Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Clerks II (WS)

Critique
Synopsis/présentation
En 1994, Dante Hicks (Brian O’Halloran) et Randal Graves (Jeff Anderson) était dans le début de la vingtaine et n’avaient strictement aucun avenir, travaillant respectivement au dépanneur Quick Stop et au club vidéo adjacent. Un revers de fortune (ou plutôt une erreur de Randal) amène la destruction totale des deux magasins et force nos deux héros à se dénicher un nouvel emploi. Dans le film, nous retrouvons donc Dante et Randal un an plus tard, au service de la chaîne de restauration rapide Mooby’s. Évidemment ils occupent des postes de simples… commis ! Mais, comble de surprise, nous apprenons également qu’il s’agit de la dernière journée de Dante chez Mooby’s, et par le fait même, sa dernière journée au New Jersey. La raison est simple, mais nébuleuse, Dante déménage en Floride avec sa fiancée. Évidemment, Randal s’y oppose car il ne souhaite pas perdre son meilleur ami, mais comprend qu’il est peut-être temps de vieillir.

Le monde et la carrière de Kevin Smith ont grandement évolué depuis les douze années qui séparent Clerks II de son prédécesseur. Smith a alterné les succès et les échecs, mais les fidèles de Viewaskew sont demeurés au rendez-vous. Ils l’ont attendu longtemps, cette suite. Alors que certains s’attendaient à des pitreries sans fondements comme Mallrats, d’autres espéraient la profondeur de Chasing Amy. Beaucoup souhaitaient un film provocant comme Dogma, mais personne ne voulait quoi que ce soit en lien avec Jersey Girl. Ultimement, c’est un mélange habile de tous ces styles que Kevin Smith a servi à ses fans et à tous les spectateurs. Randal continue à faire du lobbying pour la trilogie de Star Wars, créant même une rivalité avec des amateurs de Lord of the Rings. D’autre part, il y a une histoire d’amour profonde et sincère, nettement plus convaincante que dans le premier Clerks. Véritablement, Smith est passé maître dans l’art de mélanger les styles.


Image
Le film est présenté au format d’image respecté de 1.85 :1 d’après un transfert 16:9.

Comme tous les films parues récemment, les parasites sont pratiquement inexistants. Un grain est présent, mais nul doute qu’il s’agit d’un choix artistique pour conserver une apparence semblable au premier film. La définition générale de l’image est bonne, mais rien d’exceptionnel. Le niveau de détails demeure constant, avec des textures précises et bien rendues. Visuellement, Smith devait offrir cette suite en couleur, mais il a opté pour des choix artistiques qui rende l’image aussi fidèle à l’originale que possible. Ainsi, les couleurs sont rendues avec un manque flagrant de saturation, affichant une image qui parait souvent trop pâle. Ceci étant dit, la palette demeure relativement naturelle. De plus, bien que le niveau des noirs est correctement ajusté, le contraste a volontairement été amplifié. Les dégradés sont fluides, mais sombres rapidement vers des noirs profonds et purs.

Les traces de compression sont maintenues à un minimum. Seul un léger fourmillement fait parfois intrusion, mais rien de bien problématique. Les halos et le crénelage ne causent aucun problème.


Son
Deux mixages Dolby Digital 5.1 sont disponibles, soit la version originale anglaise et le doublage français. Trois pistes de commentaires audio sont également disponibles: La première, un peu plus technique, en compagnie du réalisateur Kevin Smith, le producteur Scott Mosier et le directeur photo David Klein. Pour la deuxième, les deux premiers participants sont de retour, cette fois-ci en compagnie des acteurs Jeff Anderson, Trevor Fehrman, Jason Mewes, Brian O’Halloran et Jennifer Schwalbach. Finalement, le dernier, présenté sous forme d’une baladodiffusion, nous offre les commentaires de Smith, Mosier et Anderson

Comme la plupart des films de Kevin Smith, Clerks II est principalement axé sur les dialogues. Très peu d’effets sonores localisés sont notables. Ainsi, le mixage met l’emphase sur les canaux avant, avec une stéréophonie qui est cependant bien développée. On note même quelques transitions d’un canal à l’autre. Les dialogues sont nets et parfaitement intelligibles, sans problème de compression ou de captation. La musique, bien que peu exploitée, se fait entendre de tous les canaux, avec une prédominance dans les avants. Les basses supportent adéquatement le mixage en général, mais les extrêmes graves (LFE, canal .1) demeurent en retrait.

Des sous-titres anglais et espagnols sont disponibles.


Suppléments/menus








Conclusion
Lors d’une projection devant la presse, le critique pour Good Morning America, Joel Siegel, est sorti de la salle après seulement 40 minutes. Ceci en dit beaucoup sur l’opinion qu’il a du film. Mais son opinion représente uniquement une opinion ! La preuve, lors de la projection du film lors du Festival du Film de Cannes 2006, Clerks II a reçu une ovation de près de huit minutes...

On dira ce qu’on voudra de ces films, il n’en demeure pas moins que Kevin Smith est une personne très impliquée dans ces créations. En plus de réaliser, écrire et monter son film, il ne se gène pas pour en parler à travers les différentes pistes de commentaires audio, par les documentaires et dans les entrevues. En terme de qualité, cette édition respecte la vision de Smith, qui souhaitait faire un film à petit budget, avec plus d’argent qu’avant. Le transfert vidéo respecte donc la présentation faussement bâclée de l’image, sans pour autant amplifier les défauts volontaires de celle-ci. Le mixage sonore est fonctionnel, ce à quoi on s’attendait. Évidemment, les suppléments abondent, allant du documentaire de 90 minutes au bêtisier de près d’une demie heure. Smith vous en donne pour votre argent.


Qualité vidéo:
3,8/5

Qualité audio:
3,8/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
3,9/5
Auteur: Martin Roy

Date de publication: 2007-01-26

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 16:9 Hitachi 51F500, Récepteur/Lecteur DVD/Enceintes Panasonic SC-HT700

Le film

Titre original:
Clerks II

Année de sortie:
2006

Pays:

Genre:

Durée:
97 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Alliance Atlantis

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais
Espagnol

Suppéments:
Trois pistes de commentaires audio, scènes inédites et allongées, documentaire de 90 minutes, bêtisier, séquences en coulisse et bandes-annonces

Date de parution:
2006-11-28

Si vous avez aimé...