Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Evilenko

Critique
Synopsis/présentation
Au moment où l’U.R.S.S. était à son apogée, Andrej Evilenko (Malcolm McDowell), un enseignant d’une école primaire en Russie, perd son emploi après avoir tenté de violer une de ses élèves. Au même moment, il est engagé par le KGB pour mener quelques enquêtes. Ce que tout le monde ignore, c’est que pendant les quatre années qui suivent, Evilenko sera l'auteur du viol et du meurtre de plusieurs dizaines d’enfants. Pour mettre fin à son règne de terreur, un militaire haut placé (Marton Csokas) se lance à la recherche d’indices pour mettre la main au collet de ce dérangé.

Encore une fois, Malcolm McDowell offre une performance terrifiante. Mais ce qui est encore plus troublant, c’est d’apprendre que cette histoire est basée sur des faits réels. En effet, entre 1978 et 1990, Andrei Romanovich Chikatilo a été l’auteur d’environ 55 meurtres sordides, tels que présentés dans le film. Une fois arrêté, non seulement a-t-il confessé tous ses crimes, mais il a également décrit ceux-ci dans les moindres détails, tout en justifiant ses actions et expliquant ce qui le motivait. Le 15 février 1994, après avoir vu son appel refusé par le président russe Boris Yeltsin, Chikatilo fut exécuté.


Image
Le film est présenté au format d’image original de 1.78:1 d’après un transfert 16:9.

Même si le film est relativement jeune, on note quelques parasites, principalement des points blancs. La définition générale de l’image n’est pas optimale, montrant de nombreux plans hors-foyer. Par conséquent, le niveau de détails s’en voit malheureusement affecté, rendant certaines textures difficilement perceptibles. Les couleurs manquent d’éclats et paraissent même souvent ternes. Cependant, il pourrait s’agir d’un choix stylistique pour mieux appuyer l’atmosphère du film, mais cela serait surprenant. Le niveau des noirs semble un peu bas, alors que les contrastes sont correctement gérés. Les dégradés sont fluides et ne bloquent qu’à quelques reprises.
Quelques petits défauts numériques sont perceptibles, principalement des races de fourmillement.

Le changement de couche, peu subtil, survient tout juste avant la cinquante-septième minute.


Son
La version originale anglaise est offerte en trois formats: Dolby 2.0 Surround, Dloby Digital 5.1 et DTS.

Contrairement au transfert vidéo, le mixage offert ici est du calibre des meilleurs productions. Bien que la dynamique ne soit pas nécaisserement percutante l’environnement sonore est pleinement exploité. De nombreux sons d’ambiance émanent de tous les canaux (trains, voitures, foules). Les dialogues sont nets et intelligibles, car même si les acteurs ont un certain accent, celui-ci ne nuit pas à la compréhension. On déplore cependant le fait que par moments, le volume semble varier d’une scène à l’autre. La musique est agréablement bien intégrée au mixage, apportant beaucoup plus d’intensité à un film qui est relativement calme. Les basses supportent adéquatement la bande-son, alors que les extrêmes graves donnent profondeur à la musique, sans plus.

Seuls des sous-titres anglais sont disponibles.


Suppléments/menus








Conclusion
Comment un homme peut-il commettre d’aussi malsaines atrocités ? Problèmes neurologiques ou psychologiques ? De nombreux chercheurs ont voulus comprendre ce meurtrier sans scrupule qu’a été Andrei Romanovich Chikatilo. Bien que ce film nous présente son histoire et sa mentalité de façon à dénoncer ses crimes, rien ne pourra réparer les familles détruites par la mort de ces enfants.

Le transfert vidéo et la compression ne sont pas sans défauts, mais considérant le budget limité de la production et de la relative portée commerciale du film il ne fallait pas être trop éxigeant. Quand au mixage , on applaudit l’exploitation de l’environnement sonore et de la musique, mais on déplore la variaion du volume. De plus, un deuxième disque remplis de suppléments permettra d’en apprendre plus sur ce personnage et son histoire, en plus des entrevues avec les acteurs et artisans.


Qualité vidéo:
3,5/5

Qualité audio:
3,8/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
3,8/5

Note finale:
3,7/5
Auteur: Martin Roy

Date de publication: 2006-04-19

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur NTSC 16:9 Hitachi 51F500, Récepteur/Lecteur DVD/Enceintes Panasonic SC-HT700

Le film

Titre original:
Evilenko

Année de sortie:
2004

Pays:

Genre:

Durée:
111 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
TLA Releasing

Produit:
DVD

Nombre de disque:
2 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
1.78:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1
Anglaise DTS
Anglaise Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais

Suppéments:
Documentaire sur la vraie histoire ayant inspirée le film, 81 minutes d'entrevues et bandes-annonces.

Date de parution:
2006-02-07

Si vous avez aimé...