Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Battlestar Galactica (Season 2.5)

Critique
Synopsis/présentation
Après plusieurs mois d'attente fébrile ou nous avons retenu notre souffle, le coffret Galactica 2.5 est enfin en vente et ce n'est pas trop tôt car nous commencions à prendre une teinte très nettement bleutée. La série reprend exactement là ou le coffret 2.0 l'avait laissé, c'est à dire l'épisode Pegasus qui nous est présenté ici dans une version allongée (58 minutes).

Si les dix premiers épisodes de la seconde saison nous avaient laissé pantois les dix suivant nous ont carrément coupé le souffle. La série ne fait que gagner en qualité au fur et à mesure que les scénaristes et producteurs gagnent en confiance et sans doute en liberté d'expression grâce au phénoménal succès que connaît Battlestar Galactica sur les ondes de Scifi et Universal HD. L'audace de la série est particulièrement notable dans le climat politiquement-fanatico-ennuyo-correct qui est de plus en plus prévalent dans les productions et la société nord-américaine. Ce que Star Trek n'a plus fait depuis les années 60 Battlestar Galactica le fait avec un brio, une intelligence et une absence totale de compromis qui sont fort rafraîchissants dans une période où il devient bien difficile de trouver le moindre intérêt dans un contenu qui est de plus en plus aseptisé et politiquement polarisé. Ce coffret offre quelques épisodes particulièrement à contre courant des tendance hollywoodiennes, Epiphanies, Downloaded et Lay Down Your Burdens sont de parfaites illustrations du fait que Battlestar Galactica n'a pour le moment aucun concurrent, même de loin, sur les ondes.
La série à réussi à devenir un des points de ralliement d'une majorité de la classe intellectuelle d'Amérique du nord ainsi que dans plusieurs autres parties du monde occidental. Le maintenant célèbre « Frack » est même plus ou moins passé dans leur langage courant et des séries comme Veronica Mars, qui s'adresse pratiquement au même public, l'a même intégré dans le vocabulaire de son héroïne pour quelques épisodes. Battlestar Galactica est aux antipodes de la génération précédente de séries ciblées vers les 20-40 ans. Des séries comme Stargate et la racoleuse 24 sont très franchement pro-américaines et peuvent être considérées comme l'expression d'une certaine pensée conservatrice qui revenait à la mode en occident alors que BSG prend une posture plus critique et nuancée face à la politique occidentale actuelle. Les actions de l'amiral Helena Cain (Michelle Forbes) et de l'équipage du Pegasus peuvent difficilement être prises hors du contexte des évènements d'Abou Ghraib ou de la prison de Guantánamo et encore moins comme un soutient inconditionnel aux actions des autorités américaines un peu partout dans le monde. BSG rejoint en cela une minuscule minorité de séries comme Boston Legal qui prennent le taureau par les cornes et ont le courage d'exprimer une opinions différente.
Cependant Battlestar Galactica n'a pas été créée comme un instrument de contre-propagande mais comme un drame humain. Il est d'ailleurs ironique de voir que ce drame se joue essentiellement au niveau des Cylons, l'épisode Scar en est un fabuleux exemple. Il devient aussi de plus en plus clair que la « résurrection » cylon n'est pas une panacée et s'accompagne d'inconvénients plutôt sévères, ce que le tout début de troisième saison confirmera d'ailleurs très clairement. L'exploration de la civilisation robotique prendra une place de plus en plus importante dans la série au fur et à mesure de la saison, l'épisode Downloaded par exemple prend presque exclusivement place au coeur des tension intestine à cette civilisation essentiellement consensuelle et sur laquelle le génocide de l'humanité des douze colonies commencent à avoir un effet plutôt dévastateur.

De l'autre coté, la position plus que précaire de ce qu'il reste de l'humanité des douze colonies fait de cette dernière un outil de choix dans l'exploration des divers dilemmes moraux et politiques que peux poser la nécessité de survivre. La situations justifie t-elle l'utilisation de n'importe quel moyens ou bien est-il plus important de conserver son humanité et la société qui va avec ? Les épisodes Pegasus et les deux parties de Resurrection Ship qui ouvrent la seconde partie de la saison ainsi que le dilemme politique posé dans Lay Down Your Burdens mettent en présence des conceptions différentes de la notion de survie et amène de nombreux éléments de réflexion qui sortent des courant de réflexion admis, ou plutôt imposés, ces dernières années. Bien entendu l'obligatoire épisode sur le terroriste fait son apparition mais le manque d'intérêt pour le sujet est évident et donnera un des épisode les plus faible de la saison, le sujet est bien mieux traité en début de troisième saison. L'épisode introduira cependant un élément très important pour la fin de saison. Une fin de saison qui sera très intense et pleine de rebondissement. Les auteurs tirent partis d'un voyage au sein de la responsabilité politique (Lay Down Your Burdens) pour prendre leurs propres thèses à contre-pied et en profitent pour nous laisser la bouche grande ouverte avec un final encore plus électrisant que celui de la première saison. Saupoudrez tout cela d'une solide dose d'exploration religieuse ainsi que d'un épais mysticisme et vous obtenez une des séries télévisée les plus humaine, solide et intelligente qu'on ait eu la chance de voir depuis bien longtemps.
Battlestar Galactica représente la télévision à son meilleur et est une série de choix quels que soient vos goûts.



Image
On n'aura pas grand chose de plus à dire par rapport à la première partie de la saison. La seconde partie nous est, elle aussi, présentée au format 1.78 dans un transfert 16:9.

L'image reste toujours un peu floue avec par conséquent des textures qui manquent un peu de détails par rapport à ce le support nous a habitué. Par contre les couleurs sont parfaitement calibrées. La palette est très compressée, un choix artistique qui donne tout son impact visuel à la série. Elle reste très stable et bien saturée au fil des épisodes. Le contraste est toujours un petit peu trop élevé ce qui nuit a l'échelle des gris.
Le fort grain que présente la série ne facilite certes pas la compression mais la magnifique image de la mini-série nous a prouvé qu'il était fort possible d'obtenir un bien meilleur résultat que celui qui nous est présenté ici et le prix prohibitif que représente l'achat des deux coffrets pour la saison complète nous donne des attentes bien au dessus de la qualité d'image plutôt médiocre que les coffrets de Battlestar Galactica nous ont offert pour le moment. En l'époque ou les diffusions hautes définitions rendent de plus en plus facile la comparaison de l'image HD source à l'image après compression du DVD, la qualité de cette dernière devient de plus en plus aisée à jauger et pour être honnête celle de BSG est une nette déception pour le moment.


Son
Tout comme le coffret précédant la seule bande-son offerte dans cette édition est en langue anglaise au format Dolby Digital 5.1 avec des sous-titre en espagnol et en anglais pour sourd et malentendants. Il est clair que la région 1 n'est pas une panacée pour les francophones d'Amérique du nord. Va t-il réellement falloir avoir recours au pouvoir législatif pour enfin avoir systématiquement une option en langue française dans les coffrets vendu dans la province de Québec ?
La bande son anglaise est cependant excellente avec une très bonne dynamique, des dialogues parfaitement clair et une intégration généralement exemplaire des différents éléments sonores sauf peut-être au moment de la découverte du Pegasus où la musique un peu mièvre et assez intrusive sera une distraction plutôt malvenue. Les canaux d'ambiophonies sont très bien utilisés pour nous plonger en plein coeur de l'action. Les basses sont excellentes et le caisson des fréquences basses extrêmes est utilisé aux moment adéquats.
Il n'y a rien à redire, contrairement à l'image la qualité est au rendez-vous pour la partie sonore.


Suppléments/menus
La deuxième partie de la seconde saison de Battlestar Galactica est repartie sur trois disques, chacun contenu dans un boîtier plastique mince. Le tout est solidarisé par un manchon de carton fort. C'est en fait le même conditionnement que la première partie de la saison mis à part une exception notable, l'illustration est cette fois de bien meilleur goût, la couleur du fond ne vous agressera plus les neurones et les Cylons femelles aux yeux rouges sont enfin parties. Ce coffret est peut-être le premier de la série que vous pourrez montrer sans honte à vos amis, c'est même un assez bel objet.

Tous les épisodes sont accompagnés d'un podcast (un commentaire fait avec de faibles moyens) de Ronald D. Moore (Directeur exécutif et créateur de la série) à l'exception de Pegasus qui bénéficie d'un commentaire audio plus professionnel et de la présence de David Eick, Directeur exécutif et co-créateur de la série, en plus de celle de monsieur Moore. Les commentaires sont riches en renseignements et il est très rare que le(s) commentateur(s) nous raconte(nt) l'action à l'écran. Ils articulent la « discussion » autour de ce qu'ils ont voulu exprimer et des moyens utilisés pour ce faire. Ce sont des commentaires plutôt en profondeur qui raviront les fans de la série.
On trouvera aussi une ou plusieurs scènes coupées en accompagnement de tous les épisodes à l'exception de Ressurection Ship et Epiphanies. Ces scènes sont inhabituellement intéressantes et apportent souvent des précisions ou une transition plus fluide entre deux scènes de la version finale. Certaines de ces scènes coupées sont même extrêmement bienvenues pour la continuité avec la troisième saison en introduisant certains thèmes ou actions. Pour une fois ces scènes coupées seront un visionnement chaudement conseillé.
Le tout est consolidé par une série de blogs vidéos de David Eick qui nous introduisent dans les coulisses de la production. On aimera ou pas mais il faut reconnaître qu'ils donnent une vision unique et rare sur les rouages de la production de Battlestar Galactica.

Comme pour les coffrets précédent il faudra noter que la grande majorité de ce matériel supplémentaire est disponible en version de moindre qualité depuis quelques temps déjà sur la partie réservée à la série du site Web de Scifi. Cette fois encore les suppléments n'auront d'intérêt que pour ceux qui ne se satisfassent pas de la qualité des versions Web qui sont tout de même moins belles et moins pratiques que celles offertes sur les disques.



Conclusion
Si la mini-série avait étonné tout le monde et la première saison avait enfoncé le clou avec brio, il faut bien avouer que la deuxième saison de Battlestar Galactica aura confirmé avec panache le génie de l'équipe à laquelle nous devons la série. Il est rare d'enflammer les critiques et les fans, aussi bien de science-fiction que les autres, comme l'a fait BSG depuis maintenant depuis presque trois ans. De plus ce que nous avons vu de la troisième saison est pour l'instant tout aussi fabuleux et messieurs Ronald D. Moore et David Eick sont maintenant à deux doigts d'entrer au panthéon des dieux créateurs de séries de télévision (juste à droite après l'arche en entrant dans l'Olympe, vous pouvez pas le manquer).

Le coffret de DVD est lui par contre plutôt décevant, tout d'abord par son prix que le tronçonnage inutile de la saison en deux partie rend excessif, ensuite par une image médiocre et finalement par un manque chronique de suppléments originaux. Entendons nous, le coffret n'est pas mauvais, il est juste en dessous de ce que le public serait en droit d'attendre à ce prix pour une série de cette qualité. L'achat est malgré tout recommandé Battlestar Galactica étant une des ces trop rares séries qui méritent plusieurs visionnements.


Qualité vidéo:
2,5/5

Qualité audio:
4,0/5

Suppléments:
3,0/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
3,4/5
Auteur: Pascal Cauden

Date de publication: 2006-11-24

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur Toshiba 50HX70, Amplificateur Denon 3801, Enceintes Energy XL-26(x2), XL-C, XL-R (x4), Caisson d'extrêmes graves Klipsch KSW 12, HTPC (composantes 1080i. Lecteur: Media Portal/decodeur mpeg2 et audio : Dscaler 5

Le film

Titre original:
Battlestar Galactica

Année de sortie:
2006

Pays:

Genre:

Durée:
521 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Universal

Produit:
DVD

Nombre de disque:
3 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.78:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais (CC)
Espagnol

Suppéments:
Scènes coupées, podcasts, blogs vidéo

Date de parution:
2006-09-19

Si vous avez aimé...