Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Simpsons, The (The Complete Second Season)

Critique
Synopsis/présentation
La seconde saison des aventures de la famille The Simpsons prit d'assaut le petit écran le 11 octobre 1990 avec la diffusion de l'épisode Bart Gets an F, et se conclut 22 épisodes plus tard, soit le 11 août 1991, avec l'émission Blood Feud. Au cours de ces quelques mois, la série connut un véritable envol pour finalement attirer plus 60 millions de téléspectateurs chaque semaine. Les succès que connaissent aujourd'hui les personnages de Matt Groening ne sont pas sans relation avec le brio des épisodes de la seconde saison. Ceux-ci s'éloignèrent progressivement d'un simple collage d'anecdotes (Tracey Ullman Shorts) pour former de véritables schémas narratifs évoluant semaines après semaines.
En plus de la fraîcheur se dégageant des épisodes de la seconde saison (satire sociale, critiques de l'autorité - policiers, politiciens, curés, directeurs et patrons d'entreprise), d'autres faits peuvent venir expliquer en partie la popularité vertigineuse que connut les Simpsons à partir des années 90-91. Tout d'abord, l'imposante machine marketing qui su capitaliser et surtout soutenir, l'intérêt croissant pour les diffusions télévisuelles. Qu'il s'agisse de marchandises autorisées ou contrefaites, les articles portant un logo des Simpsons, le visage de Bart ou encore, un commentaire cocasse émanant de la bouche de Homer se multiplièrent sur le marché nord-américain. Et les produits dérivés furent aussi variés et diamétralement différents, allant des classiques T-Shirts, jeux, cartes, figurines, disques, livres et articles de literie, aux extravagants dentifrices, pompes pour asthmatiques, matelas gonflables, lampes, caméras et même suces pour bébé. Avec des retombées de plusieurs millions de dollars, la famille Simpsons est devenue, aux dires mêmes de Ian Maxtone-Graham, coproducteur exécutif et scripteur de l'émission, une des machines marketing les plus redoutables et efficaces. Toutefois, l'exploitation mercantile de la série n'est telle pas une forme d'antithèse? Comment une série aussi contre-culturel et aux valeurs plutôt de gauche a-t-elle pu sombrer dans une exploitation marketing frôlant parfois le ridicule...
La seconde saison (1990-1991) permit également de mieux définir la personnalité des personnages principaux en leur consacrant chacun un épisode particulier. Cette saison fut aussi celle introduisant le premier épisode spécial d'Halloween, Treehouse of Horror, qui deviendra au fil des ans, une série anticipée de vignettes humoristiques où l'imagination débordante des scénaristes semblent mises à l'épreuve. Autre moment fort de cette seconde année de diffusion, la présentation de nouveaux personnages secondaires, soit Ralph Wiggum, Groundskeeper Willie, Professor Frink, Dr. Julius Hibbert, les extra-terrestres Kodos & Kang, Blinky (le poisson à trois yeux), le Comic Book Guy (dont les amateurs tentent encore de connaître son véritable nom), le regretté Lionel Hutz et Kent Brockman.
Fidèle à ses origines, cette saison permit d'entendre les voix de personnalités de marque invitées, telles que Harvey Fierstein, Tom Poston, Alex Rocco, George Takel, Danny DeVito, Tracey Ullman, Audrey Meadows, Jon Lovitz, Sam Etic, en plus de "simpsoniser" les célébrités Tony Bennett, Ringo Starr et Larry King. La vague commerciale engendrée par la série animée permit également la mise en production de deux vidéo-clips populaires, soit Do the Bartman et Deep Deep Trouble, deux chansons extraites de l'album The Simpsons Sing the Blues.




Image
Notre seconde visite au 742 Evergreen Terrace à Springfield constitue une expérience visuelle supérieure à la précédente. Bien que quelques défauts inhérents demeurent, la facture visuelle de cette édition quatre disques semble grandement améliorée. L'image est offerte au format respecté de 1.33:1, évidemment, non-anamorphosée.
Avant toute chose, il importe de mentionner la qualité accrue des animations comparativement aux esquisses rapides de la première saison. Si l'évolution des personnages Simpsons vers ceux que l'on connaît aujourd'hui n'est pas encore complétée, il n'en demeure pas moins que les dessins dégagent plus de maturité et de finis.
La définition générale semble accrue lorsque comparée au coffret de la première saison. Les détails et textures sont finement reproduits bien que l'image manque parfois légèrement de piqué. Le rendu des couleurs est toutefois éclatant; la palette des couleurs, si caractérisitique à cette série, est reproduite parfaitement. Les couleurs sont pures, brillantes et riches, sans toutefois débordées. Les parties sombres et dégradés manquent parfois de subtilité, alors que les noirs demeurent, en tout temps, profonds et purs.
Quant aux problèmes imputables à la numérisation, notons des effets d'escalier (alliasing) dans les diagonales, quelques effets de tremblement agaçants, une légère surdéfinition des contours (moins évidentes que pour le coffret première saison), ainsi qu'un léger fourmillement dans les parties sombres.
En d'autres mots, les problèmes visuels du premier coffret sont toujours présents, bien qu'atténués.



Son
Ce second coffret des aventures des Simpsons propose trois bandes sonores, soit deux mixages anglais (remixage DD 5.1 et Dolby Surround 2.0) et un doublage français (réalisée au Québec) en Dolby Surround 2.0.
Si, pour l'image, les améliorations sont évidentes lorsque comparée au coffret de la première saison, il en va différemment pour le son. L'analyse et commentaires faits lors de la critique du premier coffret demeurent les mêmes, à savoir l'aspect artificiel et surtout criard de la bande-son remixée en Dolby Digital 5.1. Si l'idée d'un remixage de la bande sonore, à l'origine Surround, paraît louable, le résultat final agace et déçoit. L'aspect retravaillé de cette bande-son irrite; le son est souvent strident et manque nettement de naturel. Malgré tout, la trame sonore de Alf Clausen demeure bien intégrée, profitant pleinement de l'expansion des enceintes latérales et arrières. Peu d'effets localisés arrières se font entendre, le remixage 5.1 étant plutôt uniformisée. Enfin, les basses et fréquences d'extrêmes graves (.1, LFE) sont pratiquement inexistantes.
En somme, nous vous recommandons incontestablement la piste originale Dolby Surround 2.0; il s'agit tout simplement d'un meilleur mixage et surtout, des voix mieux intégrées et moins stridentes.
Quant à ceux préférant la version française des Simpsons, sachez que Twentieth Century Fox a su corriger l'erreur commise lors de la parution du premier coffret; il s'agit cette fois-ci de la bande-son québécoise (avec les voix de Béatrice Picard, Bernard Fortin, Marc Labrèche, Edgar Fruitier, et autres...) et non du doublage de France. Semblable à sa contre-partie anglaise (Dolby 2.0 Surround), cette bande sonore française possède tout le charme de la série originale, tout en respectant adéquatement la réalité culturelle québécoise (en plus d'être traduite en langue française, la piste doublée fut adaptée au paysage québécois).



Suppléments/menus
Qu'en est-il maintenant des suppléments offerts avec ce coffret des Simpsons? Rappelons que le premier coffret avait déçu les amateurs de la série puisqu'il n'incluait que peu de suppléments récents, d'analyses du phénomène ou de documents d'archives.
Le second coffret s'ouvre sur la même note, c'est-à-dire des suppléments publicitaires recyclés des années 90-91. Si la qualité du contenu laisse parfois à désirer, la quantité de matériel supplémentaire a été revue à la hausse, à débuter par de rigolos menus rotatifs, permettant de greffer les visages de quatre personnages à leur corps. Séduisants et amusants à première vue, mais rapidement lassant lors de visionnements subséquents.
Le supplément le plus novateur de cette édition consiste en une piste de commentaires audio récemment enregistrée par Matt Groening et ses colaborateurs et ce, pour chacun des 22 épisodes de la saison. Ces messieurs discutent ainsi de la série, de ses répercussions sociales et des diverses réactions qu'elle connue lors de sa seconde saison. Chaque épisode est analysé indépendamment, rendant ainsi l'écoute parfois longue et laborieuse. Que cela ne tienne, les amateurs de la série se réjouiront à l'écoute de ces pistes de commentaires et déploreront probablement l'absence des artisans ayant prêté leur voix aux différents personnages.
Les deux vidéo-clips de la série The Simpsons sont également inclus, soit Deep Deep Trouble et Do the Bartman (version complète), cette dernière ayant même été au plamarès du Billboard américain pendant plusieurs semaines. Ces segments musicaux sont accompagnés, au choix, des commentaires de Groening et des réalisateurs Brad Bird et Greg Bansell.
Suit deux segments des American Music Awards 90, avec ou sans commentaires, mettant en scène Bart en chair et en os (ou plutôt caoutchouc et mousse!). Plutôt raté comme suppléments... S'ajoutent trois brefs commerciaux réalisés par l'équipe des Simpsons pour la tablette de chocolat Butterfinger. Ceci confirme la montée fracassante des Simpsons dans l'intérêt public et surtout, le début de l'ère mercantile. Enfin, un segment des Emmy Awards est offert, celui-ci proposant la version animée, et de loin meilleure, des Simpsons.
Toujours datant du début des années quatre-vingt-dix, une entrevue avec David Silverman (8 minutes), ce dernier évoquant les diverses étapes menant à la réalisation d'un épisode des Simpsons. Malgré les dix ans de ce supplément, il demeure probablement, de par son contenu informatif, le plus intéressant du lot. Aussi, une entrevue d'une durée de 10 minutes avec Groening et Brooks portant sur la série en général; plutôt anecdotique....
Finalement, la ronde des suppléments se terminent avec un court segment de la saison doublé en différentes langues (français (France), allemand, hongrois, portugais et espagnol). En un mot, inutile. Une galerie d'images, intitulé The Art of the Simpsons et comprenant les sections Bart Gets an F Storyboards, Bart vs. Thanksgiving Storyboards, Early Sketches and Drawings et Magazine Covers) est également proposée. Notons enfin la présence de multiples oeufs de Pâques...




Conclusion
En somme, le second coffret de la populaire série animée The Simpsons répondra aux attentes des amateurs inconditionnels de l'émission (et ils sont nombreux!), mais décevra les plus exigeants. Si la qualité de l'image a été améliorée depuis le premier coffret, le remixage 5.1 demeure de piètre qualité, alors que l'absence de suppléments récents et renouvelés reste déplorable. À un prix de vente suggéré de 58$, il n'en demeure qu'à vous à évaluer votre élan à revoir inlassablement la violence sadique d'Itchy et Scratchy, Homer faire des cascades en planche à roulettes, les premiers amours de Marge, la famille Simpsons au Mount Splashmore ou les débuts de Radioactive Man...




Qualité vidéo:
3,9/5

Qualité audio:
3,0/5

Suppléments:
3,6/5

Rapport qualité/prix:
3,5/5

Note finale:
3,5/5
Auteur: Alexandre Caron

Date de publication: 2002-07-20

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC Widescreen 16:9 Toshiba TheaterWide TW40F80, Récepteur certifié THX-Ultra, THX-EX, Dolby Digital 6.1, DTS-ES Discrete Denon AVR-4802, Lecteur DVD-Audio / DVD-Video Toshiba SD-4700, enceintes PSB et central Paradigm Reference, câbles Monster Cable (calibre 12).

Le film

Titre original:
Simpsons, The

Année de sortie:
1990

Pays:

Genre:

Durée:
484 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Twentieth Century Fox

Produit:
DVD

Nombre de disque:
4 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.33:1

Transfert 16:9:
Non

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Anglaise Dolby 2.0 Surround
Française Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais

Suppéments:
Entrevue avec James Brooks et Matt Groening, 2 vidéo-clips, Documentaire, Présentation aux Emmy Awards , Commerciaux Butterfinger, Clips en langues étrangères, Gallerie d'images.

Date de parution:
2002-08-06

Si vous avez aimé...