Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Desperate Hours

Critique
Synopsis/présentation
Michael Cimino fut un des grands espoirs du cinéma américain au cours des années 70 après avoir signé deux très grands films, The Deer Hunter (1978) et Heaven's Gate (1980). Malheureusement pour lui (et pour nous), Heaven's Gate, un western très ambitieux qui retrace de façon réaliste la construction des Etats-Unis en 1890, causa la chute du studio United Artists par son échec total en salles et son coût gigantesque (en partie dû au coté perfectionniste de Cimino et au remontage atroce du film perpétré par la United Artists).
Son film suivant, The Year of the Dragon (1985), est une grande réussite et encore une fois, un film très ambitieux complexe et maîtrisé (sur la diversité ethnique des Etats-Unis et la difficulté des divers peuples à cohabiter) qui marchera normalement au guichet. Après celui-ci, on se demande ce qui est arrivé à Michael Cimino car ses films suivants n'auront plus jamais la même intensité et ampleur. The Sicilian (1987) est l'exemple type du grand projet raté, il fut suivi par le film qui nous intéresse aujourd‘hui, puis son dernier en date, Sunchaser (1996, sans grand intérêt).
Desperate Hours (1990) est une reprise du film homonyme de William Wyler (Ben Hur 1959, Wuthering Heights 1939) où Humphrey Bogart tenait le rôle qui échoit aujourd‘hui à Mickey Rourke.
Michael Bosworth (M. Rourke), un dangereux criminel au Q.I. très élevé, s'échappe de son procès avec l'aide de son avocate (Kelly Lynch / Nancy Breers) puis rejoint son frère (Elias Koteas / Wally Bosworth) et un complice (David Morse / Albert). Il décide de prendre en otage une famille pour pouvoir attendre que son avocate se lave de tout soupçon de complicité. La maison qu'il a choisie est celle de Tim (Anthony Hopkins) et Nora (Mimi Rogers) Cornell, couple séparé, parents de 2 enfants. S'ensuit un huis clos psychologique entrecoupé par l'enquête de Chandler (Lindsay Crouse ), agent du FBI, lancée à leurs trousses.
De cette intrigue classique (tirée au départ d'une pièce à succès de Broadway), Michael Cimino tire un film curieux qui part dans beaucoup de directions à la fois sans en exploiter suffisamment aucune. De même, les acteurs, bien que solides, offrent des performances plutôt en retrait de leurs habitudes, dû sans doute au manque de direction. Les magnifiques mouvements de caméra et l'emphase de la mise en scène (qui servent admirablement ses films précédents) tendent ici a desservir les scènes d'intérieur.
Cependant, si l'on peut être déçu par le film au regard des autres oeuvres de l'auteur, il contient quelques moments comme seul Cimino sait en tourner (le début du film, la mort de David Morse). Le fait d'avoir utilisé des décors fixes (sans faux plafonds) pour la maison renforce le sentiment de claustration. Ces points positifs sont renforcés par la sublime photographie de Doug Milsome. On a donc l'impression que Michael Cimino a signé un film plus commercial qu'à son habitude et s'est légèrement désintéressé du sujet.
Un film agréable et divertissant malgré une certaine confusion dans les intentions du réalisateur.


Image
L'image de ce transfert anamorphosé est de la qualité à laquelle on est en droit de s'attendre pour un film datant de seulement 12 années. Un interpositif vierge de tout défaut est épaulé par un niveau de détails excellent et une définition solide (ayant tendance à chuter un peu lors des scènes d'intérieur).
Le travail sur les couleurs est du même acabit avec des scènes en extérieur au rendu splendide. Les contrastes sont correctement rendus. Les noirs et dégradés sont de qualité tout à fait acceptable.
Quelques problèmes de fourmillement sont a déplorer sur les scènes d'intérieur mais il faut reconnaître que la photographie très complexe du film ne facilite pas le travail. Le transfert ne présente aucun autre défaut numérique.


Son
Les deux bandes-son disponibles avec cette édition sont en anglais et français au format Dolby 2.0 stéréo. La dynamique est plutôt en retrait même si elle reste d'un niveau acceptable. La sensation d'espace est bien rendue mais au détriment de la précision, ce qui nous donne une légère sensation de confusion.
La séparation des canaux est correcte mais limite les effets d'ambiance (dont le film n'aurait pas réellement à profiter par ailleurs). Les dialogues sont par contre très bien traités et les accents (très différents) des divers personnages ressortent parfaitement.
Les basses fréquences sont bien présentes tout au long du film, elles profitent surtout à la musique et à la fusillade finale (où curieusement la dynamique fait un retour en force).
Il s'agit là d'une bonne piste Dolby 2.0 stéréo que seule une comparaison avec une piste en 5.1 pourrait faire passer pour faible.


Suppléments/menus
Ils sont réduits à leur plus simple expression en la présence d'une simple bande annonce, néanmoins de facture correcte. Pour un film aussi récent dont tous les artisans sont encore en vie, il aurait été aisé de concocter un petit document (comparant le présent film à l'ancienne version).




Conclusion
Une édition correcte techniquement (bien que perfectible) compte tenu du prix de vente. Cependant, un ou deux suppléments auraient été les bienvenus pour aider cette édition à donner une seconde chance à cette œuvre qui mérite d'être redécouverte.



Qualité vidéo:
3,4/5

Qualité audio:
2,8/5

Suppléments:
0,5/5

Rapport qualité/prix:
3,0/5

Note finale:
2,5/5
Auteur: Stefan Rousseau

Date de publication: 2002-04-12

Système utilisé pour cette critique: Projecteur Sharp XV Z9000, Lecteur de DVD Toshiba SD500, Recepteur Denon, Enceintes Triangle, Câbles Banbridge et Real Cable.

Le film

Titre original:
Desperate Hours

Année de sortie:
1955

Pays:

Genre:

Durée:
105 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
MGM

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby 2.0 stéréo
Française Dolby 2.0 stéréo

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
Bande-annonce

Date de parution:
2002-04-12

Si vous avez aimé...