Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Dude Where's my Car

Critique
Synopsis/présentation
Les équipes marketing des studios ont-elles découvert un nouveau créneau? Tout indique que oui. Depuis quelques années la comédies grossière misant sur des personnages absurdes, voir imbéciles, est en vogue. Quelques exemples de productions du genre proposées au cours des dernières années: Road Trip, Me Myself and Irene, Freddy got Fingered et maintenant Dude Where's my Car.
Deux adolescents Jesse (Ashton Kutcher ) et Chester (Seann William Scott) se lèvent un matin aigris par une soirée rocambolesque, le problème est qu'aucun des deux personnages ne se souvient de rien. Leurs copines, deux jumelles dont c'est l'anniversaire, attendent impatiemment leurs présents. Malheureusement nos deux lurons ne retrouvent plus leurs voiture dans laquelle se trouve les cadeaux. Au fil des recherches de leurs voiture ils sont entraînés dans la quête d'un objet mystérieux venu de l'espace...
Ce qui est étonnant avec cette tendance cinématographique hollywoodienne est la propension à présenter des personnages carrément débiles. Il est évident que la psychologie de ses personnages répond à des phantasmes d'adolescents mâles, films d'ailleurs destinés à cet auditoire. Les signes de pulsions (phantasmes) sont tous évoqués: voiture de luxe, argent, jeune femme au buste imposant, etc... Il serait faux de dire que ce type de film est l'unique apanage de notre époque, chaque période a connu des films du genres. Que l'on repense à Risky Business (1983) où là encore le fil conducteur était l'expression de pulsions de jeunes mâles. Ce qui est peut-être plus navrant est que maintenant les personnages gagnent en stupidité et grossièreté à chaque nouvelle production du genre; le barème ultime ayant été établi par Freddy got Fingered.
Ne chechez pas ici un scénario ou des performances d'acteurs, tout est prétexte à gags qui, trop souvent, tombent à plat.



Image
Dude Where's my Car est présenté en format original d'après un transfert anamorphique. La définition de l'image est, somme toute, de belle facture. Les détails et textures sont justement rendus quoiqu'à l'occasion certaines scènes semblent manquer un peu de piqué.
Les couleurs de ce film sont riches, leurs rendus parait exact et sans aucun débordement. Les tons de peau paraîssent naturels, quoique tendant légérement vers des tons chauds à certaines occasions ( dû à la photographie et non au transfert. Les parties sombres sont correctement dégradées et les noirs purs. Ce transfert est constant, on ne remarque aucune fluctuation du contraste et de la brillance.
L'image est exempte de parasites, toutefois on dénote une légère sur-définition des contours (à certains moments) en plus d'un certain fourmillement dans les arrières plans.



Son
Deux bandes sonore sont proposées sur cette édition: anglaises Dolby Digital 5.1 et 2.0 Surround. Voilà un des rares titres de Fox à ne pas offrir de bande-son française. Pourquoi? Deux raisons peuvent expliquer cette absence. D'abord aucune bande française n'était peut-être disponible au moment de la mise en production de cette édition (en DVD la production d'un titre débute de 90 à 120 jours avant sa sortie) ou bien on a pas voulu utliser le doublage européen.
La bande sonore anglaise Dolby Digital 5.1 se déploie principalement des enceintes avants. Un certain dynamisme est de mise mais rien d'extravagant. La trame-sonore est rendue avec fidélité et est l'élément le plus actif et dynamique de ce mixage. Les dialogues sont correctement rendus et demeurent tout au long du film intelligibles. Les canaux arrières sont timidement utilisés, majoritairement pour des sons d'ambiance. On dénote des basses dont la présence est parfois très appuyée, on fait une utilisation active du canal .1 (LFE).



Suppléments/menus
Premier élément des suppléments, une piste de commentaires audio animée par le réalisateur Danny Leiner et les deux principaux acteurs (Seann William Scott et Ashton Kutcher). Cette piste est exactement à l'image du film, les trois protagonistes racontent leurs anecdotes, leurs phantasmes (j'aurais voulu coucher avec telle actrice...) et donnent finalement peu d'informations sur la production. Le ton est parfois hystérique, on se demande sérieusement si un resposable chez Fox a fait l'écoute de cette bande avant d'en autoriser la diffusion tant le propos est parfois puéril.
On retrouve par la suite sept scènes en versions longues et/ou altérées. Il ne faut pas s'attendre ici à des différences fondamentales, les changements sont subtils.
Suit un segment sur la réalisation du film destiné, bien sûr, à des fins promotionnelles. D'une durée d'environ quatre minutes, ce segment est d'un intérêt nul. Finalement on retrouve un vidéo (Stoopid Ass de Grand Theft Audio) et les bandes annonces du film (cinéma, télévision, trame-sonore).



Conclusion
Si ce genre de film vous plait sachez que Fox a produit ici une édition tout a fait acceptable. L'image est de qualité tandis que la bande-son (malgré une manque de spatialité) offre à l'occasion une certaine énergie. Les suppléments ne sont pas digne de mention


Qualité vidéo:
3,8/5

Qualité audio:
3,0/5

Suppléments:
3,2/5

Rapport qualité/prix:
3,4/5

Note finale:
3,6/5
Auteur: Mathieu Daoust

Date de publication: 2001-06-15

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC Widescreen 16:9 Toshiba TheaterWide TW40X81, Récepteur Pioneer Elite VSX-07 TX, Lecteur DVD Pioneer Elite DV-37, enceintes Paradigm, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
Dude Where's my Car

Année de sortie:
2000

Pays:

Genre:

Durée:
87 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Twentieth Century Fox

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Anglaise Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais
Espagnol

Suppéments:
Bandes-annonces, piste de commentaires audio, segment sur la réalisation (4 min.), scènes en version longue

Date de parution:
2001-06-26

Si vous avez aimé...