Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Veronica Mars (The Complete Second Season)

Critique
Synopsis/présentation
Veronica Mars, « La meilleure série que vous ne regardez pas » est de retour pour une nouvelle saison d'enquêtes et de réparties cinglantes. Le début de l'année précédente n'a pas été des plus reposant pour notre aide-détective de charme, en effet en quelques mois Veronica, jouée par l'extraordinaire Kristen Bell, a du vivre l'assassinat de sa meilleure amie Lily Kane (Amanda Seyfried), un plongeon vertigineux de son statut social du à la perte du poste de shérif par son père, le départ subséquent de sa mère et la perte mystérieuse de sa virginité. L'année qui suit cette série de drames ne sera pas non plus très facile et se terminera avec l'arrestation du meurtrier de Lily Kane, Aaron Echols (Harry Hamlin) vedette psychopathe du coin et père de Logan Echols (Jason Dohring) le petit ami de Veronica... La saison se terminera sur une note mystérieuse et les avides téléspectateurs que nous sommes seront laissé avec la question brûlante de savoir qui vient de frapper à la porte de l'appartement de Veronica en plein milieu de la nuit et qu'est-il arrivé à Logan ? Un suspens qui est peut-être des plus classique mais n'en reste pas moins très efficace comme pourront en témoigner le nombre impressionnant de débats plus ou moins farfelus qui ont vu le jour autour de la série pendant l'été 2005. Ces questions seront plus ou moins répondues au cours du premier épisode de la seconde saison après que les auteurs se soient un peu amusés à confondre leurs spectateurs. Plus ou moins car ce qui est vraiment arrivé à Logan cette nuit là sera un des mystères secondaire à résoudre pour cette deuxième saison dont le mystère principal sera le crash tragique et suspect d'un bus scolaire et la mort de sa dizaine d'occupants, des étudiants pauvres qui n'avait pas eu les moyens de se payer le voyage en Limousine comme leurs « collègues » plus fortunés.

Cependant la vie personnel de Veronica ne sera pas en reste loin de là, principalement due à l'attitude destructrice de Logan après s'être vu accusé du meurtre d'un des membres du gang de Weevil (Francis Capra) et l'inattendue réapparition de Meg (Alona Tal), une ancienne petite-amie de Duncan (Teddy Dunn). Wallace (Percy Daggs III) connaîtra lui aussi son lots de déboires avec le début d'une romance avec Jackie (Tessa Thompson), fille d'un fameux joueur de base-ball qui semble avoir quelques squelettes dans ces placards et la réapparition d'une personne pas vraiment désirée dans sa vie et celle de sa mère. La nouvelle saison verra aussi l'introduction du bouillant maire (Steve Guttenberg) qui semble avoir des projets grandiose pour Neptune et Keith Mars (Enrico Colantoni), le père de Veronica. On fera aussi connaissance avec les parents abusifs de Meg ainsi que de la plantureuse belle-mère (Charisma Carpenter) de Cassidy et Dick Casablanca, (Kyle Gallner et Ryan Hansen) dont le passé et le présent semble plutôt boueux.

Après une excellente première saison les attentes étaient très fortes et la reprise de la série très attendue parmi les fans. Cependant la satisfaction ne sera pas au rendez-vous. La nouvelle saison reste très bonne mais pas autant que la précédente. Contrairement à ces grandes soeurs Lost ou Desperate Housewives ce n'est pas le début de saison qui pose problème mais plutôt la seconde moitié ou les personnages deviennent des ébauches plus grossières et l'histoire se perd un peu dans un flou pas toujours très artistique. Tout ce passe comme si l'équipe de production, et certains des acteurs, avaient perdu leur intérêt pour la série. Même l'excellente Kristen Bell cabotine à l'écran et ne parvient pas à sauver son personnage de quelques gouffres d'écritures des plus profonds, le personnage Veronica passe tout simplement trop de temps en temps que victime ce qui n'est pas l'intérêt de la série, bien au contraire. Un autre irritant sera le constant retour à la case départ de Logan, tout se passe comme si les auteurs n'avait qu'un seul arc de développement pour ce personnage et qu'à chaque fois qu'il atteint la fin de celui ci il recommençait au début. Les êtres humains ont tendance à suivre des patrons comportementaux et recommence souvent les même erreurs mais là ça confine à la stupidité crasse. Le tout ne sera pas amélioré par l'arc entre Wallace et Jackie qui est au mieux inutile et penche un peu vers l'inintéressant.

Ne nous y trompons cependant pas, Veronica Mars reste une des meilleures série du moment et vaut très largement le temps passer à la visionner, la seconde saison ne satisfait juste pas toutes les promesses que la première saison pouvait laisser espérer. A une exception près cependant : le dernier épisode nous réserve une surprise particulièrement politiquement incorrecte dans laquelle beaucoup d'entre nous trouverons un sentiment de justice qui, malgré l'appel à nos instincts de parents les plus primaires, sera particulièrement satisfaisant par les temps d'injustice globalisée que nous vivons en ce début de siècle.
Malgré ses défauts la deuxième saison de Veronica Mars mérite amplement votre attention et nous vous encourageons à suivre les aventures des cette adolescente pas comme les autres. Même si elle a perdu un peu de mordant dans sa deuxième saison, la série garde toutes ses dents.
Après la fusion des réseau de télévision Warner et UPN et la mise en hiatus en plein milieu de la seconde saison de Veronica Mars beaucoup de fan commencèrent a être très inquiets pour l'avenir de leur série fétiche. Heureusement ces soucis furent inutiles, en effet Veronica Mars fut une des rares séries à survivre à la naissance de CW, le nouveau super réseau de télévision américain, et nous aurons dès le 3 octobre le plaisir de découvrir le nouveau crime que notre jeune détective préférée aura pour mission de résoudre au cours de cette troisième saison.


Image
L'image nous est présentée en format 1.77 dans un transfert 16:9.
Comme pour la première saison le budget minimal de la série explique une source plutôt moyenne avec un interpositif loin d'être parfait. L'image reste très parasitée avec un grain assez fort et présente un flou un plutôt important qui devient un peu désagréable à la longue. C'est moins bon que pour le coffret de la première saison qui présentait des textures un peu plus détaillées. Les couleurs sont toujours aussi belles et bien ajustées mais on remarquera là encore une légère dégradation avec des débordements qui n'était pas là pour le coffret précédent. Si le contraste est parfait la luminosité penche un peu du coté du trop sombre ce qui nous fait perdre un peu de détails dans les zones d'ombres. Les noirs sont par contre magnifiques, très profonds et sans macro blocs. Pour finir on retrouve l'épuisante surdéfinition de contour qui n'arrange rien à une image qui se trouve parasitées de toutes part.

Au global c'est une expérience visuelle adéquate mais très loin d'être satisfaisante qui nous est proposée ici. Heureusement que l'intérêt de la série ne réside pas dans sa photographie.


Son
Seule la bande son originale anglaise Dolby 2.0 Surround est disponible accompagnée de sous-titres pour sourds et malentendant anglais (qui n'est qu'un simple sous-titrage en fait) et des sous-titres standards en espagnol et français. Le budget extrêmement minime de la série et du DVD explique le manque de doublage en français dont on regrettera tous de même l'absence sur un coffret vendu au Québec. On saluera tout de même l'effort d'avoir mis les sous-titres afin que même le public unilingue puisse profiter de la série, une chose simple et peu coûteuse que de nombreux distributeurs de séries populaires ne prennent pas la peine d'ajouter à leurs coffrets.
Au niveau de la qualité on pourrais presque recopier les remarques de l'année dernière, l'efficacité reste le maître mot (ainsi que le mot final d'ailleurs). On notera cependant une amélioration de la clarté du fond sonore par rapport à la saison précédente. Le dynamisme et la spatialité, bien que faibles, sont meilleurs et apporte un bon soutient aux dialogues qui sont maintenant beaucoup plus claire et sonnent beaucoup moins artificiels. Le son reste cependant très compressé, un mal moderne dont les ingénieurs du son les plus jeune ne semblent pas pouvoir se défaire. On n'entendra que très peu de basses.

Difficile de faire mieux, un microscopique budget s'entend souvent avant de se voir.


Suppléments/menus
Les six disques que compte l'édition nous sont présentés dans l'exact même carton repliable que la première saison. La première « page » contient un petit livret très agréable qui présente rapidement chacun des épisodes, les trois autres contiennent les disques, empilés deux par page, sur un support de plastique qui ne vous laissera pas partir avec votre disque sans se battre. Le tout est contenu dans une enveloppe de carton fort qui cette année est de couleur rose fille. Mis à part la couleur c'est la même chose que pour le coffret précédent et bien que nous haïssons cet emballage les collectionneurs remercierons qui de droit pour ne pas avoir dépareillé leur collection avec une nouvelle boite comme c'est souvent le cas. Comme pour la première saison nous conseillons vivement de faire des copies de sauvegarde de vos disque car l'empilement est très nuisible à la durée de vie de ces derniers, plus de la moitié des disques de notre coffret de la première saison sont déjà illisibles malgré le soin dont nous faisons preuve avec nos disques.

Cette année l'édition DVD contient un maigre butin de suppléments repartis sur les six disques.
Les disques 1, 2, 4 et 5 comportent un assortiment assez complet de scènes coupés ou allongées alors que le disque 4 comportent une fin alternative pour My Mother, the fiend qui fût disponible sur AOL (et l'ensemble des logiciels de partage fichier...) peu après la diffusion de l'épisode. On pourra se féliciter d'avoir échappé à cette fin.
Le « gros » des suppléments se trouve sur le dernier disque.
A day on the Set with Veronica Mars (7min51) suit Kristen Bell sur une journée potentiellement typique de tournage. On y découvre un fétiche de Kristen pour la recherche d'anus de serpent et on augmentera notre savoir des coulisses de la télé en apprenant ce que sont des « sides » et la signification de l'expression check the gate. Pour une fois c'est vraiment les coulisses qui nous sont présentées et c'est plutôt au dessus de la moyenne de ce genre de documnetaires.
Veronica Mars, not your average teen detective (5min12) est, comme on pourrait l'attendre en lisant le titre, un simple petit documentaire qui présente rapidement quelques facettes du personnage principal de la série. Oubliable.
Le tout est complété par 8 minutes de gags ou scènes ratée souvent drôles et d'un segment intitulé All new épisodes on CW qui ne contient absolument rien de nouveau.
C'est mieux que la première saison ou il n'y avait quasiment rien mais ça reste très maigre. Un dernier irritant malgré le transfert 16:9 des épisodes tout le matériel nous est présenté dans un transfert 4:3 se qui occasionnera un festival de bandes noires chez les propriétaires d'écran au format 16:9. Peut-être que garder le même format sur l'intégralité du coffret ne serait pas une mauvaise idée.







Conclusion
On a pu accepter, avec du mal tout de même, l'excuse du manque de temps pour la préparation du coffret l'année dernière mais cette année cette excuse ne tient plus du tout et le manque flagrant de matériel supplémentaires et l'absence intégrale de commentaire ne démontre qu'un désintérêt profond pour le produit. Comme l'année dernière le coffret saisonnier est des plus moyens. Nous ne conseillerons l'achat de ce dernier qu'à cause de la qualité de la série qui mérite amplement d'être (re)visionnée.


Qualité vidéo:
3,4/5

Qualité audio:
3,7/5

Suppléments:
3,5/5

Rapport qualité/prix:
4,1/5

Note finale:
3,7/5
Auteur: Pascal Cauden

Date de publication: 2006-09-11

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur Toshiba 50HX70, Amplificateur Denon 3801, Enceintes Energy XL-26(x2), XL-C, XL-R (x4), Caisson d'extrêmes graves Klipsch KSW 12, HTPC (composantes 1080i. Lecteur: Media Portal/decodeur mpeg2 et audio : Dscaler 5

Le film

Titre original:
Veronica Mars

Année de sortie:
2005

Pays:

Genre:

Durée:
929 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Warner Bros.

Produit:
DVD

Nombre de disque:
6 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.78:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais (CC)
Français
Espagnol

Suppéments:
Documentaires, scènes supplémentaires et ratées

Date de parution:
2006-08-22

Si vous avez aimé...