Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Total Recall (Special Limited Edition)

Critique
Synopsis/présentation
En regardant Total Recall aujourd'hui, plus de dix ans après sa sortie en salles, on ne peut qu'éprouver un sentiment de nostalgie quant à ce que le film représente en terme de divertissement hollywoodien. C'était une époque où le nom de Arnold Schwarzenegger était toujours synonyme de succès, une époque où le méconnu Paul Verhoeven, révélé par l'excellent Robocop, semblait promis à une brillante carrière dans le cinéma fantastique, une époque également où même le plus gros des blockbuster estival pouvait bénéficier d'un scénario intelligent et complexe. Car tel est Total Recall : un gros film d'action bien écrit, bien réalisé et interprété avec toute la conviction du monde par un Arnold au sommet de sa gloire. Que demander de mieux ?
Bien avant l'avènement des films tels The Matrix ou Existenz, Total Recall traitait à sa manière d'un monde imaginaire, un monde virtuel si proche de la réalité que le héros (et incidemment le spectateur) n'arrive plus à différencier ce monde imaginaire du monde réel. Telle est la prémisse de Total Recall, alors que Douglas Quaid (Schwarzenegger), un honnête citoyen menant une vie tranquille et monotone, décide d'avoir recours à la compagnie Rekall pour visiter virtuellement la planète mars, qui l'obsède depuis toujours. Rekall est une entreprise qui fournit à sa clientèle des voyages virtuels sous forme de mémoire. La mémoire virtuelle d'un voyage ou d'une activité est implantée dans le cerveau du client, qui se souvient ensuite de ce voyage comme s'il l'avait vraiment vécu. Mais voilà que " l'implantation " du voyage de Quaid tourne mal, celui-ci est alors abandonné avec aucun souvenir de sa visite chez Rekall. Soudain, sa vie bascule alors que des tueurs se lancent à ses trousses dans une poursuite qui aboutira sur le sol même de la planète rouge. Aventure virtuelle ou réalité ? À vous de juger…
L'aspect le plus intéressant de cette oeuvre de Paul Verhoeven est justement cette ambiguïté dans laquelle berce le film du début à la fin. Dès lors que le héros se présente chez Rekall, le film semble prendre un parcours linéaire, mais c'est en fait deux tangentes bien différentes que le scénario emprunte. De ces deux tangentes, c'est au spectateur qu'il revient de décider quelle approche il préfère. Comme le scénario n'offre aucun partis pris, aucune conclusion concrète, Total Recall se révèle donc être le fruit de deux histoires réunies en une seule ! Malgré la complexité du scénario, les auteurs et le réalisateur n'ont certes pas négligé l'aspect purement divertissant du film. Les scènes d'action sont abondantes et brillent par leur aspect hautement spectaculaire, voir caricatural. La direction artistique a aussi de quoi en mettre plein la vue, avec ses décors futuristes grandioses et souvent extravagants. Un peu plus de minutie et de subtilité dans la mise en scène n'aurait certes pas nuit à l'ensemble, mais le réalisateur Paul Verhoeven déploie une artillerie visuelle franchement impressionnante qui, aujourd'hui encore, étonne par son inventivité. Dommage seulement que le réalisateur se vautre depuis dans des projets misogynes et sans envergure, comme si toute son inspiration avait été avalée par la machine hollywoodienne.



Image
Pour cette deuxième édition du film en DVD (la défunte compagnie Live entertainment avait déjà distribué une version non-anamorphique en 1997), Artisan nous offre un tout nouveau transfert anamorphique du film en format original de 1.85:1. Dans l'ensemble, ce transfert présente une définition générale de bonne qualité, présentant un niveau de détail plus que convenable. Cependant, on ne peut faire autrement que remarquer un léger manque de piqué dans quelques séquences, ce qui déçoit. La colorimétrie, largement dominée par des teintes rougeâtres en seconde partie du film, nous est apparue quelque peu délavée. Néanmoins, les couleurs sont constantes et n'affichent aucun débordement. Les teintes de peau nous ont parus naturelles, sans dominantes. La brillance nous a semblé quelque peu terne à quelques reprises, quoi que celle-ci est généralement constante et n'affiche aucun signe de fluctuation. Les noirs sont généralement profonds, quoiqu'un fourmillement est perceptible à l'occasion. Les parties sombres, quant à elles, sont dégradées avec finesse.
L'interpositif utilisé pour ce transfert semble de bonne qualité, les défauts, tâches et égratignures se font très rares. Les défauts de compression sont minimes, une légère sur-définition des contours est à l'occasion visible.



Son
Deux bandes-sonores anglaises sont offertes sur cette édition, de format Dolby Digital 5.1 et Dolby Surround 2.0 respectivement. Malheureusement, et pour des raisons qu'on ignore, aucune bande-son française n'est offerte sur cette édition.
La bande-son de format Dolby Digital 5.1 de cette édition est en fait un nouveau mixage récemment créé pour cette édition DVD. De façon générale, cette bande-son offre de belles qualités. La spatialité est profonde et bien détaillée, tandis que le dynamisme est presque irréprochable. Les effets d'ambiophonies sont judicieusement utilisés pour donner tout l'impact nécessaire aux scènes d'action. Les effets directionnels sont fréquents et bien déployés. La trame-sonore de Jerry Goldsmith bénéficie grandement de ce nouveau mixage, sa présence est ample et bien définie. Les dialogues, toujours parfaitement intelligibles, nous ont néanmoins parus manquer de naturalités à quelque reprises. Les fréquences d'extrêmes graves sont solidement appuyés et ce, avec beaucoup de puissance et de mordant.
À défaut de retrouver une bande-son française pour cette édition (une mauvaise habitude que Artisan semble répéter de plus en plus fréquemment…), des sous-titres français (ainsi que anglais et espagnols) sont offerts pour les consommateurs francophones.



Suppléments/menus
Pour cette nouvelle édition spéciale de Total Recall, Artisan n'ont définitivement pas fait les choses à moitié en présentant le film dans un boîtier dit de collection et ce, pour un temps limité semble-t-il. Le boîtier, de fort belle apparence, se veut en réalité une réplique de la planète mars. La boîte est donc circulaire tandis que des reliefs imitent l'aspect volcanique de la planète.
Le supplément le plus intéressant de cette édition est sans conteste l'excellent documentaire Imagining Total Recall, produit expressément pour cette parution. D'une durée de trente minutes, ce documentaire aborde virtuellement tous les aspects de la production du film. L'information, présenté sous forme d'entrevues, de photographies et d'images filmées en coulisses, y est détaillée et toujours pertinente. La grande qualité de ce segment nous fait presque regretter sa durée. En effet, un plus long documentaire aurait permis de réellement traiter l'information en profondeur.
Une piste de commentaires audio est aussi offerte sur cette édition, animée par Arnold Schwarzenegger et Paul Verhoeven. Peut-être est-ce due à la présence d'Arnold sur cette piste, mais les propos discutés ne dépassent que rarement le stade de l'anecdote. Paul Verhoeven offre bien quelques informations pertinentes, mais la plupart du temps la parole est cédée à Schwarzenegger qui, visiblement, a de la difficulté à raconter autre chose que ce qui se passe à l'écran. Dommage, mais il s'agit d'une opportunité un peu raté.
Le reste des suppléments repose essentiellement en une série de courtes vignettes ainsi qu'à quelques galeries de photographies. Il y a tout d'abord Visions Of Mars, qui s'attarde très sommairement à des informations scientifiques entourant la planète mars. Plutôt intéressant, mais sa trop courte durée (5 min.) empêche cette vignette de réellement élaborer l'information. Vous retrouverez ensuite une section intitulée Rekall Virtual Vacations. Essentiellement, cette section vous offre trois courts segments de trente secondes montrant… des paysages. C'est tout. Vous resterez donc assis confortablement à regarder une forêt ou une plage durant trente longues secondes. Franchement, on aurait pu s'en passer.
Également disponible est une série de trois comparaisons films/scénarimages, rattachées à trois scènes clés du film. La présentation de ces comparaisons est quelque peu déficiente, alors que les scénarimages n'apparaissent que dans un cadre minuscule, dans un coin de l'écran. Dommage, puisque l'intérêt de ces comparaisons réside justement dans la présentation des scénarimages…
Une courte série de dessins conceptuels est aussi offerte, tout comme une brève galerie de photographies prises sur le plateau de tournage. À nouveau, le contenu de ces galeries est trop bref pour soutenir quelque intérêt que ce soit. Vous retrouverez finalement une série de bandes-annonces présentée en série, des notes de production ainsi que quelques brèves biographies.




Conclusion
À n'en point douter, cette nouvelle édition constitue un pas de géant par rapport à la précédente édition parue en 1997. L'image est de bien meilleure qualité tandis que la bande-son offre un dynamisme accru. Les suppléments, dans leur ensemble, sont d'un intérêt plutôt limité mais l'excellente qualité du documentaire mérite à lui seul une attention toute particulière. Seul aspect à déplorer : l'absence de toute bande-son française, bande-son pourtant disponible sur la précédente édition offerte par Live entertainment…



Qualité vidéo:
3,8/5

Qualité audio:
4,1/5

Suppléments:
3,0/5

Rapport qualité/prix:
3,8/5

Note finale:
3,7/5
Auteur: Yannick Savard

Date de publication: 2001-09-10

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 Sony Trinitron Wega KV-32S42, Récepteur Pioneer VSX-D509, Lecteur DVD Pioneer DVL-909, enceintes Bose, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
Total Recall

Année de sortie:
1990

Pays:

Genre:

Durée:
113 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Artisan

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.85:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Anglaise Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais
Français
Espagnol

Suppéments:
Piste de commentaires audio, documentaires, voyages virtuels Rekall, comparaison de scénarimages, galerie d'images et bandes-annonces

Date de parution:
2001-09-18

Si vous avez aimé...