Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Desperate Housewives (The Complete First Season - VF)

Critique
Synopsis/présentation
La série « Desperate Housewives » a connu dès ses débuts un succès retentissant au niveau mondial tant chez la gent féminine que masculine. Cette série dramatico-comique explore les secrets et mystères de Wisteria Lane, la rue d'un riche quartier américain.

L'intrigue débute par le suicide de Mary Alice Young (Brenda Strong), laissant son mari Paul Young (Mark Moses) et leur fils adolescent Zach (Cody Kasch), très désemparés. La défunte devient la narratrice de la vie présente et passée de ses voisins et en particulier de celle de ses quatre meilleures amies. Bree Van De Kamp (Marcia Cross), la trop parfaite femme de maison épouse et mère qui exaspère mari et enfants, Gabrielle Solis (Eva Longoria) l'ex mannequin épouse du très riche Carlos Solis, celle-ci entretient une relation intime avec son jardinier de 17 ans, Lynette Scavo (Felicity Huffman), ex femme d'affaire de renom, désormais devenue femme au foyer totalement dépassée par ses trois incontrôlables fils et sa fille toute nouvelle née et Susan Mayer (Teri Hatcher), mère mono-parentale d'une adolescente réfléchie, la seule parmi les quatre en recherche d'un nouveau conjoint. Ces quatre femmes représentent chacune un archétype très crédible de femmes contemporaines américaine à l'approche ou dans le début de la quarantaine. Bree, la parfaite mère de famille WASP et républicaine, Gabrielle forme avec Carlos l'archétype du couple riche et célèbre, Lynette et son mari Tom (Doug Savant) essayant désespérément de concilier vie familiale et carrière professionnelle et la non moins intéressante Susan, la femme qui s'embourbe dans des situations de plus en plus désespérantes à force de ne jamais assumer ses erreurs. Ce sont, elles quatre, qui, suite à la découverte d'une note dans la veste de la décédée, essayeront de percer le mystère qui a conduit Mary Alice Young au suicide. Cette enquête sera le principal fil conducteur de la première saison. Chacune des quatre amies ont leur propre arc dont le plus attachant est celui de Susan avec la naissance d'un amour pour le nouveau venu du quartier, Mike Delphino (James Danton), un plombier très mystérieux. Bien entendu, elle n'est pas la seule à avoir jeté son dévolu sur celui-ci et Susan sera concurrencée par Edie Britt (Nicolette Sheridan), la bombe sexuelle siliconée du quartier qui devient de plus en plus présentes aux fils des épisodes.

Cet attachement ne serait pas aussi réussi sans le fabuleux jeu d'acteur de Teri Hatcher (anciennement connue pour avoir incarner Lois Lane dans « Lois et Clark »), celle-ci a reçu un « Screen Actors Guild Award » pour sa performance d'actrice principale alors que la première saison de la série n'était même pas achevée, ce qui est une première. Le jeu des autres acteurs et actrices n'est pas en reste avec un Emmy pour Felicity Huffman pour sa performance d'actrice principale et un Award pour l'ensemble des acteurs de la série aussi décerné par la « Screen Actors Guild ». Il va sans dire que la prestation des acteurs participe grandement au succès phénoménal de cette série.

De nombreuses chaînes, dont plus étonnamment Lifetime et HBO, doivent se mordre les doigts d'avoir refuser de diffuser cet énorme succès. Il faut reconnaître que la consigne imposée à Marc Cherry par ABC c'est à dire d'ajouter un côté dramatique à la série (au départ cela ne devait être qu'une simple comédie comique), a donné un nouveau visage à la série et a participé grandement à l'engouement général. C'est un bon choix de la part d'ABC qui depuis quelques temps étaient en perte de vitesse mais la co-habitation de cette série avec la série « Lost » remet la chaîne dans les premières places de côte d'écoute. C'est certainement ce côté dramatique qui fait que « Desperate Housewives » nous rappelle « Twin Peak » en un peu moins psychotique ou encore « Melrose Place » en plus corrosif.

Les très nombreux prix : 3 Golden Globe, 6 Emmy et 15 autres prix sans compter la cinquantaine de nominations reflètent la qualité et l'immense succès que remporte cette dramatico-comédie qui est une chronique acerbe pour la classe moyenne américaine. Une fois les premiers épisodes regardés, il est difficile de s'arrêter. Cette première saison est vraiment réussie.


Image
Cette série est présentée au format respecté 1:78 dans un transfert 16:9.

Dans son ensemble, le transfert est bon. Bien entendu, l'édition paraîtra un peu terne pour ceux qui ont reçu la série en HD. Toutefois, la définition et le niveau de détails des textures sont corrects. L'image est nette. Les couleurs sont vibrantes, stables et correctement saturées. Les débordements de couleurs sont peu nombreux. Les couleurs sont justes avec des couleurs de peaux naturelles. La qualité des dégradés est bonne. Ce qui donne une image correcte pour la saison. Malheureusement comme c'est souvent le cas pour les séries, la qualité n'est pas constante et le 2ème DVD de la saison est d'une qualité en dessous des autres. On y perd beaucoup en netteté de l'image et le grain devient alors plus apparent.

Hormis le deuxième DVD, pour une série télévisuelle l'image est très correcte.


Son
La bande sonore de la saison est proposée en Anglais Dolby Digital 5.1 Surround et en Français Dolby 2.0 Surround. Quant aux sous-titrages, il faut se contenter du sous-titrage pour sourds et malentendants en version originale anglaise.

La bande son anglaise possède une bonne dynamique et une bonne spatialité. Les canaux ambiophoniques sont bien utilisés. Les dialogues sont clairs et naturels. Les basses et les fréquences d'extrêmes graves ne sont que très peu mises à contribution.
Quant au doublage français, il bénéficie d'une synchronisation très correcte mais les voix sont un peu trop monocordes et ne reflètent pas toute la profondeur des caractères surtout pour des personnages tels que Bree, Gabrielle et Carlos. Comme c'est malheureusement souvent le cas, on reste avec l'impression qu'il y a que 4 ou 5 personnes qui font toutes les voix ! Il est temps que le doublage soit considéré à sa juste valeur avec de véritables casting et acteurs.

Dans l'ensemble, le son est correct.


Suppléments/menus
Le coffret DVD comprend 6 disques disposés deux deux par deux sur chacune des faces avec une « page » qui se tourne au milieu : un très mauvais choix esthétique. De plus, ce choix n'est vraiment pas pratique en effet il faut sans cesse enlever un DVD pour accéder à l'autre DVD, avec à chaque fois le risque de rayer un disque. Ce choix, de plus en plus courant, ne mise aucunement sur la pérennité du coffret. Quant à la « page » du milieu, elle est si fragile qu'il faut être très vigilant pour la garder intacte.
Il y a 4 épisodes sur chacun des disques excepté le 6ème qui en comprend 3. Chacun des disques comprend une ou plusieurs scènes coupées avec la possibilité d'écouter le commentaire ou non du réalisateur. Il peut aussi comprendre une version étendue de certains épisodes toujours précédés d'un commentaire de Marc Cherry qui replace la scène coupée dans son contexte. Chacun des disques contient aussi des documentaires et des épisodes commentés par Marc Cherry seul ou accompagné de Larry Shaw.

Disque 1:
Une scène supprimée.
Une version étendue de « Who's That Woman ».
Le pilote commenté par Marc Cherry. Celui-ci révèle un bon nombre de ses sources d'inspiration essentiellement familiales.
Un documentaire « Une promenade de Wisteria Lane avec le créateur Marc Cherry » (11:37) avec une description de la célèbre rue déjà utilisée plusieurs fois et une entrevue de Marc Cherry effectuée par Meredith Vieira lors des derniers jours du tournage. Le tout est très intéressant et révèle comment la relation des parents du réalisateur a influencé la série. Ce documentaire révèle beaucoup de secrets de la première saison mais, au grand damne de beaucoup, il révèle aussi quelques jalons de la deuxième saison !

Disque 2:
Deux scènes supprimées.
Une versions étendue de «Anything You Can Do » : cette version étendue permet de voir le personnage de Rex d'un autre oeil puisqu'on y comprend que malgré son départ, il essaie d'amadouer ses enfants non pour qu'ils prennent son parti mais respecte leur mère et daigne passer du temps avec elle.
Deux commentaires : l'épisode « Anything you can do » par Marc Cherry et Larry Shaw et l'épisode « Guilty » par Marc Cherry.
Une séquence disponible dans de nombreuses langues (1:25) montrant à quelle point la série est mondiale
« Desperate Housewives à travers le monde »(8:04) relate comment cette série a connue un succès international malgré les difficultés pour trouver un premier diffuseur.

Disque 3:
Une scène supprimée.
Une versions étendue de «Every Day a Little Death ».
Un documentaire « L'habillage de Wisteria Lane » (12:32) qui couvre bien entendu la garde robes des personnages et la minutie avec laquelle chacune d'elle a été composée afin de refléter au mieux le caractère de chacun des personnage. Laspect du design ne s'arrête pas au vêtement les intérieurs de maison sont aussi analysés. Entrevue des designers mais aussi des acteurs. Intéressant.

Disque 4 :
Deux scènes supprimées.
Une version étendue et un commentaire de Marc Cherry et Larry Shaw de l'épisode «Impossible».

Disque 5 :
Une scène supprimée.
Chacune des 5 actrices ont choisi deux de leurs scènes favorites (excepté Hatcher qui en a choisi 3). Chacune des scènes peut être visionnée telle quelle ou avec le commentaire de l'actrice qui explique en quoi cette séquence est leur favorite (31:43). Certaines scènes sont prévisibles telle la scène où Susan se retrouve nue dehors, celle de Gabrielle tondant la pelouse en pleine nuit ou encore Bree qui veut surprendre son mari à l'hôtel.... Un moment drôle et sympathique, une bonne occasion de revoir les meilleurs moments de la série car somme toute leur moment préféré sont souvent les nôtres.

Disque 6 :
Une scène supprimée.
Deux épisodes étendus « Sunday in the Park with George » et « Goodbye for Now. »
Un commentaire de Marc Cherry Et Larry Shaw de l'épisode « One wonderful day ».
« Oprah Winfrey dans le rôle de la nouvelle voisine» (8:24) : cette séquence extraite de son show replace chacun des personnages avec des scènes réelles de la série et fait sourire à plusieurs reprises.
Les ratés (4:55) dont quelques-uns sont délectables.
« Les Secrets de Wisteria Lane » (10:44) : les petits secrets tels que les intérieurs de maison ne correspondent pas aux extérieurs, une entrevue avec l'actrice incarnant la nouvelle voisine et les secrets de l'écrivain.
« En coulisse avec Meredith Vieira » (25:23) tout comme la promenade sur Wisteria Lane à ne voir qu'après avoir visionné la saison un mais aussi deux. On y apprend comment Marc Cherry fait hommage à sa mère via le personnage de Martha (notons qu'au départ il n'envisageait aucunement la fin tragique de celle-ci).

Dans l'ensemble un contenu sympathique et bien étoffé mais une présentation peu pratique.



Conclusion
Une série très captivante dans un coffret DVD de bonne qualité. En effet le traitement du son et de l'image sont dans leur ensemble très correct. Le matériel supplémentaire est relativement complet avec de nombreux commentaires, des documentaires et des scènes supprimées remises dans leur contexte donnant une version étendue de l'épisode.
L'intégrale de la première saison de « Desperate Housewives » en version française est très fortement recommandée.


Qualité vidéo:
4,2/5

Qualité audio:
3,9/5

Suppléments:
4,1/5

Rapport qualité/prix:
3,9/5

Note finale:
4,1/5
Auteur: Marie-Pierre Delaunay

Date de publication: 2006-07-28

Système utilisé pour cette critique:

Le film

Titre original:
Desperate Housewives

Année de sortie:
2004

Pays:

Genre:

Durée:
997 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Buena Vista

Produit:
DVD

Nombre de disque:
6 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.78:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Française Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais (CC)

Suppéments:
Scénes inédites, documentaires, segments

Date de parution:
2006-04-11

Si vous avez aimé...