Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Enemy Of The State (Unrated Extended Cut)

Critique
Synopsis/présentation
Alors qu’il magasine dans une boutique de lingerie féminine à la recherche d’un cadeau de Noël pour sa femme, l’avocat Robert Clayton Dean (Will Smith) rencontre un ami d’enfance qui, après une brève salutation, se sauve en courant, fuyant des agents fédéraux. Avant de partir, l’ami en question glisse une disquette dans le sac de Dean à son insu. Peu de temps après, c’est au tour à Dean d’être poursuivi, sans même comprendre pourquoi: Sa maison est vandalisée, ses cartes de crédit et de débit sont annulées, des photos compromettantes sont envoyées à sa femme, … Dean finit par découvrir la disquette et le contenu si important: L’assassinat d’un membre du congrès par un haut-placé de la National Security Agency. Maintenant, il en revient à Dean de mettre au jour se complot, tout en se sauvant de ses assaillants.

Prolongé d’environ neuf minutes, ce nouveau montage n’apporte rien de véritablement neuf au scénario. Les ajouts se font plutôt lors des scènes d’action ou pour quelques dialogues sans importance.


Image
Le film est présenté au format d’image respecté de 2.35:1 d’après un transfert 16:9.

L’interpositif utilisé affiche quelques défauts mineurs, mais notables dans certains cas. Un point noir dans un ciel clair, ou, au contraire, un point blanc dans une zone sombre de l’image ne passe évidemment pas inaperçu. Heureusement, ceux-ci sont assez peu nombreux. Pour la définition générale de l’image, rien de bien majeur à déclarer. Les plans demeurent bien définis, avec un excellent niveau de détails et des textures correctement reproduites. Les couleurs sont rendues avec naturel et justesse, sans débordement ou problème quelconque. Certaines scènes affichent des couleurs stylisées (légèrement bleuté ou grisâtre) à des fins artistiques, mais ceci n’affecte pas le naturel de la palette. Le niveau de noir est excellent, alors que les contrastes sont très bien gérés. Nul besoin de dire que cela favorise grandement les nombreuses scènes se déroulant dans la pénombre. Les dégradés sont fluides et ne bloquent pratiquement jamais. Ceux-ci mènent à des noirs profonds et purs.

Numériquement, on note l’absence d’effet fantôme, malgré les nombreuses scènes en basse lumière. Cependant, un halo est souvent visible, mais peu intrusif.

Le changement de couche survient après environ 96 minutes et 34 secondes.


Son
Avec cette édition, une seule bande sonore est disponible, soit la version originale anglaise au format Dolby Digital 5.1. Aucun doublage, pas de DTS non plus.

Digne des films du type «Running man», le mixage sonore présente un accompagnement pratiquement parfait pour ce film. La bande-son est particulièrement dynamique, avec une exploitation constante de l’environnement sonore. Lors des poursuites en pleine ville, il est fréquent d’entendre les canaux d'ambiophonies fourmiller d’activité, comme le passage des voitures ou le survol des hélicoptères. De nombreux tirs, ricochets et explosions sont également audibles. La recette Bruckheimer à son meilleur. Par contre, contrairement à d’autres films d’action, l’histoire constitue une part importante. Dans toute branle-bas de combat, les dialogues demeurent nets et intelligibles. Aucune parole n’est masquée par un effet sonore et les problèmes de captation restent inexistants. La trame sonore est très bien intégrée au mixage en générale, supportant fièrement l’action vue à l’écran. Les basses sont très bien introduites au tout, alors que les extrêmes graves (LFE, canal .1) grondent à plusieurs reprises.

Seul des sous-titres anglais sont disponibles. Tout porte à croire que Touchstone (filiale de Disney) ne porte pas les francophones dans son coeur.


Suppléments/menus








Conclusion
Avec Enemy of the State, Bruckheimer produit un film qui mène l’action au même niveau que ses autres productions: Con Air, Armageddon, The Rock, Gone in Sixty Seconds, etc. La différence, ici, c’est que l’histoire n’est pas seulement un prétexte pour juxtaposer fusillades, poursuites et explosions. Le tout se tient du début à la fin, avec une intrigue continue dans un contexte relativement réaliste.

Techniquement, cette édition est un pas timide vers l’avant, au lieu d’être la grande enjambée qu’une édition spéciale devrait être. Le transfert vidéo est meilleur, mais pas parfait, alors que la bande sonore est semblable à celle de l’édition précédente. Les suppléments sont intéressants, mais peu nombreux. De plus, l’abandon du Français, en bande-son ou sous-titrée, est déplorable.


Qualité vidéo:
3,8/5

Qualité audio:
3,8/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
3,6/5

Note finale:
3,7/5
Auteur: Martin Roy

Date de publication: 2006-07-07

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 16:9 Hitachi 51F500, Récepteur/Lecteur DVD/Enceintes Panasonic SC-HT700

Le film

Titre original:
Enemy Of The State

Année de sortie:
1996

Pays:

Genre:

Durée:
140 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Buena Vista

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais (CC)

Suppéments:
Documentaire et séquences tournées dans les coulisses, scènes inédites et bandes-annonces

Date de parution:
2006-05-16

Si vous avez aimé...