Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

O Brother, Where Art Thou ?

Critique
Synopsis/présentation
Issus du cinéma indépendant, les frères Cohen n'ont atteint la reconnaissance du public que récemment avec leur long métrage Fargo. Du jour au lendemain, les productifs frangins ont acquis une popularité qui leur était inconnue. Ce succès soudain allait-il altérer leur vision si particulière, si débridée du cinéma? Leur essai suivant, The Big Lebowski, laissait présager que non. Aujourd'hui, c'est une relecture personnelle de la célèbre Odyssée d'Homère que les Cohen nous proposent, une œuvre sans contredit plus ambitieuse que les projets passés, tant au niveau du propos que du budget. Malheureusement, on pourrait croire que les deux frères ait été quelque peu intimidés par l'ampleur du projet… O Brother Where Art Thou ? c'est la cavalcade de trois fugitifs, trois hurluberlus fuyant les autorités avec pour objectif le recouvrement d'un trésor enfoui par l'un d'eux. Bien entendu, leur périple sera parsemé de rencontres inattendues, de péripéties loufoques et de dangers de toutes sortes. On vous épargne les détails, mais disons simplement que bien que le film soit supposément inspiré du chef-d'œuvre d'Homère, la ressemblance reste grossière. Les aventures d'Ulysse (George Clooney dans le cas présent) ont été adaptés au goût du jour et, surtout, au goût des Cohen qui, ironiquement, ont ouvertement admis ne jamais avoir lu l'Odyssée. À en juger par l'adaptation très sommaire qu'ils en ont fait, on les crois sur parole. Seuls les grandes lignes de cette saga ont été retenues, l'œuvre résultant manque ainsi de richesse, de détails. Ceci représente d'ailleurs le principal défaut du film. Il semblerait que les frères Cohen, en manque d'inspiration, ont été incapables de donner au récit un véritable fil conducteur. Le tout ressemble d'avantage à un amalgame étrange de mises en situations délirantes mettant en vedette les trois personnages. Cette ligne directrice, absente, n'est pas sans provoquer une certaine impatience. On en vient a souhaiter que ces aventures finissent par aboutir à quelque part.
Néanmoins, les personnages demeurent attachant, les dialogues sont souvent inspirés et efficaces, et le film offre quelques gags franchement savoureux. De plus, la facture visuelle du film est absolument saisissante. La photographie, volontairement altérée à l'aide d'effets numériques, donne l'impression de regarder des photos d'époque. Toute aussi impressionnante est l'utilisation de la musique. Pour la première fois, les auteurs ont donné à la musique une place primordiale dans leur film dans la structure narrative. Chaque vignettes, chaque événements est habilement introduit par une pièces tantôt langoureuses, enjouées ou dramatiques. O Brother, Where Art Thou ? ne passera certainement pas à l'histoire comme étant l'un des grands films des frères Cohen, probablement à cause de sa structure narrative défaillante et sans inspiration. Par contre, une technique particulièrement au point ainsi que quelques scènes franchement mordantes, font de cette oeuvre un produit s'élevant aisément au-dessus de la moyenne des films produit par le cinéma hollywoodien.


Image
Afin de créer l'aspect visuel fortement stylisé du film, les auteurs ont eu recours à un procédé hors du commun. L'opération consiste d'abord à filmer traditionnellement le métrage sur pellicule pour ensuite transférer le matériel sur médium numérique où toute la colorimétrie est ensuite altérée. L'image, une fois modifiée selon les intentions du réalisateur, est ensuite re-transférée sur pellicule pour créer l'interpositif nécessaire à la présentation du film. Tout indique que c'est à partir de cet interpositif qu'a été créé ce transfert, et non pas de la source numérique d'origine, comme l'ont pourtant fait Disney auparavant avec Toy Story par exemple. Quoi qu'il en soit, le résultat est absolument splendide.
Présenté en format original de 2.35:1 d'après un transfert anamorphique, la définition générale du transfert est exemplaire. Toute la subtilité des détails et des textures est visible, alors que la netteté apparaît sans faille. Il serait hasardeux de se prononcer sur la justesse et la naturalité du rendu des couleurs compte tenu des modifications apportées à la colorimétrie. Nous pouvons néanmoins affirmer avec certitude que les couleurs sont solides, constantes, et affichées sans débordement, malgré leur apparence dé-saturées et une forte dominante dorée. Les noirs sont en tout temps solides et profonds, alors que les parties sombres paraissent dégradées avec justesse et minutie. La seule ombre au tableau de ce splendide transfert : une légère sur-définition des contours perceptible à quelques reprises.


Son
Deux bandes-son sont offertes sur cette édition, toutes deux en langue anglaise uniquement ( en format DTS 5.1 et Dolby Digital 5.1). De façon générale, ces deux bandes-son ne brillent certainement pas par leurs dynamismes, plutôt limitées, mais plutôt par leur spatialitées et leurs profondeurs. Les éléments sonores sont intégrés avec intelligence, subtilité et cohérence pour créer un environnement sonore convaincant qui nous épargne d'effets superflus. Les effets d'ambiophonies sont d'avantage utilisés pour créer une ambiance sonore immersive plutôt que pour dynamiser le mixage. Les dialogues, comme la trame-sonore sont reproduit avec fidélités et correctement balancés. Les basses fréquences, discrètes et peu profondes, sont également au service du film et font abstractions d'une puissance inappropriée.
Malheureusement, comme le film n'a jamais été traduit pour sa sortie quelque peu limitée en salles, aucune bande-son française n'est disponible sur cette édition. À tout le moins aurait-on pu offrir des sous-titres français, mais ceux-ci ne sont offerts qu'en langue anglaise et espagnole. Quel dommage…


Suppléments/menus
O Brother Where Art Thou ? se distingue des autres films des frères Cohen parus en DVD; pour une fois, des suppléments digne d'intérêt ont été inclus. Ces suppléments débutent avec un documentaire d'une dizaine de minutes s'attardant de façon bien générale à la production du film. Strictement promotionnelle, ce documentaire n'aborde qu'en surface les enjeux de la production, alors que les intervenants font preuve d'un peu trop de retenue et de superficialité dans leurs propos. Néanmoins, la seule présence des frères Cohen au nombre des intervenants mérite amplement le coup d'œil, compte tenu que les occasions d'entendre ces deux créateurs est rares.
Un autre documentaire, celui-ci fort intéressant, s'attarde au procédé par lequel la photographie du film a entièrement été altérée par le biais d'effets numériques. D'une durée de 10 minutes, ce segment fournis une information claire et détaillée appuyée par divers exemples judicieusement choisis.
Deux séquences du film sont aussi offerte avec l'option de visualiser, via l'option multi-angle, les scénarimages créés pour le tournage de ces deux scènes. Trois options s'offrent à vous : d'abord de visualiser la scène telle que vue dans le film, ensuite de visualiser l'enchaînement complet des scénarimages, et finalement de visionner ces deux options simultanément via deux fenêtres.
Pour compléter, vous retrouverez un vidéoclip de circonstance, soit celui de la chanson I Am a Man of Constant Sorrow, chanson clé du film interprétée par les Soggy Bottom Boys (non, ce n'est pas réellement George Clooney qui chante…), en plus de la bande-annonce originale du film.



Conclusion
Ce film ne plaira peut-être pas à tous, cependant les fans des frères Cohen devraient facilement y trouver leur compte. L'imagination fertile des créateurs mérite amplement le coup d'œil, d'autant plus que l'image sur cette édition est de qualité exemplaire. Les bandes-son sont également de qualité fort honorable, tandis que les suppléments, malgré leur nombre limité, offrent quelques moments digne d'intérêt. Cependant, une question persiste : à quand une piste de commentaires audio des frères Cohen ?



Qualité vidéo:
4,4/5

Qualité audio:
3,8/5

Suppléments:
2,8/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
3,8/5
Auteur: Yannick Savard

Date de publication: 2001-08-12

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 Sony Trinitron Wega KV-32S42, Récepteur Pioneer VSX-D509, Lecteur DVD Pioneer DVL-909, enceintes Bose, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
O Brother, Where Art Thou ?

Année de sortie:
2000

Pays:

Genre:

Durée:
103 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Buena Vista

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise DTS
Anglaise Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais
Espagnol

Suppéments:
Documentaires, vidéoclip, comparaison de scénarimages et bande-annonce

Date de parution:
2001-06-12

Si vous avez aimé...