Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

The Osbournes (The First Season (Uncensored))

Critique
Synopsis/présentation
À la télévision nord-américaine, le phénomène des reality shows semble prendre des proportions presque alarmantes. Toutes les chaînes et tous les producteurs se sont donnés le mot pour trouver le plus de variantes possibles à ce concept qui n'est pourtant pas nouveau. Au Québec seulement, la télésérie Pignon sur rue a connu ses heures de gloire il y a plusieurs années déjà. Le concept était relativement simple, une bande de jeunes, réunis sous un même toit, était filmé dans leurs activités de tous les jours. Mais de nos jours, le phénomène des reality shows ne se limite plus simplement qu'à nous montrer des scènes de la vie courante. Beaucoup trop ennuyeux, faut-il croire… Les téléspectateurs veulent de l'extravagance, de l'aventure, du suspense, bref, des émotions fortes. Ainsi, on a commencé à implanter des gens ordinaires dans des situations le plus extra-ordinaire possible. Prenez Survivor par exemple, où une bande de citadins qui n'ont rien en commun sont réunis en pleine nature, loin du monde civilisé. La caméra les filme jour et nuit pour faire de leur survie et de leurs mésaventures notre spectacle. Fear Factor met en scène de simples individus confrontés à des jeux d'adresse et d'endurance qui défient tout entendement. Au menu: dégustation de testicules de bœuf, saut d'un véhicule en mouvement et autres plongeons en chute libre… Récemment, Joe Millionnaire présentait un sois-disant richard à la recherche du véritable amour, tandis que le don juan devait choisir pour épouse une femme parmi une ribambelle d'idéalistes en quête du prince charmant.

Au-delà de tous ces concepts aussi extravagants que ridicules, la chaîne MTV a réussi à se démarquer avec deux émissions de type reality show carrément débiles. La première, Jackass, nous montrait une bande d'illuminés risquer leur peau à chaque semaine en exécutant des cascades loufoques, stupides et dangereuses. Et dernièrement, la chaîne spécialisée s'est méritée les meilleurs côtes d'écoute de son existence avec la série The Osbournes, un reality show qui nous montre l'univers insolite du chanteur métal Ozzy Osbourne et de sa famille.

Contre toute attente, Ozzy Osbourne laisse donc les caméras de télévision filmer sans gêne son intimité familiale. L'expérience est d'autant plus étonnante que l'artiste n'a jamais vraiment été à l'aise à la télévision. Et le voilà qui accepte de se faire filmer ainsi que les membres de sa famille dans sa propre maison ! Que voilà une opportunité à ne pas manquer pour les téléspectateurs curieux ! Car il faut bien l'admettre, le concept de l'émission ne manque pas de charme. Le commun des mortels s'est toujours intéressé à la vie des gens riches et célèbres. Et bien la série The Osbournes est l'occasion de pénétrer dans un univers de richesse et de célébrité, mais aussi de bizarreries et d'excentricités. Car à première vue, la famille Osbourne n'a rien du typique modèle de la bonne famille américaine. Le père, Ozzy, est visiblement rongé et fatigué après plusieurs années d'excès. La mère, Sharon, est une femme brillante (elle est une gérante d'artiste accomplie) mais excentrique, rêveuse et immature. Quant aux enfants, ils sont visiblement victimes de ce climat familial hors du commun. Mais pourtant, malgré leurs nombreux défauts (dont on retiendra surtout un langage ordurier particulièrement désolant), la famille Osbourne demeure une famille étonnamment morale, bâtie autour de valeurs traditionnelles et on ne peut plus noble. Ozzy est un père de famille et un mari aimant et soucieux du bien-être de ses proches. Sharon est une mère dédiée et pleine de ressource et de bons conseils. Et les enfants Jack et Kelly sont finalement bien typiques de n'importe quel adolescent de bonne famille.

Quoi qu'il en soit, les téléspectateurs sont évidemment davantage intéressés par les excentricités de la famille Osbourne que par ses côtés plus traditionnels. Et le moins que l'on puisse dire c'est que la série livre la marchandise en ce domaine. Évidemment, les producteurs de la série n'ont conservé que les moments les plus loufoques pour chaque épisode. Le montage de chaque émission est d'ailleurs réglé au quart de tour pour éliminer les temps morts et maintenir l'intérêt. En ce sens, l'aspect formel de chaque émission est plutôt réussi. Le rythme est soutenu et comme chaque épisode gravite autour d'une thématique différente, on ne sombre jamais dans la redondance et la redite. Cependant, comme tout reality show, l'intérêt de la série The Osbournes est plutôt limité. Vous ne trouverez rien d'enrichissant ou de particulièrement stimulant à observer la vie courante de cette famille étrange. Cependant, cette série assouvie un besoin, le voyeurisme!


Image
Cette première saison de The Osbournes nous est présenté au format respecté de 1.33:1 (plein écran).

Comme il est devenu la norme avec ce type d'émission télévisée, cette série fut filmé sur support vidéo numérique (vraisemblablement miniDV ou Digital Betacam). Le vidéo numérique (lorsqu'il n'est pas Haute-Définition) n'offre pas la même précision que la pellicule employée pour les télé-séries conventionnelles de fiction. Cependant, la qualité de ce transfert supplante aisément la qualité d'image proposée lors de la télédiffusion originale. Ce transfert numérique tire le maximum du support vidéo employé pour tourner la série, et il en résulte une image d'une précision et d'une définition acceptable considérant les limites du vidéo numérique non-HD. Certains arrières-plans manquent de netteté, mais ce défaut est imputable au matériel source et non pas au transfert lui-même. Le rendu des couleurs est également tout ce qu'il y a de plus correct. Les couleurs sont naturelles et correctement étalonnées. Le contraste, souvent bas, trahit les contraintes du vidéo numérique. Les parties denses tendent parfois à bloquer mais la qualité des dégradés reste acceptable. Les noirs ne sont pas toujours intenses et sont parfois marqués de fourmillement.

Ce transfert n'est malheureusement pas exempt de défaut de compression; la présence de macroblocs distrait parfois.


Son
Une seule et unique bande-son est offerte, celle-ci en anglais et de format Dolby Digital 2.0 Surround. Des sous-titres anglais et français sont aussi offerts.

Le mixage anglais en est un strictement fonctionnel. Il en va de soi, puisque ce type d'émission n'a aucun besoin d'un environnement sonore détaillé. En fait, l'essentiel du mixage provient d'une captation somme toute élémentaire faite directement sur place. Aucun habillage sonore additionnel n'a été effectué. Les dialogues sont évidemment le principal élément de ce mixage, et ceux-ci sont heureusement intelligibles la majorité du temps (il arrive cependant que la captation de certains dialogues soit défaillante). Le reste du champ-sonore est occupé par des sons ambiants, mixés de façon quasi-monophonique, sans réel séparation. Seule la trame-sonore bénéficie d'un mixage plus actif, la musique étant toujours fidèle et dynamique lors du générique d'ouverture et des envois en pause. Les basses sont anecdotiques, sauf à quelques rares exceptions comme par exemple le décollage d'un avion. En tout et partout, il ne s'agit pas d'un mauvais mixage, il s'agit tout simplement d'une bande-son fonctionnelle au service d'une approche "télé-réalité".
Notons que les sous-titres français offerts ne sont pas ceux produits par la chaîne Musique Plus où le niveau de language était assez près de celui de la série.


Suppléments/menus
En plus de contenir l'intégrale de la première saison de The Osbournes (10 épisodes en tout), cette édition double disque comporte un nombre satisfaisant de suppléments.

Tout d'abord, vous trouverez une piste de commentaires audio animée par la famille Osbourne elle-même, disponible pour les neuf premiers épisodes. Si elle fait rire durant les premières minutes, cette piste fini par lasser très rapidement. Dans les premiers instants, la famille Osbourne semble avoir du plaisir à se moquer les uns des autres et à analyser la façon dont MTV a choisi de dépeindre leur vie. Mais après un ou deux épisodes, la petite famille semble se lasser de commenter toute l'action et se contentent au bout du compte de se remémorer quelques souvenirs reliés au tournage. Lassant.

Plus distrayants sont les nombreuses scènes inédites coupées au montage. Au nombre de quarante, ces scènes renferment quelques moments très amusants qui ont été retirés des épisodes pour une simple question de temps. Une écoute est de mise. Too Oz for TV est un montage de six minutes renfermant toutes sortes de blagues et de maladresses commises lors du tournage de la série. Les maladresses techniques sont de loin les plus savoureuses et méritent le coup d'œil.

Vous retrouverez ensuite plusieurs entrevues avec les membres de la famille. Les propos recueillis lors de ces entrevues sont fascinants, la famille Osbourne ayant l'occasion de commenter plusieurs aspects de leur vie de façon objective et posée. La durée totale de ces entrevues est de quarante minutes. Ozzy's Ten Commandments est une sorte d'entrevue avec Ozzy dans laquelle il nous fait part de 10 leçons de vie (10 leçons très personnelles, évidemment…). Amusant, sinon inutile.

Le supplément Ozzy Translator n'est en fait que des sous-titres qui n'apparaissent que lorsque Ozzy parle. Ces sous-titres sont agrémentés de quelques dessins symboles d'exclamation. Season Highlights est une compilation des meilleurs moments de la saison. Plutôt redondant, considérant que vous aurez visionné chacun des épisodes tout juste avant de visionner ce montage… Une galerie de photographies est également disponible.

Dans un tout autre registre, 3 jeux interactifs ont également été inclus. Le premier, intitulé Osbournes Bingo, est une sorte de bingo franchement ennuyeux qui consiste à cocher les cases d'une carte (qu'il faut faire imprimer via la portion DVD-ROM) lorsque des icônes apparaissent au bas de l'écran. Plus intéressant est l'atelier de montage, où vous avez l'opportunité de monter une séquence en utilisant une variété de prises et de plans disponibles. Finalement, il y a le jeu Name That Dookie, un jeu carrément ridicule qui consiste à associer un excrément au chien qui l'a… produit.

Une portion DVD-ROM est offerte avec cette édition, celle-ci contenant des liens Internet et la possibilité de visionner le premier épisode avec des sous-titres offrant des notes/anecdotes sur la série.



Conclusion
The Osbournes est un autre reality show s'ajoutant au paysage télévisuel. Cette série offre son lot de nouveautés, même si le concept n'a rien de bien novateur.

Dans l'ensemble, cette édition DVD en est une de bonne facture. Le transfert est de qualité compte tenu que les seuls véritables défauts de celui-ci sont surtout imputables au support vidéo numérique employé pour filmer la série. La bande-son est minimaliste et fonctionnelle, mais cela convient parfaitement au style de la série. Quant aux suppléments, ils sont relativement nombreux et certains d'entre eux méritent le coup d'œil.


Qualité vidéo:
3,8/5

Qualité audio:
3,5/5

Suppléments:
3,2/5

Rapport qualité/prix:
3,6/5

Note finale:
3,5/5
Auteur: Yannick Savard

Date de publication: 2003-03-03

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 4:3 Sony Trinitron Wega KV-32S42, Récepteur Pioneer VSX-D509, Lecteur DVD Pioneer DVL-909, enceintes Bose, câbles Monster Cable.

Le film

Titre original:
Osbournes, The

Année de sortie:
2002

Pays:

Genre:

Durée:
230 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Miramax

Produit:
DVD

Nombre de disque:
2 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.33:1

Transfert 16:9:
Non

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais
Français

Suppéments:
Piste de commentaires audio, séquences inédites, entrevues, les 10 commandements d'Ozzy, blagues et prises ratées, compilation des meilleurs moments de la saison, jeux interactifs et atelier de montage.

Date de parution:
2003-03-04

Si vous avez aimé...