Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

House of Strangers

Critique
Synopsis/présentation
House of strangers est un film curieusement passé sous silence dans la carrière brillante de Jospeh L Mankiewicz. Il semble un peu « noyé » sous la profusion de chefs d’œuvre qui l’entoure chronologiquement (The ghost and mrs Muir, A letter to three wives, All about Eve).
Cependant si il n’atteint pas le niveau de « perfection » des œuvres précitées, il ne démérite en rien et ce dans quelques domaines que ce soit.
Son plus grand intérêt nous semble la solidité de son scénario de drame familial d’une tram générale assez classique que Philippe Yordan et Mankiewicz lui-même (malgré le fait qu’il ne soit pas crédité au générique) ont su habilement teinté d’éléments typique du film noir pour une mélange des genres des plus réussis.
En effet, l’histoire de ce clan d’italiens immigrés qui s’entredéchirent est remarquablement construite grace à une structure en flash back maitrisée, chaque personnage est bien caractérisé, leur relations plausibles et crédibles et le drame intérieur du héros remarquablement cerné.

Une fois de plus le sens inné et remarquable de l’écriture des dialogues de Mankiewicz fait mouche et offre une dimension supplémentaire à une œuvre qui se serait avéré sans aucune doute plus banale entre les mains d’un dialoguiste moins talentueux. Les échanges verbaux sont souvent autant de joutes fines et subtiles qui paraissent parfois très écrites mais témoignent d’une intelligence toute dévouée au récit et à la psychologie des personnages , trouvant les bons mots sans pour autant chercher l’effet à tout prix.
La mise en scène discrète mais sure est au diapason, en permanence au service de la narration et des personnages. Jamais le style visuel assez neutre de Mankiewics ne cherche à se mettre en avant en tant que tel, ce qui pourra sans doute déconcerter les jeunes spectateurs épris de virtuosité formelle (à laquelle nous adhérons d’ailleurs pourvu qu’elle soit cohérente et justifiée ce qui est malheureusement loin d’être le cas dans le cinéma moderne).
Mankiewicz était également un directeur d’acteur des plus doués, ce qui lui permet de diriger parfaitement les excellents comédiens du film. La qualité générale de l’interprétation est remarquable et si les « stars » tirent véritablement leur épingle du jeu (Robinson, Conte, Hayward), ils ne font jamais ombre aux seconds et jamais nous n’avons eu l’impression d’être dans un film mettant en avant ses vedettes.
C’est bien d’ailleurs la qualité majeure de House of strangers que d’être d’une homogénéité impressionnante, savoir faire typique de l’époque mais surtout du cinéaste qui rend ses œuvres aussi agréablés et facile à visionner et ce malgré leur abondance de dialogues complexes et de situations émotionellements fortes.

Voici donc un film passionnant, typique de son époque, du talent de son réalisateur et de ses interprêtes, témoin d’une époque ou les films de studios était d’une qualité dont on n’ose plus aujourd’hui éspérer pour un produit « standard ». Si vous découvrez le cinéma de cette époque, ne cherchez surtout pas à comparer le style cinématographique et la narration avec ce qui se fait actuellement mais au contraire, abordez de façon ouverte et laissez vous emportez par le talent de conteur de Mankiewicz.



Image
L’image est proposée au format respecté de 1.33:1 d’aprés un transfert 4:3.
La définition générale est loin d’être au sommet mais s’avère tout à fait honorable. De même l’interpositif montre des traces régulières de points, traits et rayures, signe d’une remasterisation partielle, sans pour autant que cela ne soit jamais vraiment gênant pour autant. Le grain est aussi assez présent.
Le contraste est correctement géré, évitant les brillances mais manquant toutefois de constance par moments.
Les scènes sombres sont moyennement rendues en partie à cause de noirs manquant de profondeurs et de pureté sans pour autant que le résultat soit mauvais. L’échelle des gris est moins bien rendue que sur d’autres œuvres de la même époque mais à nouveau s’avère appréciable.
Comme il est maintenant de coutume, aucun défaut artificiel ne vient heureusement entacher le rendu général.

Voici donc un film qui aurait bien mérité une restauration complête surtout si on le compare à d’autres éditions de la même collection Fox Noir qui font montre de qualités exceptionnelles. Cependant, en l’état ce transfert est tout à fait honorable.


Son
Les deux bandes-son disponibles sur cette édition sont en Anglais (Dolby 2.0 stéréo) et Anglais (Dolby 1.0 mono).
Leur dynamique est limitée mais reste acceptable. Leur présences et spatialités soont correctes et correspondent à ce que l’on est droit d’attendre de bandes-son de l’époque.
La musique est globalement bien restituée malgré des limitations évidentes dans le haut et la bas du spectre du au format et aux techniques d’enregistrement de l’époque.
Les dialogues sont en permanence et logiquement des parasites et distortions sont audibles mais des proportions tout à fait raisonnables si l’on garde le son à un volume adéquat.
Les basses fréquences sont absentes mais cela est normal au vu du format monophonique et ne font jamais défaut.
Les sous-titres sont disponibles en Anglais et Espagnols comme sur tous les autres titres de la collection Film Noir de la Fox.

La bande-son stréophonique offre un petit plus par rapport à la bande-son monophonique au niveau de la présence.

Deux bandes-son qui comme l’image aurait sans doute bénéficiées d’un remixage mais qui s’avèrent cependant satisfaisante.




Suppléments/menus
Le commentaire audio de l’historien du cinéma Foster Hirsch est souvent fort passionnant par le fait qu’il propose aussi bien des informations sur le tournage, une mise en perspective avec l’époque du tournage mais surtout des analyses du style visuels et des dialogues (spécialité reconnue de Mankiewicz). Cependant les nombreux passages silencieux et le ton parfois trop scolaire font que ce commentaire est parfois difficile a suivre surtout pour les non passionnées par cette œuvre ou ce cinéaste.
Sont également disponibles 3 différentes galeries de photos de tournage, de photos de production ainsi que d’affiches.
Enfin une bande-annonce typique du style de l’époque vient complêter le tout.

Une section donc intéressante mais qui se destine de façon évidente à des spécialistes acharnés et fait peu d’effort envers le grand public.





Conclusion
Une édition aux qualités audio et vidéo perfectibles mais tout de même fort correctes qui rendent justice à l’œuvre. Les suppléments sont peu nombreux et assez pointus mais intéressants.
Nous vous conseillons donc l’achat de cette édition qui vous permettra de découvrir une œuvre méconnue de cet immense cinéaste qu’était Joseph L Mankiewicz.
House of strangers est un film curieusement méconnu du cinéaste qui sans atteindre la qualité étincelante de ses plus grands chef d’œuvre offre un scénario solide de drame familial glissant vers le film Noir. Comme d’habitude chez Mankiewicz, les comédiens sont tous excellents, les dialogues ciselés et le style visuel assez neutre mais maitrisé.
Une œuvre qui mérite donc une réhabilitation que ce DVD permet de faire dans des conditions agréables.




Qualité vidéo:
3,5/5

Qualité audio:
3,2/5

Suppléments:
3,4/5

Rapport qualité/prix:
3,6/5

Note finale:
3,3/5
Auteur: Stefan Rousseau

Date de publication: 2006-07-31

Système utilisé pour cette critique: Projecteur Sharp XV Z9000, Lecteur de DVD Toshiba SD500, Recepteur Denon, Enceintes Triangle, Câbles Banbridge et Real Cable.

Le film

Titre original:
House of Strangers

Année de sortie:
1949

Pays:

Genre:

Durée:
100 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Twentieth Century Fox

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-5 (simple face, simple couche)

Format d'image:
1.33:1

Transfert 16:9:
Non

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby 2.0 stéréo
Anglaise Dolby mono

Sous-titres:
Anglais
Espagnol

Suppéments:
Commentaire Audio, galerie d'affiches, galerie de photos de tournage et de production, bande-annonce

Date de parution:
2006-06-06

Si vous avez aimé...