Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Dandelion Dead

Critique
Synopsis/présentation
Ce téléfilm diffusé pour la première fois par HBO en 1993 est la mise en scène d'un fait véridique qui deffraya la chronique britannique en 1921. Dans un village de la banlieue londonienne un homme pourtant de la bourgeoisie confesse le meurtre de deux hommes d'affaire, et de sa propre femme.
C'est sur cette base que se développe Dandelion Dead, dans cette Angleterre qui vient de connaître une première guerre mondiale plutôt éprouvante et aussi la fin de l'époque Victorienne qui marqua profondemment le style de vie d'une population entière.
Nous suivons donc Major Herbert Armstrong au quotidien, entre son jardin (envahit par les pissenlis), sa vie marqué par une femme à la personnalité puissante, et un travail d'avocat conseil dans son village. Ce personnage est une espèce de dilettante, savourant sa vie avec ses enfants et les "petites choses de la vie". Le parrallèle entre son jardin et sa vie est l'élément symbolique de ce film. Lorsque les choses vont commencer à dérailler dans son quotidien (dérive autoritaire et humiliante de sa femme, concurrence professionnelle), il va traiter ses problèmes de la même manière que les pissenlts de son jardin : à l'arsenique.
Un personnage très intéressant, pris dans la tourment de sa propre vie et qui se lance en avant sans bien réfléchir aux conséquences.
Ce téléfilm réalisé par Mike Hodges n'est pas sans rappeler à certains niveaux son premier film pour le cinéma Get Carter (1973) avec Michael Caine. Une description de l'Angleterre hors de Londres, et surtout, l'omniprésence d'un humour noir de très bonne facture qui permet de dédramatiser des situations qui pourraient verser dans le mélodrame. Rien à voir avec le film certainement le plus connu réalisé par Mike Hodges, la version Dino de Laurentis de Flash Gordon (1980), qui a certainement marqué beaucoup de personnes par son exubérance visuelle et sonore (film qui a permis à beaucoup de monde de découvrir le groupe rock Queen).
Les acteurs offrent des prestations dans le ton, la performance de Michael Kitchen (le Major) est tout à fait convaincante et nous présente toute la dualité de cet homme. A noter David Thelwis dans le rôle d'un ancien soldat devenu avocat, qui améne le Major à commettre ces actes. La même année, David Thelwis remporta la palme du meilleur acteur à Cannes (1993) pour le film de Mike Leigh : Naked.
Dandelion Dead est un téléfilm qui évolu entre le drame et la comédie de mœurs. La durée de ce téléfilm (203 minutes) a permis au réalisateur de déveolopper toute la logique du Major, de comprendre un peu mieux comment un homme de bonne réputation, Ancien-combattant et Franc Maçon à pu glisser vers ces extrêmes. C'est là certainement la force du film : ce personnage et son double visage a tout pour être méprisable, mais l'habile mise en situation évite tout jugement trop hâtif sur l'homme en question. Un très bon téléfilm qui augurait certainement déjà de la qualité des productions à venir sur la chaine payante HBO.



Image
Dandelion Dead est présenté au format respecté de 1.33:1 (4:3).
La définition, sans être optimal, est acceptable, typique de production télévisé ou une certain grain est visible. Les couleurs, un peu délavées, manque de saturation et donnent une image un peu terne. Néanmoins, les tons de peaux sont réalistes et la paleur de l'ensemble donne à cette œuvre vieille de 10 ans un cachet qui n'est pas désagréable. Les noirs sont profonds bien que les parties sombres manquent parfois de détails dans les scènes à haut contrastes.
Nous n'avons pas constaté de surdéfinition des contours, ni de fourmillement, la compression ayant été bien réalisée. Dans l'ensemble, l'image est de très bonne facture, les petits détails manquant probablement liés au matériel source (télévisuelle).


Son
Seule une piste sonore anglaise est offerte et ce, en format Dolby mono. Le son est correctement restitué mais limité par une prise de son et un mixage très peu travaillé. Les dialogues, élément sonore principal, sont toujours nets et bien distincts. Un remixage Surround en stéréo aurait permis de s'immerger un peu plus dans cette ambiance provinciale, mais aurait certainement trahi l'œuvre originale. Nous pouvons regretter qu'une bande sonore française n'est pas été incluse, si du moins ce téléfilm a été doublé. Malheureusement il n'y a option de sous-titrage qu'en anglais (cc).



Suppléments/menus
Les suppléments de cette édition s'ils ne sont pas nombreux permettent néanmoins d'en apprendre un peu plus sur cette production.
Le premier supplément est jeu-questionnaire ou le spectateur est interrogé sur différents points du film dans une série de question à choix multiples. Si les réponses négatives donnent immanquablement le même texte, les bonnes réponses emmênent vers la question suivante et permettent enfin d'arriver au menu principal (on peut naturellement y accéder sans passer par ce questionnaire). Une idée très intéressante surtout placée en début du film qui ammène le spectateur à déjà évaluer certains personnages et certaines situations. Une bonne idée qui n'est malheureusement pas exploitée à son plein potentiel.
Parmis les autres suppléments nous trouvons aussi des textes (biographies des acteurs principaux et du réalisateur), mais aussi puisque qu'il s'agit d'un fait vécu, de brèves biographies des réels protagonistes et des notes de productions (behind the scene).
Des suppléments très simples qui ne révolutionneront pas le genre. La valeur de cette édition réside principalement dans le téléfilm présenté; une entrevue avec le réalisateur (ou une piste de commentaires audio) aurait été de mise).




Conclusion
Si ce téléfilm a déjà une dizaine d'année, il n'a que peu vieilli. Les thèmes abordés sont et seront toujours d'actualités. La description de cette Angleterre victorienne étouffée par la tradition et l'apparence morale, et surtout la manière d'y échapper (le flegme et l'humour), sont autant de repères pour mieux comprendre la civilisation britannique contemporaine. La qualité de cette édition DVD fournit par HBO est techniquement acceptable quoique du côté des supplément nous restons quelque peu sur notre fain.


Qualité vidéo:
3,0/5

Qualité audio:
2,5/5

Suppléments:
2,0/5

Rapport qualité/prix:
3,0/5

Note finale:
3,0/5
Auteur: Thomas Geoffroyd

Date de publication: 2002-08-05

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur Sony Wega KV27; Préampli Audio refinement par YBA Pre-2; Ampli Audio refinement par YBA Multi-5; Enceintes JmLabs; Sub REL Strata III; Lecteur DVD Toshiba Sd1200; cables et interconnects Cardas/Audioquest.

Le film

Titre original:
Dandelion Dead

Année de sortie:
1993

Pays:

Genre:

Durée:
203 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
HBO

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.33:1

Transfert 16:9:
Non

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby mono

Sous-titres:
Anglais

Suppéments:
Biographies, jeu-questionnaire et notes de production

Date de parution:
2002-08-28

Si vous avez aimé...