Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Jewel Of The Nile (Special Edition)

Critique
Synopsis/présentation
Depuis les quelques mois qui ont suivi leurs rencontre, Joan et Colton ont voyagé à bord de leur voilier, de port en port. Arrêté à la Riviera, Joan souffre maintenant du syndrome de la page blanche et ne semble plus en mesure d’écrire ses romans avec la même aisance qu’avant. Peut-être est-ce parce qu’elle n’éprouve pas le même amour qu’avant pour son héros. Alors qu’elle souhaite se ranger et passer à autres choses, Colton souhaite continuer sa vie de nomade. Lors d’une réception organisée en son honneur, Joan fait la rencontre d’un riche et puissant égyptien qui est sur le point de devenir empereur du Nil. Ce dernier lui demande de l’accompagner afin de rédiger sa biographie. Elle accepte, au grand regret de Colton.

Tout juste avant de partir, une tentative de meurtre envers le futur empereur a lieu, ce qui mène Colton à croire que Joan est dans une situation trouble. Accompagné de Ralph, le voyou rencontré en Colombie et d’un groupe de rebelles, Colton se rend en Afrique du Nord pour secourir sa douce… et peut-être mettre la main sur le joyau du Nil par la même occasion.


Image
À l’instar de son prédécesseur, The Jewel of the Nile est présenté au format d’image respecté de 2.35:1 d’après un transfert 16:9.

Comme c’est souvent le cas, la plus grande partie des efforts de restauration ont été investis dans le premier opus (Romancing The Stone), résultant en un transfert de qualité légèrement inférieure pour la suite. Ainsi, le matériel source affiche autant, sinon plus de parasites visuels, qui, comme pour le premier, demeurent peu intrusifs. La définition générale de l’image est bonne, mais de nombreux plans paraissent plus flous qu’espéré. Ceci affecte évidemment le niveau de détails, légèrement inférieur au transfert du premier film. Les textures sont correctement reproduites, mais quelques-uns nous échappent. La palette, moins diversifiée que pour Romancing the Stone, est reproduite avec soins et précision. On déplore cependant que la cinématographie n’exploite pas d’avantage les paysages, comme dans Romancing The Stone. Les tons de peaux sont généralement naturels, mais un trop pâles par moments. Le niveau des noirs ne cause aucun problème, alors que les contrastes sont bien gérés. Les dégradés paraissent fluides, mais bloquent parfois prématurément. Les noirs sont profonds et purs, sans trace d’effet fantôme.

Tout comme le transfert du premier opus, un halo causé par une suraccentuation des contours est souvent visible au cours du film. Les meilleurs exemples proviennent du nom des acteurs au début du film. On voit clairement le halo en question.


Son
Cette fois-ci, la version originale anglaise est offerte au format Dolby 4.0 Surround, alors que le doublage français est au format Dolby 2.0 stéréo. Dernier au fil d’arrivée, le doublage espagnol se limite au format mono.

Ce mixage Dolby 4.0 Surround offre un dynamisme supérieur à un mixage Dolby 2.0 Surround, mais évidemment loin des avantages d’un mixage 5.1 (ce qui aurait été préférable). La spatialité n'est pas pleinement développée, puisque seulement quelques effets sonores (explosions, réacteur d’un avion, …) et la musique profitent du canal arrière. Cependant, le fait d’avoir trois canaux dédiés aux enceintes avant permet d’offrir de meilleures transitions gauche/droite. Avec un canal consacré exclusivement à l’enceinte centrale, les dialogues paraissent nets et intelligibles, bien que la captation soit parfois défaillante (distorsion de quelques paroles, volume des dialogues trop bas, etc.). Les basses supportent adéquatement le mixage en général, mais l’ajout d’un canal dédié aux extrêmes graves aurait donné beaucoup plus de profondeur au tout.

Des sous-titres anglais et espagnols sont offerts.


Suppléments/menus








Conclusion
Plusieurs cinéphiles se sont permis d’établir des parallèles assez serrés entre les deux films de la série (Romancing the Stone et The Jewel of the Nile) et les Indiana Jones. Certes, certains éléments se ressemblent, mais il faut accepter le fait qu’en terme de films, ces œuvres jouent sur des registres différents.

Cette réédition n’est malheureusement pas à la hauteur de celle de Romancing the Stone, mais représente tout de même un pas considérable dans le bonne direction lorsque comparée à l’édition précédente. Les suppléments sont intéressants, avec comme pièce de résistance une piste de commentaires audio en compagnie du réalisateur (Lewis Teague était sûrement moins occupé que Robert Zemeckis).


Qualité vidéo:
3,7/5

Qualité audio:
3,5/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
3,6/5

Note finale:
3,6/5
Auteur: Martin Roy

Date de publication: 2006-09-23

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 16:9 Hitachi 51F500, Récepteur/Lecteur DVD/Enceintes Panasonic SC-HT700

Le film

Titre original:
Jewel Of The Nile

Année de sortie:
1985

Pays:

Genre:

Durée:
106 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Twentieth Century Fox

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 4.0
Française Dolby 2.0 stéréo
Espagnole Dolby mono

Sous-titres:
Anglais
Espagnol

Suppéments:
Piste de commentaire audio, scènes inédites, entrevues rétrospectives, court documentaire et bande-annonce.

Date de parution:
2006-08-29

Si vous avez aimé...