Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Event Horizon (Special Collector’s Edition)

Critique
Synopsis/présentation
Paul W.S. Anderson est un réalisateur un peu à part, en effet en un peu plus de 10 ans de carrière, ce dernier a réussi à se créer ce qu'on pourrait qualifier d'un anti-culte assez conséquent. Il possède la réputation peu enviable de tueurs d'adaptation de franchise de jeux vidéo au grand écran. On lui doit notamment les magnifiques navets Mortal Kombat, Resident Evil et l'atroce Alien Vs Predator. Il est aussi le réalisateur du mémorable Soldier qui aurait pu être un excellent film si le traitement n'en avait pas été aussi pathétique.

En 1997, il réalise son troisième film Event Horizon. Ce film restera une anomalie dans l'ensemble de la carrière du réalisateur, en effet il a réussi ici un excellent film d'ambiance.
2040, l'humanité a conquis la partie de son système solaire la plus proche de sa planète natale. La seule tentative sérieuse de franchir les confins de son isolement s'est soldée par la perte du vaisseau expérimental Event Horizon et de son équipage. Sept ans plus tard, le navire réapparaît mystérieusement aux environs de Saturne. Les membres de l'équipage du vaisseau de sauvetage Lewis & Clark constitué du capitaine Miller (Laurence Fishburne), son second le lieutenant Starck (Joely Richardson), le pilote Smith (Sean Pertwee), les techniciens Cooper (Richard T. Jones) et Justin (Jack Noseworthy) ainsi que le personnel médical Peter (Kathleen Quilam) et D.J. (Jason Isaac) se voient tirés d'une période de repos bien méritée et envoyés aux confins du système solaire afin de lever le voile sur le mystérieux destin du vaisseau perdu. Ils sont accompagnés par le Docteur William Weir (Sam Neil), concepteur du Event Horizon et de l'expérience secrète qu'abrite le navire spatial.

Dès le début du film l'atmosphère est lourde et la tension entre les personnages est palpable, Neil est un étranger encombrant qu'on a imposé à l'équipage du Lewis & Clark pour le temps d'une mission indésirable et dangereuse aux confins du système solaire. Les acteurs font un travail remarquable et une très grande partie de la réussite du film leur est redevable. Event Horizon est une oeuvre fantastique qui penche franchement du coté du film d'horreur ou la science-fiction n'est qu'une toile de fond servant essentiellement à augmenter l'oppression ressentie lors du visionnement. Le film baigne dans une ambiance des plus gothiques, aussi bien dans les décors avec un Event Horizon dont l'architecture est intégralement tirée de la cathédrale Notre-Dame et une histoire aux échos religieux plus ou moins dénaturés et une mise en garde très claire sur les dangers de l'exploration de phénomènes scientifiques peu ou mal compris.

Il aurait été très facile de tomber dans l'excès et faire un film gore qui surenchérit constamment sur lui-même mais le réalisateur (ou plutôt le studio comme nous le verrons dans la partie consacrée aux suppléments) a réussi à produire une oeuvre équilibrée qui terrifie le spectateur dès les premières minutes et ne lâche plus jusqu'au final ensanglanté.
Event Horizon est un film relativement unique qui à fortement le goût d'une série B mais qui laissera une impression durable dans la psyché du spectateur.


Image
L'oeuvre de Paul W. Anderson nous est présentée au format respecté de 2.35 dans un transfert 16:9.

Event Horizon fait partie des films qui ont été offerts en DVD très (trop?) tôt et le premier transfert fût des plus pathétiques, non 16:9 (boite aux lettres) avec des couleurs anarchiques , des noirs rougeâtres et des niveaux fantaisistes. Le transfert a été complètement refait pour cette édition et ce deuxième transfert est un infiniment meilleur.
L'interpositif est bon sans être excellent, le film à presque 10 ans et a été filmé avec un budget qui sans être faible n'était pas celui d'une super production. L'image est cependant nette et les textures sont bien définies avec un niveau élevé de détails.
Les couleurs sont magnifiquement rendues et naturelles tout au long du film, la saturation est irréprochable et on ne constate aucun débordement. Si la brillance est parfaitement ajustée le contraste par contre est très légèrement trop élevé. La majeure partie du film se déroulant dans la pénombre la qualité des ombres est extrêmement importante ici, heureusement le transfert offre un excellent niveau de détails dans les parties sombres de l'image avec des noirs très purs et profonds.
On ne constate aucune surdéfinition de contours ou autre parasites désagréables de compression si ce n'est la présence d'un blocage assez important dans la fumée pendant le générique, certainement du aux effets spéciaux originaux, le reste du film est irréprochable.
Le transfert de cette édition est excellent et fait honneur à la magnifique imagerie gothique de l'oeuvre.


Son
L'édition nous offre pas moins de trois bandes-sons anglaises différentes, Dolby Digital 5.1 et 2.0 ainsi qu'une option DTS 5.1 non annoncée sur la pochette et une bande-son française Dolby Digital 5.1. Les sous-titres ne sont disponibles qu'en anglais et en espagnol, on regrettera l'absence de sous-titres français pour les ceux qui ne parlent pas l'anglais.

Contrairement aux séries ou la tendance est plutôt de voir l'option audio française de plus en plus rare, on se réjouira de voir que la bande-son multicanal française est maintenant quasi systématiquement présente dans le cas des films, même dans les éditions pour collectionneurs.
Nous nous intéresserons à la bande-son anglaise DTS. Comme pour toutes les pistes audio de film la dynamique est assez importante, on remarquera cependant un niveau d'enregistrement très élevé par moment qui provoquera un certain écrêtage lors de l'écoute, un phénomène malheureusement de plus en plus courant dans le domaine de la musique duquel le cinéma avait été pour le moment été épargné. Il faut espéré que les niveaux constatés pour Event Horizon resteront une exception. Le son bénéficie, bien entendu d'une excellente présence ainsi que d'un ample champ sonore. Les éléments sont tous très bien intégrés, ni les éléments d'ambiance, ni la musique ne ressortent indûment. Les canaux ambiophoniques sont très bien utilisés, cela va de soit pour un film d'ambiance.
Les voix sont naturelles et les dialogues très clairs, on constate cependant un peu de réduction dynamique qui agacera certainement les audiophiles.
Bien que de bonne qualité lorsque présentes, les basses se font bizarrement rares. Le canal de fréquences extrêmes graves est très rarement utilisé dans la durée du film, c'est étonnant bien que pas vraiment dérangeant si ce n'est par l'irrationnel sentiment d'un manque quand on le sait.
Il est toujours agréable de constater la présence d'une bande sonore DTS dans les éditions pour collectionneurs cependant dans le cas de Event Horizon on en voit difficilement l'intérêt, la bande-son n'est pas vraiment suffisamment bonne pour que la différence entre l'encodage Dolby Digital (AC3) et DTS se fasse entendre.


Suppléments/menus
L'édition spéciale de collection de Event Horizon nous est offerte sur deux DVD, chacun sur son support plastique individuel, le tout dans un boîtier Amaray. Aucun livret n'est fourni et la jaquette externe est bilingue. On notera que la présence d'une bande-son anglaise DTS n'est mentionnée nulle part. Le boîtier possède aussi les stupides loquets de sûreté plastiques que l'on avait déjà vu sur les boîtiers des DVD distribués par Disney, leur intérêt (si ce n'est amuser un exécutif quelconque) nous échappe toujours. Le pire est que si on les enlève la tranche du boîtier devient franchement laide. Ce système aberrant est très énervant pour les vidéophiles fébriles qui manque de détruire leur boîtier à chaque envie cinématographique pressante.

Les suppléments se présentent sous la forme d'un commentaire ainsi que d'une série de documentaires, de scènes coupées ou non filmées et de bandes annonces.
Sur le premier disque on trouve le commentaire fait par le réalisateur Paul W.S. Anderson et le producteur Jeremy Bolt. L'ambiance est étrange, les deux commentateurs ne semblent pas être dans les meilleurs termes. En effet, dès le début du commentaire, on perçoit un certain mépris de Paul W.S. Anderson pour le producteur qui mettra mal à l'aise plus d'un auditeur.
Le reste du matériel supplémentaire se trouve le deuxième disque.
The Making Of Event Horizon est un documentaire d'environ 1h43 qui part un peu dans tous les sens. Le tronçonnage en cinq différentes parties (Into The Jaws Of Darkness, The Body Of The Beast, Liberate Tutume Ex Infernis, The scale To Hell et The Womb Of Fear) est fait de façon qui semble arbitraire n'aide pas à clarifier la confusion. Bien qu'informatif ce documentaire sera grandement redondant avec le commentaire, les informations étant globalement les mêmes dans ces deux suppléments. On conseillera cependant le documentaire qui est bien moins dérangeant que le commentaire.
Le deuxième documentaire, intitulé The Point Of No Return : The Filming Of Event Horizon s'articule autour du filmage en lui-même et n'apportera que peu d'informations supplémentaires au précédent.

Comme sur les DVD de ses autres films Paul W.S. Anderson nous parle de la bien meilleure version super secrète que personne y l'a vue(tm) du film que le studio n'a pas laissé faire... La tirade est classique pour le réalisateur et il a maintenant tellement l'habitude de la sortir qu'il le fait même ici alors que le film est plutôt une réussite. En fait au fil des documentaires on en vient à se dire que, pour une fois, on est bien heureux que le studio ait mis son nez dans le film, ça nous a évité de subir un film brouillon trop long et excessivement gore. Si les discours du réalisateur et du producteur révèlent une chose c'est bien qu'ils n'ont réussi ce film que par hasard, presque sans s'en rendre compte d'ailleurs car ils ne semblent toujours pas le savoir...
On trouve ensuite une section intitulée Secrets constituée d'une scène coupée très intéressante et de deux scènes étendues qui n'apportent absolument rien. Toutes les scènes sont accompagnée d'un commentaire du réalisateur.
The Unseen Event Horizon dévoile une scène de la fameuse bien meilleure version super secrète que personne y l'a vue(tm) qui a été retirée du film très tôt dans le cycle de production.
Le tout est complété par la bande-annonce en salle et la bande-annonce vidéo.

Cela forme un ensemble très complet de suppléments qui seront très informatifs pour le spectateur même si les informations qui transparaissent ne sont peut-être pas celles qui étaient prévues au départ.



Conclusion
Event Horizon est le produit étrange d'une excellente distribution d'acteurs, d'un bon scénario, d'un mauvais réalisateur et d'un studio interventionniste. Contrairement à toutes les attentes cette étrange formule a réussie à produire ici un film dont la lourde ambiance gothique captive du début jusqu'à la fin.
La nouvelle édition DVD fait enfin honneur à l'oeuvre, l'image est superbe et le son tout à fait correct même si un remixage un peu moins violent aurait permis d'apprécier le format DTS offert ici. L'achat de cette édition de collection est vivement conseillé surtout si vous possédez l'horrible premier transfert.


Qualité vidéo:
4,0/5

Qualité audio:
3,5/5

Suppléments:
3,0/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
3,7/5
Auteur: Pascal Cauden

Date de publication: 2006-06-21

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur Toshiba 50HX70, Amplificateur Denon 3801, Enceintes Energy XL-26(x2), XL-C, XL-R (x4), Caisson d'extrêmes graves Klipsch KSW 12, HTPC (composantes 1080i. Lecteur: Media Portal/decodeur mpeg2 et audio : Dscaler 5

Le film

Titre original:
Event Horizon

Année de sortie:
1997

Pays:

Genre:

Durée:
95 min. minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Paramount

Produit:
DVD

Nombre de disque:
2 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:

Bande(s)-son:
Anglaise DTS
Anglaise Dolby Digital 5.1
Anglaise Dolby 2.0 Surround
Française Dolby Digital 5.1

Sous-titres:
Anglais (CC)
Espagnol

Suppéments:
Commentaire, documentaires, scènes supplementaire

Date de parution:
2006-04-18

Si vous avez aimé...