancien héros dépossédé et dégoûté qui deviendra le mentor et le véhicule, au propre comme au figuré ici, de la victoire sur lui même du personnage principal, un Miyagi à la sauce automobile en quelque sorte. Le tout se termine dans une apothéose de bonheur qui rappellera les multiples fins de Wayne's world sans en avoir l'ironie malheureusement. Quelques nausées légères sont à prévoir chez les cinéphiles sérieux.

Ne nous y trompons pas, le film n'est pas mauvais, loin de là, il est juste très loin des Toys Story, Monster Inc. ou de Incredibles des standards que nous attendons maintenant d'une production sortant de Pixar. L'animation est bien entendu magnifique et les sommets technologique atteints par Pixar ne sont plus à démontrer, les possibilités ont encore été reculée pour ce film, comme pour tout ceux qui l'ont précédé mais est ce vraiment le but du jeu ?


Image
Cars nous est proposé ici dans son format original de 2.40:1 avec un transfert 16:9.

Le film est entièrement numérique et la source est bien entendu parfaitement pristine et exempte de défaut. Cependant bien que d'un excellent niveau général le transfert n'est pas vraiment à la hauteur de ce que les gens de Pixar nous ont habitué jusqu'à maintenant. L'image est un rien floue avec beaucoup de halo indésirables et les textures subissent un anti-crenelage parfois déficient aux frontières de textures et ce malgré un débit binaire (bitrate) moyen plutôt élevé (7.1 Mb/s). Pour le reste c'est absolument magnifique, les aplats de couleurs vives métallisées qui ornent les capots des différentes voitures sont absolument lisse, bien saturés et ne présente aucun effet de traînée ou de diffusion (dithering). La palette extrêmement vive, presque agressive, est glorieusement rendue. Les niveaux de brillance et contraste sont parfaitement calibrés et permettent des dégradés sans brisure de couleur et des noirs profonds. Le niveau de détail dans les parties sombre de l'image est très élevé.

La définition de contour semble totalement absente, ce qui sera une surprise pour les habitué des éditions Buena Vista des films de Hayao Miyasaki et aucun fourmillement ou autre défaut de compression n'a été détecté par notre équipe de spécialistes sur entraînés (qui se résume en fait à un pauvre critique débordé mettant en danger sa santé mentale à regarder les dernières productions hollywoodienne pour vous public adoré).
Mis à part les ennuyeux, et malheureusement assez distrayants, problèmes de textures c'est un excellent travail qui à été fait sur ce transfert.


Son
Le film ne nous vient qu'avec la bande son Anglaise proposée au format Dolby Digital 5.1 EX ou 2.0. Des sous-titres sont aussi proposés mais en Anglais seulement. Nous voyons mal l'intérêt de se fatiguer à sortir un film pour enfant dans une province francophone sans offrir de doublage français. Cette édition sera tout simplement inutile à la plus grande majorité de la population, ce n'est pas vraiment très fort de la part de Buena Vista et Pixar, ça ne mérite pas mieux qu'un zéro pointé en perception du marché.
La bande son Dolby Digital 5.1 EX que nous avons analysée est absolument magnifique, très dynamique elle s'étale amplement dans l'espace. Les différents éléments sonore sont parfaitement intégrés sans déséquilibre dans les voix ni la trame sonore, qui il faudra l'avouer est un peu quelconque. La séparation des canaux est excellente et l'utilisation des effets ambiophoniques intensive ce qui est tout à fait bienvenu pour l'univers mécanique qui nous est présenté. Les dialogues sont très clairs et naturels. Les basses sont excellentes et chaque ronronnement de moteur est une excuse, valable, pour utiliser le canal des fréquences extrêmes graves.
Il n'y a rien à reprocher à cette bande son d'une qualité irréprochable. On ne regrettera que le choix, pas très fort, de ne pas incorporer de doublage dans la langue officielle du Québec pour un film qui s'adresse a des enfants pour la plupart unilingues. Ce DVD aurait pu sortir en chinois que ça n'aurait pas fait de grande différence à l'immense majorité de la population à laquelle il s'adresse.


Suppléments/menus
L'emballage de cette édition est tout à fait approprié a un public d'enfant et l'habit aux teintes rouge métallisé est vibrant et très « présent ». Par contre comme d'habitude sur les DVD Buena Vista celui démarre sur une flopée de bandes annonces qui peuvent être passées bien entendu mais dont le principe n'en reste pas moins crispant. Un DVD, a fortiori un DVD pour enfants, ne devrait jamais démarrer sur des promotions, c'est un manque de respect flagrant pour le client. Quand Buena Vista se décidera à nous proposer un démarrage « normal » est un mystère pour tout le monde. Les fameuses bandes annonces comprennent Ratatouille un film de Pixar dont la sortie est prévue pendant l'été 2007, une promotion pour l'édition 2 disques de Peter Pan et enfin une autre bande annonce pour Meet the Robinsons un film d'animation prévu fin mars 2007. Une fois passé en tout près de cinq minutes d'images qui essayent frénétiquement d'attirer notre attention, pour quelqu'un qui vit sans publicité depuis des années c'est une expérience plutôt traumatisante, vous voilà prêt à visionner la superbe animation de 10 secondes qui vous amène, enfin, au menu. Tous les menus sont animés et introduit, à chaque affichage, par une petite animation de quelques secondes. C'est très beau et bien fait mais un peu redondant et pénible pour la navigation.
Le DVD nous propose tout d'abord deux sympathiques court métrages d'animation 3D « made in Pixar », Mater and the ghostlight (7:06) et One man band (4:30).
Le menu Bonus Features (et oui on l'a dit, pas de français...) nous propose plusieurs autres suppléments :
Epilogue (4:17) qui reprend en plein écran au format 1.78 l'animation qui passent dans une petite fenêtre pendant le générique de fin. C'est une excellente idée.
Vient ensuite un petit documentaire intitulé Inspiration for Cars (16:00). C'est sympathique et très superficiel. Lasseter s'y remémore les origines de son intérêt pour les voitures et le voyage de production que lui et son équipe ont fait le long de la mythique route 66.
On trouve ensuite un peu plus de neuf minutes de scènes coupées réparties en quatre scènes non terminées. Par non terminées on entend sans la moindre image... En effet le DVD ne nous propose que les scénarimages avec bruitage et voix. C'est très sec et assez indigeste.
Pour compléter le tout on repart pour une nouvelle ronde de promotions que quelqu'un dans le département marketing de Buena Vista à décidé de nous faire passer pour des « bonus »... On y retrouve les bandes annonces sur lequel le disque a démarré les hostilités agrémenté d'une promotion pour le jeux vidéo ainsi que pour de future versions Blu-Ray des grands succès de Disney.
C'est moyennement divertissant et moyennement touffu. Rien de révolutionnaire ici.



Conclusion
Agréable et oubliable sont les deux adjectifs les mieux adaptés aussi bien pour Cars présenté ici que pour l'édition DVD qui va avec. Tout est bien fait, il n'y a aucun reproche majeur à faire, l'ensemble est un produit de consommation très classique, une offre taillé pour le plus grand public possible. Nous ne conseillerons ni déconseillerons l'achat de cette édition DVD d'un film qui nous a décidément laissé totalement froid. Ce DVD plaira très probablement à tous les petits, et moins petits, qui sont dans le processus de vivre leur période camions et voitures.


Qualité vidéo:
4,0/5

Qualité audio:
4,7/5

Suppléments:
3,8/5

Rapport qualité/prix:
3,5/5

Note finale:
4,0/5
Auteur: Pascal Cauden

Date de publication: 2007-01-12

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur Toshiba 50HX70, Amplificateur Denon 3801, Enceintes Energy XL-26(x2), XL-C, XL-R (x4), Caisson d'extrêmes graves Klipsch KSW 12, HTPC (composantes 1080i. Lecteur: Media Portal/decodeur mpeg2 et audio : Dscaler 5

Le film

Titre original:
Cars

Année de sortie:
2006

Pays:

Genre:

Durée:
116 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Buena Vista

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.40:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Oui

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1 EX
Anglaise Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais (CC)

Suppéments:
Courts métrages, documentaires, scènes coupées, promotions diverses

Date de parution:
2006-11-07

Si vous avez aimé...