Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Dirty Dozen

Critique
Synopsis/présentation
En 1944, Deuxième Guerre Mondiale, les forces alliées cherchent de nouvelles façons de repousser les troupes allemandes. À défaut d’y parvenir, des hauts placés optent pour une mission très risquée qui consiste à éliminer de nombreux dirigeants nazis dans un château français qui sert d’aire de repos et de haut lieu de stratèges. Qualifiée de suicidaire, la mission est assignée au Major Reisman (Lee Marvin) qui devra entraîner, mais surtout discipliner, un groupe de douze soldats américains prisonniers pour divers actes inacceptables: meurtre d’une prostituée, d’un soldat, etc. Entre la pendaison ou trente ans de prison, et la possibilité de reprendre du service, le choix est évident.

Malgré un refus total de l’autorité, cette Dirty Dozen devra apprendre à travailler comme une équipe et à avoir confiance les uns envers les autres pour mener à terme l’entraînement, mais surtout compléter la mission avec succès. Même si cette mission est classée Top Secret, tous y participent pour faire leurs preuves. Certains y parviendront, d’autres non…


Image
Le film est présenté au format d’image respecté de 1.78:1 d’après un transfert haute définition 1080p.

Restauré en honneur d’une édition spéciale parue en format DVD, le matériel source n’affiche aucun défaut imputable à l’état du matériel source. Les égratignures sont quasiment inexistantes et les points n’apparaissent jamais au point de déranger. Par contre, on se doit de mentionner la présence notable d’un grain qui, comme à l’habitude, n’est pas aisément reproduit de façon numérique. La définition générale de l’image fluctue d’excellente à passable. Bien que ceci ne soit pas imputable au transfert lui-même, mais bien au matériel source, l’image affiche tout de même des plans particulièrement détaillés et précis, juxtaposés à d’autres qui souffrent d’une mise au point défaillante. Ceci a pour effet de limiter le rendu des textures. Avec les films d’un certain âge, la reproduction des couleurs peut être problématique. Cependant, la restauration faite à l’interpositif original permet de tirer le maximum d’informations de la palette, qui demeure en tout temps riche et variée. Aucun débordement ou problème du genre n’est à déplorer. Le niveau des noirs est adéquat, alors que les contrastes manquent parfois d’amplitude. Les dégradés sont fluides, malgré quelques occasions où ils ont tendance à bloquer un peu trop tôt. Les noirs sont profonds et purs.

Numériquement, la présence d’un grain fréquent amène l’apparition d’un fourmillement qui pourrait déranger les plus pointilleux. Sinon, quelques légères traces d’effets fantômes sont visibles, mais rien de majeur.


Son
Fidèle à sa clientèle francophone d’Amérique du Nord, Warner offre le film en format HD-DVD avec une piste sonore Dolby Digital Plus 5.1 en Français, accompagné de la version originale anglaise au même format. Les Espagnols devront se contenter d’un mixage mono. Pour la piste de commentaires audio voici les personnes qui ont été recrutées: Jim Brown, Trini Lopez, Stuart Cooper et Colin Maitland (acteurs), Kenneth Hyman (producteur), E.M. Nathanson (auteur), David J. Schow (historien) et le Capt. Dale Dye (consultant militaire).

Ici, il est normal de constater certaines limitations causées par la captation originale, et non par le format sonore. Heureusement, à l’instar de l’image, l’enregistrement a profité d’une restauration qui a permis d’éliminer le maximum des inconvénients du temps. Ainsi, les dialogues demeurent nets et intelligibles, seules quelques rares paroles laissent entendre des sons d’arrière-plan. L’environnement sonore profite également de ce remixage, mais sans excès inutiles. Les effets localisés sont rares et les canaux d'ambiophonies reproduisent quelques sons d’ambiance, sans plus. La stéréophonie offre quelques transitions gauche-droite, mais sans plus. La trame sonore tire avantage du potentiel du 5.1 en émettant la musique de tous les canaux, incluant les arrières. Les basses remplissent leur devoir, alors que les extrêmes graves (LFE, canal .1), bien que sous-employées, offrent une bonne profondeur.

Des sous-titres anglais, français et espagnols sont disponibles.


Suppléments/menus




Conclusion
Il y certains de ces classiques qu’on ne souhaite pas oublier, et pour certaines personnes, il s’agit de classiques qui se doivent d’être découverts. Dans les innombrables films portant sur la Deuxième Guerre Mondiale, récents et moins récents, The Dirty Dozen est certainement un cas à part.

Quant à cette édition, la restauration effectuée pour l’édition DVD a grandement profitée au transfert HD. L’image est surprenante et affiche très peu de défauts. Le mixage sonore en offre également beaucoup pour un film de cette époque. Les suppléments sont nombreux et particulièrement instructifs. En plus des innombrables documentaires et de la piste de commentaires audio, la suite de ce film (The Dirty Dozen: Next Mission) est également incluse sur le disque.


Qualité vidéo:
4,2/5

Qualité audio:
4,1/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
4,5/5

Note finale:
4,3/5
Auteur: Martin Roy

Date de publication: 2007-06-01

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur Hitachi 51F500, Récepteur Denon AVR-487, Enceintes Denon SYS-57HT, Lecteur DVD/HD-DVD XBox 360 de Microsoft

Le film

Titre original:
Dirty Dozen

Année de sortie:
1967

Pays:

Genre:

Durée:
149 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Warner Bros.

Produit:
HD DVD

Nombre de disque:
1 HD-30

Format d'image:
1.78:1

Transfert 16:9:
-

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital Plus 5.1
Française Dolby Digital Plus 5.1
Espagnole Dolby mono

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
Piste de commentaires audio, introduction par Ernest Borgnine, deux nouveaux documentaires, documentaire sur le recrutement, court documentaire d'époque, film The Dirty Doze: Next Mission et bandes-annonces

Date de parution:
2007-04-17

Si vous avez aimé...