Facebook Twitter      Mobile RSS        
DVDEF

Domino (WS)

Critique
Synopsis/présentation
Domino Harvey est la fille de l’acteur Laurence Harvey (The Manchurian Candidate). Ce dernier meurt alors que la fillette est encore toute jeune. Après un court séjour dans un pensionnat pour jeunes filles et une brève carrière de mannequin, Domino, traînée par sa mère, ira vivre à Beverly Hills. Domino refusera alors tous les privilèges ainsi que son statut de fille de riche en devenant chasseuse de primes. Elle fera équipe avec Choco et Ed, deux autres chasseurs de primes. Le film se concentre surtout sur cette partie de la vie de mademoiselle Harvey, ses missions en tant que chasseuse de primes ainsi que le reality show auquel elle et ses acolytes ont accepté de participer.

Ici, le réalisateur Tony Scott (Man on Fire, Enemy of the State) fait équipe avec le scénariste Richard Kelly (Donnie Darko) pour raconter la vie de la jeune femme. Cette dernière prend les traits de Keira Knightley devant la caméra alors que Choco et Ed sont joués par Edgar Ramirez et Mickey Rourke.



Image
Le film est offert au format d’image respectée de 2.40:1 d’après un transfert 16:9.

La définition générale de l’image est absolument superbe. L’interpositif employé était, bien entendu, en parfait état offrant une image d’une rare netteté. Un léger grain peut parfois être perceptible, mais il s’agit d’un choix stylistique du réalisateur et non d’un défaut du transfert. Le tout donne droit à un rendu impressionnant des détails et des textures. Le rendu des couleurs est, lui aussi, impeccable. La très intéressante photographie de Dan Mindel, qui privilégie surtout les couleurs chaudes, profite d’un rendu de couleurs vibrantes, riches et pleinement saturées. Les tons de peaux demeurent constants, et même si on peut croire qu’ils manquent de naturel, il s’agit encore une fois d’un choix stylistique du réalisateur. Les contrastes sont très bien gérés et aucune surbrillance n’est à noter. Les parties sombres offrent d’admirables dégradés, ce qui mène à des noirs intenses et purs.

Vraiment, rien à reprocher à un transfert des plus admirables.


Son
Étonnamment, trois bandes sons sont disponibles sur cette édition. En effet, outre les bandes sons anglaise 5.1 EX Surround et française Dolby 2.0 Surround, nous retrouvons une bande son anglaise DTS-ES 6.1, discrètement annoncée sur la pochette. Cette dernière a, bien sûr, été celle employée pour cette critique. À noter aussi la présence de deux pistes de commentaires audio. La première est avec le réalisateur Tony Scott et le scénariste Richard Kelly. La deuxième se veut un suivi du développement de l’histoire du film sous forme de différentes rencontres entre Kelly, Scott, le producteur Zach Staff-Abrahams ainsi que l’acteur Tom Waits.

Si la bande son 5.1 EX Surround se veut très efficace, celle en format DTS-ES 6.1 l’est encore plus. Puisqu’il s’agit d’un film d’action, votre système ne sera pas en reste. Évitant tout excès, la bande son fait preuve d’un dynamisme époustouflant et très agressif. Tous les canaux profitent pleinement du mixage 6.1 en plus d’offrir plusieurs effets de canaux à canaux parfaitement réussis. C’est notamment le cas lors de cette fameuse scène dans le désert ou encore lors de la confrontation finale. L’immersion du spectateur est donc assurée. Inutile de dire que la trame sonore, pratiquement omniprésente, s’intègre aussi parfaitement au reste des éléments sonores. À travers tout cela, les dialogues réussissent à être constamment et parfaitement intelligibles. Les basses sont rarement inutilisées et se veulent puissantes et profondes. Quant aux extrêmes graves, elles grondent avec efficacité et fréquemment.

Des sous-titres anglais et espagnols sont disponibles.



Suppléments/menus








Conclusion
Domino n’est rien d’autre qu’un vulgaire film d’action. Ce qui fait sa particularité est son montage syncopé, excessif et incroyablement agressant. Bref, Tony Scott n’y va d’aucune subtilité pour évoquer la vie de Domino Harvey. Ce qui donne donc quelque chose qui ressemble davantage à un long vidéoclip plutôt qu’à un film biographique. Dommage.

Nous avons cependant une édition des plus satisfaisantes qui rend pleinement justice à son film. Le mixage sonore est absolument exaltant et le transfert vidéo impeccable. Sans surprise, les suppléments sont beaucoup plus intéressants que le film lui-même. Il ne fait donc aucun doute que nous recommandons fortement cette édition, pour peu que vous ayez aimé le film.



Qualité vidéo:
4,4/5

Qualité audio:
4,3/5

Suppléments:
-,-/5

Rapport qualité/prix:
4,3/5

Note finale:
4,3/5
Auteur: Frédéric Bouchard

Date de publication: 2006-04-14

Système utilisé pour cette critique: Téléviseur Toshiba 27A43C, Récepteur JVC TH-A30

Le film

Titre original:
Domino

Année de sortie:
2005

Pays:

Genre:

Durée:
128 minutes

Réalisateur (s):

Acteur (s):

Le DVD / Blu-ray

Pochette/couverture:

Distributeur:
Alliance Atlantis

Produit:
DVD

Nombre de disque:
1 DVD-9 (simple face, double couche)

Format d'image:
2.40:1

Transfert 16:9:
Oui

Certification THX:
Non

Bande(s)-son:
Anglaise Dolby Digital 5.1 EX*
Anglaise DTS ES 6.1
Française Dolby 2.0 Surround

Sous-titres:
Anglais (CC)
Espagnol

Suppéments:
Commentaires du réalisateur et du scénariste, scènes supprimées, segments

Date de parution:
2006-02-21

Si vous avez aimé...