Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Cape Fear

Critique
Synopsis/présentation
À la fin des années 80, Steven Spielberg contacte Martin Scorsese pour lui offrir de tourner une reprise de réalisé 19 années plus tôt par J. Lee Thompson. Scorsese était alors en plein processus de postproduction de son Goodfellas et avait refusé l'offre. Après la sortie du film, le studio revient à la charge et Scorsese accepte, considérant qu'il doit un autre film à la Universal pour le grand soutien prodigué lors de la sortie tumultueuse de The Last Temptation of Christ. Une légende du cinéma américain s'attaque donc à un classique du film de suspense et les résultats sont à la mesure de l'immense talent de Martin Scorsese.
La version de 1991 de Cape Fear est basée sur un argument différent de celle de 1962. Elle raconte l'histoire de l'avocat de la défense Sam Bowden (Nick Nolte) qui, 14 ans auparavant, a défendu le prédateur sexuel Max Cady (Robert de Niro) pour une brutale histoire de viol d'une mineure. À l'époque, Bowden a été pris de compassion pour la victime et a caché un rapport qui aurait pu servir à défendre son client. Une fois derrière les barreaux, Cady découvre cette faute professionnelle. À sa libération, il revient se venger.
La première chose qui frappe avec Cape Fear 1991 est la distance qui sépare les deux versions. Celle de 1962 montre une gentille famille victime d'un rancunier pathologique. En 1991, les choses sont beaucoup plus ambiguës: la gentille famille s'est transformée en une autre plus conflictuelle où le mari a des aventures, la femme est désabusée et l'adolescente a perdu son innocence.
Le personnage de Cady est un monstre méthodique, dans la première version, et une véritable créature mythologique ayant une dimension presque surnaturelle, dans la seconde. À la différence du premier Max Cady condamné par le témoignage de Bowden, celui du scénariste Wesley Strick nourrit sa haine de la faute éthique commise par son avocat à son endroit. Cette différence est fondamentale et donne au mal une légitimité absente dans le premier Cape Fear. Dans la version de Martin Scorsese, le bien et le mal luttent en eaux troubles.
Cape Fear n'est pas le meilleur film de Scorsese, mais il est un brillant exercice de style d'un film de suspense. L'immense talent et l'ingéniosité du réalisateur donnent au film une mise en scène au dynamisme exceptionnel et une tension soutenue. Sans aucunement dénigrer le bon travail de Thompson, nous voilà maintenant en présence d'un réalisateur (de l'aveu de Thompson lui-même) de calibre nettement supérieur.
Les deux Cape Fear ont chacun leurs qualités, mais la reprise proposera toujours une dimension plus critique de la société américaine.


Image
L'image de cette édition DVD est absolument éblouissante. La Universal nous offre un produit de très grande qualité, à la fois par l'interpositif utilisé que par le travail de numérisation du film.
L'interpositif est impeccable. Il n'y a aucun parasite sur l'image: nous ne rencontrons donc aucun problème de ce côté.
Le transfert anamorphique au format de 2.35:1 est un modèle. Dès le générique du film, l'image des reflets dans l'eau donne le ton à ce qui va suivre : définition, justesse et beauté des couleurs. Tout au long du film, les couleurs sont saturées et riches. Le rendu de la peau des personnages garde toujours une apparence naturelle et les noirs sont parfaits.
Le contraste est excellent, offrant une image toute en relief. Le visage très sculptural de Nick Nolte nous est révélé trait pour trait. La définition est excellente: les moindres détails ressortent sans aucun effet de mosaïque. Le spectateur arrive même à lire clairement les textes tatoués sur la peau de Cady!


Son
Dans ce genre de production cinématographique, le son est particulièrement important. Les moyens techniques ayant beaucoup évolué depuis 1991, le remixage de la bande sonore apporte un impact que l'original ne pouvait donner. Cette édition DVD propose quatre bandes sonores : DTS anglaise, Dolby Digital 5.1 anglaise, Dolby Surround française et Dolby Surround espagnole.
La bande sonore DTS anglaise est la plus percutante, précise et détaillée. L'apothéose finale, en particulier, offre une spatialisation excellente nous baignant littéralement dans le flux sonore généré par la tempête. Les effets chocs font mouche à tout coup. Les graves sont riches et appuyés, mais l'élément qui profite le plus de l'encodage DTS est la trame musicale composée par Bernard Herrmann. Les cuivres sonnent avec beaucoup de tenue, offrant des aigus très nets. Cette bande sonore contribue énormément à la tension générée par le film.
La bande sonore Dolby Digital 5.1 anglaise est de belle facture, mais est légèrement moins bien définie que la DTS. Aux spectateurs qui ne peuvent décoder le signal DTS, elle procura quand même beaucoup de plaisir, sans qu'il n'y ait de perte d'impact donné par la bande sonore du long-métrage.
La bande sonore Dolby surround français est un pis aller et reste moins puissante que les deux autres. Elle offre néanmoins une spatialisation correcte. De plus, les voix françaises sont bien intégrées à l'ensemble sonore.



Suppléments/menus
Le deuxième disque du coffret est entièrement consacré aux suppléments de cette édition offerte aux collectionneurs. Ces suppléments sont tous sous-titrables en français. Ils ne sont pas tous du même niveau mais demeurent, dans l'ensemble, très intéressants.
Le documentaire Making of Cape Fear, d'une durée d'une heure vingt minutes, est d'une très rare intelligence. Laurent Bouzereau nous offre un véritable Making of avec des entrevues effectuées auprès du réalisateur, du scénariste, de la monteuse et du directeur des décors. Ensemble, ils décortiquent le film dans le détail, de la genèse du projet jusqu'à sa postproduction.
Les propos du scénariste Wesley Strick et de Martin Scorsese constituent certainement l'aspect le plus intéressant du document. Ces derniers expliquent intelligemment les scènes clés ou particulièrement violentes du film: à la fin du documentaire, le spectateur reste sur sa faim... Ce documentaire nous fait d'ailleurs regretter l'absence de commentaires audio formulés par ces derniers pour accompagner la projection.
Une dizaine de scènes supprimées nous sont aussi offertes. Elles sont de courte durée et apportent un éclairage intéressant sur la famille de l'avocat. Ces scènes supprimées sont présentées en rafale et ne peuvent être sélectionnées séparément.
Le court métrage Behind-the-scenes of the Fourth of July Parade montre le tournage de la scène de la parade du 4 juillet. Il est intéressant car il permet d'apprécier la complexité du tournage, sans toutefois laisser de souvenir impérissable. Ensuite, le court métrage On the Set of the Houseboat présente le tournage de la scène du naufrage du bateau: ceci est une curiosité, sans plus. Le volet plus technique se termine avec des scènes où le réalisateur utilise des Matte Paintings: le spectateur risque là d'avoir une belle surprise.
La traditionnelle galerie de photos, des notes de production, des notes biographiques et la bande annonce du film complètent ces suppléments. La partie DVD-ROM se résume en des liens Internet.



Conclusion
Voici une édition très réussie de Cape Fear, tant au niveau de l'image que du son. De plus, les suppléments sont plus que satisfaisants. Les collectionneurs ne voudront pas passer à côté de ce coffret. Si l'univers du DVD offrait toujours des produits de cette qualité, les cinéphiles n'en seraient que plus heureux.


Qualité vidéo:
4,2/5

Qualité audio:
3,8/5

Suppléments:
4,0/5

Rapport qualité/prix:
4,0/5

Note finale:
4,0/5
Auteur: Sylvain Lafrenière

Date de publication: 2001-09-11

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC Toshiba 32 pouces, Récepteur Sony STR-DE945, Lecteur DVD Sony DVP-S360, enceintes Energy, câbles Cable Accoustic Research

Le film

Titre original:
Cape Fear

Année de sortie:
1991

Pays:

Genre:

Durée:
140 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Universal

Produit:
DVD

Nombre de disque:
2 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.35:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise DTS
Anglaise Dolby Digital 5.1
Anglaise Dolby 2.0 Surround
Espagnole Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais

Suppéments:
Documentaire, vignettes sur le tournage, scènes retranchées, note sur la production et l'équipe

Date de parution:
2001-09-18

Si vous avez aimé...