Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Odyssey 5 (The Complete Series)

Critique
Synopsis/présentation
Dans un futur très proche les cinq membres de l'équipage de la navette Odyssey en orbite autour de la Terre assistent impuissants à l'annihilation totale de la planète. Seuls survivants de la race humaine, ils attendent calmement leur fin lorsqu'un organisme d'origine extra-terrestre, The Seeker, les recueille à bord de son véhicule spatial. Il va apprendre aux survivants que sa mission, consistant à rechercher d'autres civilisations, ne l'a pour l'instant amené qu'à découvrir les cendres de celles-ci, toutes ayant été détruites longtemps avant son arrivée. Cependant la destruction de l'humanité est récente et l'extra-terrestre possède la capacité d'envoyer la conscience des cinq humains cinq ans dans leur propre passé, de nos jours, afin de tenter d'éviter la catastrophe qui attend la planète Terre et ses locataires.

Le commandant de navette spatial Chuck Taggart (Peter Weller), son fils Neil lui aussi astronaute, la technicienne de vol Angela Perry (Tamara Craig Thomas), le biologiste Kurt Mendel (Sebastian Roché), la journaliste Sarah Forbes reprennent plus ou moins facilement leur vie passée. Neil se retrouve prisonnier de son corps de 17 ans ainsi que des limitations légales qui vont avec, Chuck doit composer avec sa femme que l'attitude bizarre des cinq rend soupçonneuse, Kurt entreprend de rendre lucrative la tâche de sauver la planète de la destruction, Sarah doit gérer la connaissance que son fils unique va mourir dans les prochaines années d'un cancer qui n'a pas été diagnostiqué à temps la "première" fois et Angela reprend conscience dans son corps passé au milieu d'une sortie spatiale en orbite autour de la terre. Les cinq astronautes possèdent maintenant la connaissance des évènements des cinq prochaines années cependant ils s'apercevront rapidement que leur simple présence perturbe le flux temporel de façon perceptible mais dans quel sens ? Ont-ils retardé ou précipité la destruction de la planète ?

Voici en quelques mots le prémisse relativement original de l'excellente série Odyssey 5 qui fût diffusée sur Showtime pour une seule et unique saison. Cependant un bon prémisse ne fait pas une excellente série, Thresold ou Bird Of Prey en sont d'excellents témoignages, l'exécution, la qualité des scénarios et surtout l'écriture des personnage sont l'essence même d'une série, sa chair. Odyssey 5 ne déçoit sur aucun de ces points, plus on avance dans la série et plus on se passionne pour les personnages et leur mission qui prend peu à peu une tournure bien inattendue. La saison reprend le format classique d'une mise en situation des personnages par épisode qui provoque plus ou moins directement deux ou trois histoires parallèles. Reparties entre aventures et problèmes sentimentaux ces histoires feront avancer l'arc principal, empêcher la destruction de la planète, un petit peu à chaque épisode. Ce format mis en avant par Buffy The Vampire Slayer devient peu à peu un classique des programmes sérialisés, il permet de contenter à peu près tous les types de spectateurs qu'ils soient intermittents ou assidus ainsi que les exécutifs des chaînes de télévision que la simple évocation de la notion de sérialisation terrorise.

Odyssey 5 est l'illustration parfaite, s'il en fallait encore, que le système qui se trouve entre les créateurs de contenu et le public ne fonctionne plus ni pour les uns ni pour les autres. La série fût annulée malgré une très forte reconnaissance critique, un public très fidèle et des taux d'écoutes excellent, la série était un des meilleurs scores de la chaîne à l'époque. Cette décision incompréhensible ne sera malheureusement pas la seule du genre et d'autre séries comme Dead Like Me subiront le même destin fâcheux (fâchant ?). Si nous n'essayerons même pas d'avoir une idée de ce qu'il se passe dans la tête des gens en charge des réseaux de diffusion (par peur de la contagion) nous connaissons par contre parfaitement le sentiment de frustration que les spectateurs connaîtront devant la conclusion du dernier épisode.
Mani Coto a répété à plusieurs reprises qu'il avait la ferme intention de finir sa série un jour, on ne peut qu'espérer que son souhait (et le notre) se réalise le plus tôt possible et les chiffres que fait la série sur Scifi, la chaîne spécialiste des mini-séries, laisse un bon espoir dans ce sens.
Quel que soit son avenir, Odyssey 5 est un excellent divertissement qui même dans son état actuel nous permet de passer quelques heures passionnantes.


Image
La série nous est présentée dans son format original de 1.78 sur un transfert 16:9 de toute beauté. L'oeuvre est récente et bénéficie donc d'une excellente qualité à l'exception notable du pilote dont la qualité est très en dessous du reste des épisodes. Ce n'est ni surprenant ni exceptionnel, ces épisodes étant souvent produit rapidement et le moins cher possible.
La définition est excellente avec un niveau de détails impressionnant pour une production télévisuelle. La télévision a beaucoup évolué ces dernières année et si une partie de cette évolution est méprisable, un autre coté de celle-ci atteint des niveaux de qualité jamais vu jusqu'à présent, les séries n'ont jamais été aussi originale et la valeur de production aussi importante. Odyssey 5 en est excellent exemple.
Le rendu des couleurs est parfait, elles sont naturelles et très bien saturées sans débordement ni blocage. On s'en douterait après avoir lu ce qui précède, les niveaux sont eux aussi parfaitement ajustés, l'image nous offre des dégradés glorieux avec un grand niveau de détails dans les parties sombres et des noirs extrêmement purs.
Pour couronner le tout on ne constate aucun parasite de compression, même la sempiternelle surdéfinition de contours brille par sa trop rare absence.
Cependant le petit logo Sony imprimé un peu partout nous fait craindre le pire et malheureusement une fois de plus à juste titre. Comme toujours le disque est truffé d'erreurs impardonnables et les disques ne sont pas de qualité égale, la qualité de l'image de l'épisode pilote est très en dessous du reste et l'ensemble du disque 3 est maudit par un marquage de trame des plus déficient. Si on peut comprendre la qualité moindre pour le pilote qui fut certainement tourné avec un budget minimal, les problèmes de marquages de trames du troisième disque sont impardonnables et ne peuvent être expliqués que par une absence totale de contrôle de qualité lors de la conception du coffret.

A l'arrivée, il ne nous reste qu'un excellent transfert en grande partie détruit par des erreurs qui malheureusement ne nous surprennent même plus.


Son
La série nous est présenté en anglais au format Dolby Digital 5.1 (AC3 5.1) et en japonais stéréo . Les sous-titres sont disponible en japonais et en portugais... Le Québec est effectivement une communauté multilinguale et il est sympathique d'offrir à nos ressortissant d'origine portugaise et japonaise un doublage ou un sous-tirtage dans leur langue première mais quelqu'un aurait-il oublié que la langue officielle est le FRANÇAIS au Québec ? Franchement nous offrir du japonais et du portugais sans aucune option française revient à se moquer du public québécois francophone purement et simplement ! Nous analyserons la bande son anglaise, notre japonais étant un peu rouillé...

Comme on l'attend la bande sonore est très dynamique avec une très forte présence cependant elle ne se déploie que très peu dans l'espace et reste essentiellement monophonique pendant la majorité du spectacle. En effet mis à part quelques scènes à effets spéciaux dont le son à du être par conséquent généré en studio toutes les autres scènes semblent utiliser majoritairement la prise sonore faite au moment du tournage pour alimenter exclusivement le canal central avec un peu de musique stéréo sur les canaux droite et gauche et quelques rares effets sur les canaux ambiophoniques. Cela nous donne des dialogues un peu étouffé et pas toujours très nets ainsi que des basses de qualité très moyenne et peu présentes. Le canal de basses extrême n'est quasiment pas utilisé, il y a assez peu de scènes d'action, mais lorsqu'elle sont présentes c'est avec des graves très fortes et profondes.
C'est une bande sonore assez décevante et très moyenne qui accompagne l'excellente image de cette édition.


Suppléments/menus
La seule et unique saison d'Odyssey 5 nous est présentée repartie dans trois boîtiers Amaray minces solidarisés par une enveloppe de carton fort illustrée par les portraits des cinq personnages principaux sur fond d'explosion de notre planète. L'ensemble forme un tout sympathique que vous n'aurez pas honte de ranger avec vos autres DVD.
Les menus reprennent l'illustration de l'enveloppe et sont statiques, rien que du très classique pas trop cher ici, c'est suffisant mais un peu sec. Lorsqu'on passe au menu de sélection des épisodes, chacun de ceux ci est représenté par une photo extraite du dit épisode enchâssée dans un cercle de flammes. Là encore c'est simple, pas cher, efficace et un peu sec. Là encore la présence du logo Sony fait sentir sa malédiction car les épisodes 4 et 5 sont intervertis. On est, une fois de plus, contraint de se demander comment de telles erreurs sont possibles...
Le matériel supplémentaire est succinct à l'extrême et ne consiste qu'en un commentaire du créateur Mani Coto accompagné de l'acteur Peter Weller. Le commentaire contient quelques informations intéressante, dont l'intention de Mani Coto de finir la série un jour, mais dans l'ensemble les deux protagonistes parlent plus d'eux même et de leur carrière que de la série.
C'est un ensemble très très sec que nous avons ici, quelques scènes coupées, des commentaires de plus et un ou deux documentaires auraient été les bienvenus.




Conclusion
Les coffrets se suivent et se ressemblent comme deux gouttes d'eau, erreurs comprises. Le plaisir de visionner la seule et unique saison d'Odyssey 5 est grand mais ce ne sera pas grâce à Sony dont le très moyen coffret est affublé d'erreurs du à une absence de contrôle de qualité. Qui que ce soit qui tire les ficelles du département en charge de produire les DVD pour les séries, cette personne a besoin de plus qu'une cure de vitamine...

Encore une fois on ne peut conseiller l'achat que grâce à la qualité de la série, si vous avez un autre moyen de la visionner ignorez ce coffret qui n'est qu'un produit moyen dans des rayons qui en sont malheureusement déjà plein.


Qualité vidéo:
4,0/5

Qualité audio:
3,0/5

Suppléments:
2,5/5

Rapport qualité/prix:
2,0/5

Note finale:
2,8/5
Auteur: Pascal Cauden

Date de publication: 2006-06-28

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur Toshiba 50HX70, Amplificateur Denon 3801, Enceintes Energy XL-26(x2), XL-C, XL-R (x4), Caisson d'extrêmes graves Klipsch KSW 12, HTPC (composantes 1080i. Lecteur: Media Portal/decodeur mpeg2 et audio : Dscaler 5

Le film

Titre original:
Odyssey 5

Année de sortie:
2002

Pays:

Genre:

Durée:
935 minutes

Réalisateur (s):
-

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Sony Pictures Home Entertainment

Produit:
DVD

Nombre de disque:
5 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.78:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Japonaise Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Japonais
Portugais

Suppéments:
Piste de commentaires audio

Date de parution:
2006-04-25

Si vous avez aimé...