Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Break Up, The (WS)

Critique
Synopsis/présentation
Depuis leur rencontre à une partie des Cubs à Chicago, Gary (Vaughn) et Brooke (Aniston) sont inséparables et vivent le grand amour. Malheureusement, après un certain temps de fréquentation, la vie commune impose une routine qui commence grandement à ennuyer Brooke. Alors qu’elle se donne corps et âme pour être à la hauteur des attentes des gens qui l’entourent, Gary se contente de regarder les résumés sportifs à la télévision ou de jouer avec son PlayStation 2, négligeant totalement sa compagne. Afin de donner une leçon à Gary, Brooke lui annonce leur rupture, à la grande surprise de celui-ci. Là où la situation se complique, c’est dans la division de tout ce qu’ils avaient en commun: l’appartement, les amis, … Pire encore, afin de cacher leurs réels sentiments, les deux s’attaquent pour avoir un quelconque avantage sur l’autre: Nouvelles (fausses) fréquentations pour elle, Strip-Poker et danseuses pour lui, etc. Finalement, c’est par ces comportements qu’ils mettront au clair leurs priorités.

Dans un Hollywood qui ne cesse de produire des comédies romantiques à l’eau de rose et des contes de fées, le moindre petit film qui dévie légèrement de l’habitude sera accueilli comme un vent de fraîcheur. C’est un peu l’effet qu’a eu The Break-Up, coécrit et coproduit par Vince Vaughn lui-même. Ici, la question n’est pas de savoir si deux personnes sont amoureuses, mais plutôt pourquoi ne le sont-elles plus. On pourrait donc qualifier The Break-Up d’anti-comédie romantique. Cependant, ce qui marque le plus de cette histoire, c’est le réalisme des situations dans lesquels se trouvent les personnages, mais surtout le réalisme des personnages en tant que tels.


Image
Le film est présenté au format d’image respecté de 1.85:1 d’après un transfert 16:9.

L’interpositif utilisé n’affiche pas le moindre parasite, sous une forme ou une autre (le contraire nous aurait surpris). La définition générale de l’image est bonne, mais sans être excellente. Le niveau de détails se situe dans les normes des récentes productions, avec des textures correctement rendues et sans défaut apparent. Les couleurs commettent un sans faute, les scènes extérieures à Chicago le démontrant bien, en évitant la sursaturation ou les débordements. Le niveau des noirs est adéquatement ajusté, alors que les contrastes ne causent aucun problème. Les dégradés sont fluides, sans blocages prématurés, et mènent à des noirs profonds et purs. Le tout permet de déceler les détails sans problèmes, même dans les parties sombres.

Numériquement, aucun problème majeur n’est visible. De très légers halos apparaissent dans les zones de hauts contrastes, mais ceux-ci demeurent discrets.


Son
Trois bandes sonores sont disponibles avec cette édition. En plus de la version originale anglaise au format Dolby Digital 5.1, nous avons droit à des doublages français et espagnol, mais uniquement au format Dolby 2.0 Surround. Le film peut être accompagné de deux pistes de commentaires audios. La première animée par le réalisateur Peyton Reed et la seconde en compagnie de Vince Vaughn et Jennifer Aniston.

Le mixage sonore est très représentatif de ce qui est offert habituellement pour les comédies romantiques. On pourrait donc le qualifier de fonctionnelle. L’environnement sonore est détaillé, avec un champ sonore avant développé. Les canaux arrières sont maintenus en retrait, donnant signe de vie uniquement lors des scènes qui l’exigent vraiment (foule, ambiance, …). Puisque les effets sonores servent uniquement à l’atmosphère du film, ceux-ci ne sont jamais intrusifs. La force du mixage repose plutôt dans les dialogues, toujours nets et intelligibles. Aucun problème de captation ou de compression n’est perceptible. La trame sonore est également en retrait, n’amplifiant que très légèrement les sentiments démontrés à l’écran. Les basses supportent adéquatement le mixage en général, mais les extrêmes graves sont peu notables.

Des sous-titres anglais, français et espagnols sont inclus.


Suppléments/menus








Conclusion
Oubliez les grands discours poétiques et les déclarations d’amour larmoyantes. N’espérez pas voir ici la femme paranoïaque et hystérique, ni l’homme de Cro-Magnon qui ne fait qu’enchaîner les vulgarités. The Break-Up se distingue par ses personnages et ses situations terre-à-terre et concrètes. Nul besoin de dire que plusieurs se reconnaîtront dans les personnages principaux.
Si votre couple est à la dérive...

L’édition offerte ici par Universal se situe dans les normes du marché. Le transfert vidéo n’est pas exceptionnel, mais n’affiche aucun défaut majeur non plus. Pour les bandes sonores, si vous voulez un film traitant des relations de couple avec un mixage explosif, allez plutôt voir chez Mr. & Mrs. Smith. Ici, le mixage se veut strictement fonctionnel. Les suppléments sont nombreux, à la fois divertissants et intéressants. On voit que la chimie à l’écran entre Vaughn et Aniston n’est rien comparée à celle entre Vaughn et Jon Favreau, fréquents collaborateurs.


Qualité vidéo:
3,6/5

Qualité audio:
3,6/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
3,8/5

Note finale:
3,7/5
Auteur: Martin Roy

Date de publication: 2006-10-30

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 16:9 Hitachi 51F500, Récepteur/Lecteur DVD/Enceintes Panasonic SC-HT700

Le film

Titre original:
Break Up, The

Année de sortie:
2006

Pays:

Genre:

Durée:
107 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Universal

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby 2.0 Surround
Espagnole Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
Deux pistes de commentaires audio, scènes inédites, improvisation de Vaughn et Favreau, visite guidée de Chicago et bandes-annonces

Date de parution:
2006-10-17

Si vous avez aimé...