Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Chaplin, The artist in his Prime (1918-1923)

Critique
Synopsis/présentation
Il existe déjà bon nombre de DVD compilant les films de Chaplin et l'apparition de ce coffret à très petit budget pourrait avoir de quoi intéresser.
Il couvre la période First national avec laquelle il avait signé un contrat de 8 films. La période couverte par ce DVD inclus aussi l'année de la création de la United Artist (Chaplin, D. Fairbanks et Mary Pickford), mais contractuellement Chaplin ne pourra sortir son premier film sous la bannière de la United qu'en 1923 (A woman in Paris, non inclus). La période représentée est intéressante, en effet, c'est avec The Kid que Charles Chaplin passera pour la première fois derrière la caméra. De plus, la pièce Tillies punctured Romance est considérée comme le premier long métrage de comédie.
La période représentée est aussi celle du sommet de la gloire de Chaplin en tant qu'acteur. Il se découvre le personnage de Charlot (qu'il approcha en 1915 dans le film The Tramp puis en 1918 dans le film Dog's life), qu'il utilisera tout au long de sa carrière. C'est donc dans cette période que le " charlot " s'est construit tel que nous le connaissons tous. Les films présentés sur ces trois disques sont : Shoulder arms, Sunny Side, A days pleasure, The cure, Tillies punctured romance, le classique The Kid, Idle Class, Pay Day et enfin le célèbre The Gold Rush.
Situer ces films dans la biographie de Chaplin est moins simple que la période décrite ci-dessus. En effet sur les neuf films présentés trois n'appartiennent pas à la période couverte (quatre films sur ces neuf n'ont pas les bonnes dates). The cure date de 1917 (1920 sur le coffret), Tillies Punctured Romance date de 1914 (1921 sur le coffret), Idle Class de 1921 (1922 sur le coffret), et enfin Gold Rush qui date de 1925 (noté 1923). Il est aussi intéressant de constater que Chaplin au long de sa carrière s'est permis de remasteriser ses propres films, tels The Kid auquel il otât en 1942 les scènes un peu trop sentimentales, ajoutat des effets sonores et fit remplacer les panneaux de textes par un enregistrement de sa propre voix. Ces version sont toutes aussi intéressantes que les originales et mériteraient de se voir présentées, ce qui n'est malheureusement pas le cas ici.
De ces premiers constats l'on remarque que le soin apporté à cette compilation de titres est moins qu'attentionnée, et si le contenu est à la hauteur du contenant, nous pouvons nous attendre au pire… Malheureusement l'attente n'est pas veine, le pire est effectivement à l'intérieur.



Image
Les transferts vidéos de vieux films sont souvent l'objet d'un dilemme, soit rester proche de l'original avec toutes les imperfections que cela représente (vieillissement de la pellicule, sous exposition etc…) ou alors remasteriser le tout au risque de "maquiller" l'œuvre originale. Un bon transfert se situe précisemment entre ces deux extrèmes.
Le choix de cette édition semble avoir été simple, numériser une copie de mauvaise qualité du 16mm original, autrement dit, tous les défauts qu'une bande peut avoir, rendus dans la splendeur et la définition du numérique.
Au format 1:33, la netteté de l'image semble plus dépendante de la qualité de la bande que du travail qui aurait pu être fait (par exemple, le célèbre Gold Rush est bien moins net que ne l'est Shoulder Arms tourné 7 ans avant). Les variations de lumières, si facilement corrigeable ont été laissée comme telles, les fils, égratignures et autres parasites présents sont là dans toute leur splendeur...
On peut lire sur la pochette la mention "State of the art Digital Mastering" En effet, rarement les défauts d'un vieux film n'ont été si parfaitement restitués. Il ne nous ai pas apparu de problèmes de compressions (le noir et blanc à du nous sauver de l'effet d'escalier (aliasing)), et la bande semblant tellement dans son état original lors de la numérisation nous n'avons pas constatés de problèmes de sur-définition ou de contraste trop accentué.
Vu l'état du matériel source, il est difficile de rentrer plus avant dans les détails, mais il sest évident que la qualité est bien en deça de ce que les technologies tant de nettoyage (physique ou numérique) que de normalisation des densités auraient pu offrir.


Son
Dans la grande tradition du muet, un piano style honky tonk accompagne la présentation des oeuvres. Ce dernier, encodé en Dolby mono.
La qualité audio est plutôt décevante, de plus il semblerait que les pièces musicales associées aux différents films ne soient pas ceux choisis par Chaplin, mais des réinterpétation de différentes pièces issues de différents films. S'il est clair que la présence d'un piano qui sonne bas de gamme fasse parti de l'expérience du muet, la présence et le dynamisme de ce dernier laisse complètement à désirer. Une stéréo sans effet de largeur auraient eue une présence bien plus intéressantee.
A noter que plusieurs fois durant les visionnement, le signal audio numérique se perdait, et le décodeur ne réussissait à le récupérer qu'après un passage dans le menu. Très désagréable.


Suppléments/menus
Ce coffret de trois disques est d'une durée totale de 362 minutes. Le premier disque propose une biographie succinte (4 pages de textes), et c'en est terminé des suppléments. A noter que la biographie dite Exclusive with little known about the artist se retrouve très facilement sur internet.
L'absence de livret ne vient qu'appuyer un sentiment de vide, les menus d'écrans ne proposant même pas de sélection de scène. Seul le début, et une approximative moitié de chaque film est sélectionnable. Ce coffret se situe très en dessous de ce qui se trouve généralement sur le marché.



Conclusion
Le prix très budget de ce coffret est amplement justifié tant la qualité et la diversité n'est pas au rendez-vous. Néanmoins, la possibilité de pouvoir avoir des classiques à un prix si réduit peut séduire, dès lors que l'héritage semble plus important que la qualité.
Il est suprenant de voir que l'éditeur, Koch Vision, ait entreprit d'éditer ce type de contenu. En effet, il semble que ses produits récents soient beaucoup plus orientés vers le très grand public, musiciens Rap et d'émission populaires pour la jeunesse, que vers la conservation et la distribution du patrimoine Cinéma. Devant le produit final, il semble se confirmer que le volume est plus important que la qualité...


Qualité vidéo:
2,0/5

Qualité audio:
2,0/5

Suppléments:
0,0/5

Rapport qualité/prix:
3,4/5

Note finale:
2,0/5
Auteur:

Date de publication: 2002-07-28

Système utilisé pour cette critique:

Le film

Titre original:
Chaplin, The artist in his Prime (1918-1923)

Année de sortie:
1918

Pays:

Genre:

Durée:
362 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Ventura Distribution

Produit:
DVD

Nombre de disque:
3 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.33:1

Transfert 16:9:
Non

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:

Sous-titres:
-

Suppéments:
Biographie

Date de parution:
2002-04-23

Si vous avez aimé...