Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

UHF

Critique
Synopsis/présentation
Le début des années 90 a été marqué par une transition dans le monde de la comédie à Hollywood. En effet, à ce moment les films pour adolescents des années quatre-vingt (Ferris Bueller Day Off et Loverboy pour ne nommer que ceux là) ont laissé leur place aux parodies des années quatre-vingt dix (Naked Gun, Hot Shots, etc.). Évidemment, la transition ne s'est pas fait du jour au lendemain. Certains films ont ainsi servi de pont entre les deux genres. UHF, sorti en 1989, est un de ceux là.
Le film raconte l'histoire de George Newman (Weird Al Yankovic), un sans-emploi plutôt simple d'esprit qui passe ses journées devant le téléviseur. Soudainement, la vie de Newman change du tout au tout lorsque son oncle remporte, lors d'une douteuse partie de Poker, une station de télévision sur le signal UHF.
Newman devient alors directeur de la station. Celle-ci n'était pas très rentable, son oncle pense déjà à la vendre à un de ses rivaux avant de faire faillite. Afin d'éviter le pire à un membre de sa famille, Newman tentera d'actualiser la programmation et d'en faire une station plus populaires.
La réussite de UHF tient à un seul ingrédient : son auteur et acteur principal. Artiste aux talents multiples, Weird Al Yankovic est connu pour ses chansons parodiant des pièces populaires (Eat it, Living in the Fridge, The White Stuff) ainsi que ses vidéos assez provocateurs. Celui-ci agit comme véritable maître d'orchestre de ce film. Utilisant tout autant ses talent d'imitateur, de chanteur et d'acteur, Yankovic transporte littéralement la production.
Malheureusement, l'histoire de UHF ne tient toujours pas en haleine. A cet égard, les rebondissements du films sont véritablement annoncées à l'avance; télégraphiés. Certains spectateurs perdront rapidement interêt devant une intrigue aussi mince et c'est pourquoi UHF interpelle un public assez limité.
Au delà de sa trame narrative plutôt mince, le film intéresse surtout grâce à ses multiples clins d'oeil au cinéma des années quatre-vingt. La séquence d'ouverture, qui parodie Raiders of the Lost Ark, donne rapidement le ton. Par la suite, on retrouve entre autres des références à Gandhi (!), Conan The Barbarian, Rambo et Star Wars.
Le film a également laissé sa marque grâce à quelques sketchs inoubliables. Notons au passage la fameuse parodie de Wheel of Fortune, intitulée pour l'occasion Wheel of Fish. Ce segment a lui seul est presque d'anthologie.
Le succès mitigé au guichet d'UHF s'explique facilement lorsqu'on observe les autres productions parues au cours de l'été 1989. Mentionnons entre autres les Batman, Indiana Jones and The Last Crusade et Leathal Weapon, tous des grandes réussites au guichet. C'est donc la sortie vidéo sur support VHS (et maintenant en format DVD) qui a permit a ce film de trouver un nouveau public.


Image
Cette édition de UHF est présentée en format original (1.85:1) d'après un transfert vidéo anamorphosé. Notons que la deuxième face du disque offre également une version plein écran du film. C'est le transfert en format original dont il est question dans cette critique.
L'interpositif utilisé est d'une qualité exemplaire. Malgré la douzaine d'années du film, on ne remarque aucune égratignure et le grain est limité au maximum.
Par contre, au niveau du transfert, on remarque que la définition générale de l'image est plutôt limité. Ainsi, la presque totalité des séquences semblent manquer de piqué. La colorimétrie est toutefois reproduite avec justesse malgré qu'on puisse remarquer à quelques occasions un manque de subtilité.
Plus positivement les parties sombres sont exemptes de tout fourmillement tandis que les noirs sont toujours purs et profonds. La brillance demeure sans fluctuation et le contraste ne paraît pas avoir été sur-accentué.
Le transfert ne souffre finalement d'aucun défaut de compression et la sur-définition des contours a été limitée au minimum.


Son
Cette édition offre trois bandes sonores, une anglaise (Dolby 2.0 Surround), une française (également Dolby 2.0 Surround) et une espagnole (Dolby 2.0 mono).
La bande-son anglaise est efficace quoique son dynamisme soit plutôt limité. Les effets d'ambiophonie ne sont presque jamais utilisés. Le champ sonore est ainsi appuyé uniquement sur l'avant. On dénote de plus une image stéréophonique peu articulée qui nous fait parfois croire à un enregistrement monophonique. Les dialogues sont toutefois toujours naturels et intelligibles, quoique leur positionnement dans l'espace sonore soit plutôt imprécis.
La bande-son française est de qualité équivalente à sa contrepartie anglaise. Les dialogues sont encore là toujours intelligibles.
Notons qu'il y a option de sous-titrage en français, anglais et espagnol.



Suppléments/menus
Les suppléments de cette édition d'UHF offre quelques éléments digne d'interêt.
Nous retrouvons tout d'abord une piste de commentaire audio animée par Weird Al, son gérant (et réalisateur du film) Jay Levey. Les deux hommes nous offre une piste plutôt anecdotique. Les animateurs ne manquent surtout pas de rire de l'un et de l'autre et le tout devient parfois lassant. Notons toutefois les interventions sporadiques et amusantes d'autres acteurs du film vers la fin de cette piste.
Il est également possible de visionner un montage d'une vingtaine de minutes réunissant quelques scènes inédites. Animé et commenté par Yankovic, le montage présente des séquences qui finalement auraient ajouté peu au film. Malgré tout, le ton donné par l'acteur au montage le rend du moins amusant.
Il est également possible de visionner un court documentaire sur la création de UHF. Il s'agit d'un segment produit en vue de la promotion du film constitué principalement d'entrevues plus ou moins sérieuses avec Weird Al Yankovic.
Nous retrouvons finalement le vidéo-clip de la pièce titre du film et une galerie (photos de production/matériel publicitaire). Notons la présence de plusieurs suppléments cachés ici et là parmi les défférents menus, dont quelques autres scènes inédites. Vous pouvez consulter la section Oeufs de Pâques du site afin d'en savoir plus sur ces éléments.



Conclusion
MGM nous offrent une édition acceptable d'UHF, une réalisation en passe de devenir pour certain un film culte. Les plus fervents amateurs du film seront peut-être décus de la qualité des suppléments mais pour pour ceux moins familiers avec UHF cette édition représente une belle façon de s'y initier.


Qualité vidéo:
2,8/5

Qualité audio:
2,5/5

Suppléments:
2,5/5

Rapport qualité/prix:
3,1/5

Note finale:
2,8/5
Auteur: Steve Tremblay

Date de publication: 2002-06-06

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 16:9 Samsung HCL5515W, Récepteur Harman/Kardon AVR310, Lecteur DVD Panasonic RP91, enceintes Cerwin Vega, câbles Accoustic Research

Le film

Titre original:
UHF

Année de sortie:
1989

Pays:

Genre:

Durée:
97 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
MGM

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-10 (double face, simple couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby 2.0 Surround
Française Dolby 2.0 Surround
Espagnole Dolby mono

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
Piste de commentaire, documentaire sur la création, scènes inédites, galerie de photos, vidéo-clip

Date de parution:
2002-06-04

Si vous avez aimé...