Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Dune (Special Edition)

Critique
Synopsis/présentation
Faire l'adaptation au cinéma d'une oeuvre littéraire n'est jamais un travail simple. La complexité de certains romans rendent la tâche souvent problématique. Écrit il y a plus de quarante ans, Dune, un des piliers de la littérature de science-fiction, représente le parfait exemple d'une adaptation cinématographique difficile. Avec un univers immense, des personnages multidimensionnels et une intrigue complexe, le roman de Frank Herbert se résume difficilement en deux petites heures. Nul autre que David Lynch, en 1984, a offert sa version cinématographique de l'oeuvre. Malheureusement, plusieurs ont critiqué le manque de profondeur du film. Seize ans plus tard, le réalisateur John Harrison a décidé de faire revivre Dune à l'écran, cette fois-ci sous la forme d'une mini-série télévisée.
L'univers de Dune est centré autour de l'épice, matière première essentielle aux voyages inter-stellaires. Disponible sur une seule et unique planète, Arrakis, l'épice est rare et son extraction des sols sablonneux est plus qu'ardue. L'extraction est de plus compliquée par les Fremen, peuplade locale, qui veulent par tous les moyens nuirent à l'empereur Shaddam Corrino (Giancarlo Giannini). L'extraction de l'épice relève de la maison des Harkonnen, las des ratés de cette maison Shaddam Corrino confit l'exploitation à la maison des Atreides. Dirigée par le duc Leto Atreides (William Hurt) et son fils Paul (Alec Newman), les Atreides arrivent sur Arrakis dans un contexte plus que délicat. La maison des Atreides devra non seulement s'allier des Fremen, mais également se dresser devant les Harkonnen qui, heureux de s'enrichir grâce à l'épice, ne veulent pas laisser place. Dune est alors le théatre d'affrontements et de jeux politiques, chaques entités voulant protèger ses intérêts. Au fils de ces luttes un homme émergera; Paul Atreides. Est-t'il le messie annoncé? Celui qui transformera Arrakis à jamais?
L'adaptation de John Harrison, qui a lui-même signé le scénario de la mini-série, profite sans l'ombre d'un doute des cinq heures mises à sa disposition. Contrairement à Lynch, pris par des contraintes de durée, Harrison à eu le temps de développer les rapports de force complexe entre les différentes entités. Cette adaptation n'a surement pas le lyrisme de celle de Lynch mais le fil scénaristique a le mérite d'être plus clair. De plus la mise en scène d'Harrison bien que parfois un peu conventionelle est rytmée; les évènements se succèdent logiquement et garde le spectateur en haleine. Malgré un budget plutôt limité (considérant les 295 mins. de la mini-série) la direction artistique reste sommme toute de bonne facture, les intérieurs sont particulièrment bien rendu. Une fausse note parfois du côté des costumes un peu trop tape-à l'oeil. Un des bons choix d'Harrison est d'avoir engagé des acteurs relativement peu connus du public nord-américain , exception faite de William Hurt. Sans être transcandant ceux-ci ont le mérite de s'effacer pour faire place aux personnages et au récit.
Cette adaptation n'est pas parfaite, manque parfois de style, mais la passion d'Harrison pour Dune à le mérite d'avoir produit une série fidèle au roman, qui en fait la synthèse avec justesse, sans lourdeur.


Image
Cette édition de Dune est présenté en format original (1.78:1) et, contrairement à l'édition régulière sortie au cours de l'année 2001, d'après un transfert vidéo anamorphosé.
Comme on pouvait s'y attendre d'un matériel source aussi récent, l'interpositif utilisé ne présente aucun grain ni imperfections. Bien que l'image soit généralement nette et offrant un niveau de détail plus que satisfaisant certains plans manquent légèrement de piqué. Quoique visible et observable il ne s'agit pas là d'un défaut majeur. Heureusement il s'agit d'un des rares points faibles de ce transfert.
La palette de couleur, parfois très éclatée, est solidement reproduite et rend pleinemement justice au travail de Vittorio Storaro (directeur photo). Les couleurs ont une saturation et brillance tout a fait étonnante mais sans jamais éclatées. Les parties sombres offrent quant à elles des dégradés subtiles et un niveau de détail plus qu'acceptable. Les noirs sont profonds et purs. Le contraste est de son côté parfaitement ajusté tandis que la brillance (niveau des noir) est constante.
Quelques petits défauts de compression se remarque; un subtil fourmillement et une légère sur-définition des contours. Là encore il s'agit de défauts mineurs.


Son
Trois bandes sonores sont offertes avec cette édition, toutes trois anglaises (Dolby Digital 5.1, DTS et Dolby Stereo 2.0). À l'instar de la présentation visuelle, les mixages anglais Dolby Digital 5.1 et DTS sont de qualité satisfaisante. Ces mixages sont d'un bon dynamisme mais c'est surtout l'amplitude du son et un champ sonore pleienement déployé qui plaisent. L'image stéréophonique est articulée et offre une belle profondeur. Les enceintes arrières sont utilisées sporadiquement, les transitions canaux à canaux (avant/arrière) sont particulièrement bien réussies. Les dialogues quand à eux bien intégrés à l'espace sonore et toujours intelligibles. Les basses sont quant à elles solides et bien étalées. Le canal .1 (LFE) est utilisé de façon ponctuelle, sans agressivité inutile.
La bande DTS offre à quelques occasions une plus grande puissance au niveau des basses et un peu plus de dynamisme que la bande Dolby Digital 5.1.
Notons finalement la présence de sous-titres anglais (cc). Il est dommage qu'on ait pas pris la peine de produire des sous-titres français dans le cas de cette ré-édition.


Suppléments/menus
Cette édition de Dune, mise en marché par Artisan, offre une quantité plus que respectable de suppléments.
Les trois épisodes sont tout tous accompagnés d'une piste de commentaires audio animée par le réalisateur John Harrison. Ce dernier, accompagné de plusieurs artisans du film, nous informe tout autant sur les défis techniques de la production que sur les dilemmes causés par l'adaptation de l'oeuvre original. Le résultat est captivant et il s'agit d'une piste de commentaires audio qui vaut certainement l'écoute. Notons le solide de travail de préparation fait en vue de l'enregistrement de cette piste qui ne s'éssoufle malgré les 295 minutes de celle-ci.
En plus de la piste de commentaires audio, chacun des trois disques offre son lot de suppléments.

Sur le premier disque vous trouverez en premier un documentaire d'une demi-heure sur la création de la mini-série. Le segment, intitulé The Lure Of Spice ne tombe heureusement pas dans le piège de la promotion et reste toujours informatif, sans se perdre dans aucune complaisance inutile.
Il est également possible de visionner trois galeries de photos. La première nous présente des photographies de la production, la seconde nous offre les dessins préparatoires des personnages tandis que la dernière offre des vignettes-scénario.
On retrouve finalement sur ce disque une entrevue avec le compositeur de la trame sonore, Graeme Revell. Ce dernier a travaillé sur plus d'une soixantaine de productions de grande envergue telles que The Negociator, Pitch Black et Titan A.E.. Il est intéressant de voir sa vision du travail colossal qu'est de créer une bande sonore pour une oeuvre aussi longue et complexe que Dune.

Le deuxième disque prend une toute autre approche; portant plus sur l'univers de Dune. Il est possible d'abord d'écouter les propos de plusieurs scientifiques, en table ronde, discutant de la science fiction et du rapport à la science. Voilà un supplément qui a le mérite de prendre un certain recul pour mieux saisir et évoquer des enjeux plus généraux.
Suit un segment vidéo d'une dizaine de minutes animé par Willis McNelly. L'auteur du Dune Encyclopedia met notamment en relation certains des thêmes de Dune et la situation du pétrole au Moyen-Orient.
On retrouve finalement avec ce deuxième disque des notes de production et des informations sur les artisans/acteurs.

Le troisième disque maintient le rythme et offre quelques courts segments tout à fait intéressants. On retrouve tout d'abord Defining The Messiah, un documentaire d'une quinzaine de minutes sur les enjeux religieux de Dune. On y parle ainsi des différentes religions et leur représentation du messie.
Dans la même veine, on retrouve une entrevue avec le réalisateur John Harrison qui aborde les thèmes de la religion et du terrorisme. La discussion trace une fois des liens entre Dune et ces différents thèmes.
Sur un plan plus technique, il y a une entrevue avec le directeur de la photographie Vittorio Storaro. Ce dernier décrit intelligement l'utilisation des couleurs qui a été faite et de l'impact de celles-ci. Ce segment est très pertinent compte tenu qu'il est rare de voir ce genre de sujets traités dans les suppléments habituels.
Notons la présence d'images donnant un aperçu de ce que sera la suite de Dune, Children of Dunes. Actuellement en production. Children of Dunes sera diffusé en 2003. Deux bandes annonces d'autres produits Artisan (Van Wilder et la nouvelle trilogie de Rambo) complètent les suppléments de cette édition.
Déplorons en terminant les problèmes de navigation engendrés par les menus de cette édition. En effet, les producteurs de cette édition ont cru bon concevoir un système de navigation futuriste où chacune des options est représentée par deux simples lettres (par exemple : P/M pour démarrer la lecture du film). Encore plus confus, un simple cercle vide sert de retour arrière... Parfois il est préférable d'opter pour des menus plus sobres mais qui sont faciles à naviguer, car au bout du compte c'est la navigabilité qui compte et non les artifices.




Conclusion
Artisan nous livre ici une édition d'excellence qualité d'une mini-série réussissant à capter le complexe univers de Dune. Il n'y a qu'une question à se poser toutefois, pourquoi ces derniers n'ont-ils pas effectué ce travail dès la première édition de la série... Mieux vaut tard que jamais!


Qualité vidéo:
3,6/5

Qualité audio:
4,0/5

Suppléments:
4,2/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
4,0/5
Auteur: Steve Tremblay

Date de publication: 2002-06-26

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 16:9 Samsung HCL5515W, Récepteur Harman/Kardon AVR310, Lecteur DVD Panasonic RP91, enceintes Cerwin Vega, câbles Accoustic Research

Le film

Titre original:
Dune

Année de sortie:
2000

Pays:

Genre:

Durée:
295 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Artisan

Produit:
DVD

Nombre de disque:
3 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.78:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise DTS
Anglaise Dolby Digital 5.1
Anglaise Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais

Suppéments:
Piste de commentaires audio, documentaires sur la production, notes de production, galerie de photos

Date de parution:
2002-06-11

Si vous avez aimé...